Étude : faire de la moto est bon pour la santé

Voilà une expertise scientifique qui prend à contre-pied les préjugés de certaines élites autoproclamées. Non, la moto ne rend pas méchant ni ne lobotomise. Ce serait même tout le contraire. On ne demande pas pour autant que la pratique du deux roues motorisé soit remboursée par la sécurité sociale. Juste à ce que l’on cesse la motophobie…

Conduire une voiture est une activité très stressante. Tellement qu’être derrière un volant a donné naissance au terme largement utilisé de rage au volant. Ce qui représente un comportement agressif et dangereux envers les autres. Conduire une moto, en revanche, a l'effet inverse.

C'est du moins ce que révèlent les résultats d'une étude menée par une équipe de scientifiques de l'Institut des neurosciences et du comportement humain de UCLA Semel. L’étude, financée par Harley-Davidson, a révélé plusieurs faits intéressants sur les effets de la moto, notamment une métrique accrue de concentration et d’attention comme une diminution du taux de cortisol, une hormone qui est un signe révélateur du stress.

Les chercheurs ont étudié l'activité cérébrale électrique, la fréquence cardiaque et les niveaux d'adrénaline, de noradrénaline et de cortisol des participants, mesurés avant, pendant et après la conduite d'une motocyclette. En tant que contrôle, les mêmes choses ont été mesurées avant, pendant et après la conduite d’une voiture et le repos.

Selon les conclusions de l'étude, conduire une moto pendant 20 minutes peut augmenter le rythme cardiaque de 11 % et atteindre un niveau similaire à celui obtenu lors d'un exercice léger. L'augmentation de la vigilance est similaire à celle des humains après avoir bu une tasse de café.

La découverte la plus intéressante est que la moto a eu un effet positif sur le niveau de stress, réduisant les biomarqueurs hormonaux de 28 % par rapport aux autres activités mesurées.

« Les niveaux de stress, en particulier chez les jeunes adultes, continuent d'augmenter et les gens explorent des pistes pour améliorer leur santé mentale et physique », a déclaré Don Vaughn, le principal neuroscientifique responsable de l'étude. « Jusqu'à récemment, la technologie permettant de mesurer rigoureusement l'impact d'activités telles que la moto sur le cerveau n'existait pas ».

L'étude s'intitule « Les effets mentaux et physiques de la conduite d'une moto » et sera présentée en détail plus tard cette année. Ses conclusions sont basées sur des mesures prises sur 50 motards expérimentés qui ont conduit leur propre moto sur un parcours de 22 minutes.

Commentaires (6)