Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - BMW R1250 GS mod. 2021 : L'ECO et l'Intégral en plus

Dans Moto / Nouveauté

Chaque fois, on se demande comment BMW Motorrad pourrait améliorer sa 1250 GS. Et chaque fois on est surpris. Et le nouveau millésime ne manque pas de rappeler que l'on n'est pas chef de file par hasard… Sortez le carnet de chèque !

Essai BMW R1250 GS

Elle est devenue si familière, on l'a tellement essayée, comparée, mesurée, dans tellement de conditions différentes, y compris en enduro et chaussée de TKC 80, que l'on se demande souvent ce que la R 1250 GS peut encore inviter à faire de plus, inventer pour faire plus, pour faire mieux. C'est compter sans la maîtrise du constructeur allemand dans le domaine de l'ergonomie, de l'électronique et bien entendu du marketing. Cette mise à jour de la R1250 GS en est la preuve roulante.

Essai BMW R 1250 GS - moteur Twin Cam
Essai BMW R 1250 GS - moteur
Essai BMW R 1250 GS - moteur

Essai BMW R 1250 GS - Moteur Shift Cam
Turc en plus. Un moteur Euro 5 de 1 254 cm3, 136 CV pour un couple de 143 Nm, le bicylindre à plat se cuisine à toutes les sauces. Un réservoir fait pour rouler debout, et tout ce qui fait que l'on se sent bien à bord. La recette du succès.

Chaque avancée dans le monde motard se retrouve sur ce modèle phare. Et qui dit phare, dit brillant. La "nouvelle" BMW R 1250 GS de 2021 n'échappe pas à la règle. Elle se retrouve une fois encore sur le grill et dans sa version la mieux équipée qui plus est. Impossible de parler d'une BMW sans évoquer le tarif. Il augmente et passe à 18 100 € pour la version de base, mais en contrepartie, on en a plus (on le paye donc…). Du moins de meilleure qualité, à l'image de l'ABS Pro Intégral, actif en courbe, ou encore de l'aide au démarrage en côte/frein de parking automatique (HSC).

Essai BMW R 1250 GS - Keyless Ride
Essai BMW R 1250 GS
Ça Chauffe ! En option, selles conducteur et passager sont chauffantes. Attention au moment de la lever.
Essai BMW R 1250 GS - hauteur de selle réglable
Astucieux. Le réglage de hauteur de selle est rapide et simple. On ne se prive jamais de ce qu'il a à offrir.

 

Pour ce tarif, les optiques à LED sont également simples, la version adaptative avec éclairage en courbe étant en option, bien entendu (et donc sur notre modèle). Le contrôle de traction, lui, est inclus dans la dotation et identique à la version précédente : on peut ainsi le désactiver sous certaines conditions et surtout en régler le niveau de sensibilité.

Essai BMW R 1250 GS
Standard. Elle a défini le style de la catégorie trail, imposé ses proportions et son bec de canard. Son monobras et ses roues à rayons, sans oublier le Flat Twin, sont une signature sans pareille. 

Affichée 24 320 €, la R 1250 GS Triple Black que nous découvrons ensemble ne joue en tout cas pas la carte du bling bling. La finition est toujours aussi impeccable, tandis que nous détaillons les options, au nombre desquelles la fameuse peinture noir mat. Facturée la bagatelle de 800 €, elle est accompagnée de roues à rayons et de rayons noirs (435 € tout de même). On ne se refait pas. Les options Usine (montées en sortie de chaîne), augmentent l'addition de 1 320 €. Elles comprennent le silencieux Akrapovic Titane, dénommé Sport dans le configurateur.

Essai BMW R 1250 GS
Essai BMW R 1250 GS
ESA. La suspension électronique est un plus non négligeable. L'essayer, c'est l'adopter.
BMW R 1250 GS
ABS Pro Intégral. Le freinage intégral est également actif sur l'angle. Couplé au Télélever, il frôle la perfection.

Comme à l'accoutumée, la meilleure vente BMW profite des dernières améliorations en matière d'assistances. Sur le modèle de base, nous retrouvons cela dit 4 100 € d'options, dont les Pack Confort, Pack Touring, Pack Dynamic, Pack Connected et le niveau de Finition PRO, tout du moins chacun de leurs éléments. Aux suspensions électroniques intelligentes (réglables depuis le commodo gauche sur 2 positions (Road ou Dynamic) s'ajoutent les modes de comportement du moteur influant également sur elles. Ils sont à présent au nombre de 7.

Essai BMW R 1250 GS - Commodo gauche
Facile. Tout est là, et tout depuis là. Tout simplement. Merci la roue directionnelle et les boutons dédiés.
Essai BMW R 1250 GS - commodo droit
Mode. On peut se brûler les mains, appeler les secours ou tout simplement choisir le mode moteur depuis ici.

 

Le petit dernier à rejoindre la bande (Rains, Road, Dynamix, Dynamic Pro, Enduro, Enduro Pro), n'est autre que le mode Eco. Par contre, il faudra faire un choix entre les 4 auxquels on souhaite accéder depuis le bouton "Mode" via le paramétrage de l'instrumentation : on coche ceux que l'on veut, on laisse les autres de côté. Nous avions ainsi choisi le mode Eco, le mode Road, le mode Dynamic Pro et l'Enduro Pro. De quoi couvrir toute la gamme de possibilités.

Eco profite d'un indicateur de conduite économique spécifique, visualisant le niveau d'ouverture des gaz et donc à la fois la consommation et le niveau de pollution induit. Simple, efficace, et surtout lié à une dégradation générale des performances allant dans le sens de moindres émissions. Comme à l'accoutumée, les modes Pro sont les plus malléables et entièrement personnalisables, du niveau de frein moteur à la réponse de l'accélération, en passant par le contrôle de traction et l'ABS.

L'ensemble des tableaux permet de visualiser ou d'agir sur les paramètres de la R 1250 GS. On navigue avec un très grande facilité entre les écrans, au moyen de la molette multidirectionnelle. Toujours sur la commande à la main gauche, on peut activer le régulateur de vitesse ou encore agir sur le réglage de la suspension ESA. En roulant, on peut uniquement choisir un comportement de suspensions, à l'arrêt, on peut rentrer dans le détail des possibilités, principalement la précharge, laquelle modifie l'assiette de la selle et peut donc jouer sur sa hauteur.

Essai BMW R 1250 GS
Essai BMW R 1250 GS
Essai BMW R 1250 GS

 

Essai BMW R 1250 GS mod. 2021 - bloc compteur
Au top. L'instrumentation demeure l'une des meilleures de la production actuelle, tant en matière de lisibilité que d'ergonomie d'utilisation. Notez la prise USB, de série, et la molette de réglage de hauteur de la bulle (à droite).
Essai BMW R 1250 GS
Essai BMW R 1250 GS
Essai BMW R 1250 GS

 

Portfolio (40 photos)

    Mots clés :

  • Bmw

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (11)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

je lui préfère la nine t GS qui revient aux fondamentaux

Par

En réponse à megatork

Commentaire supprimé.

C'est à la hauteur du vieux cadre sup roulant sur Paris avec sa BMW à 25000€ , sans jamais faire un petit signe aux autres motards , toujours aussi arrogant et si supérieur , et attaquer de suite un membre comme lorenzozo , même si je ne suis pas toujours en accord avec lui , c'est vraiment petit .

Bref trop cher , trop lourd , trop techno , aux antipodes de l'essence même et philosophie motarde , et je ne suis pas un gilet jaunes ou sans dents , avec un pourvoir d'achat plus que confortable , cette moto ne me fait vraiment pas envie , et pour l'avoir essayer ça reste quand même surfait , peut-être que c'est un standard pour être au dessus des autres ?

Bref cette cliente BMW friqué même si je n'aime pas faire l'amalgame , montre encore une fois sa "haine" de l'autre.

Par

De toute façon la Pan America arrive alors s’en est fini de la GS :ange:

Par

En réponse à Turbo95

C'est à la hauteur du vieux cadre sup roulant sur Paris avec sa BMW à 25000€ , sans jamais faire un petit signe aux autres motards , toujours aussi arrogant et si supérieur , et attaquer de suite un membre comme lorenzozo , même si je ne suis pas toujours en accord avec lui , c'est vraiment petit .

Bref trop cher , trop lourd , trop techno , aux antipodes de l'essence même et philosophie motarde , et je ne suis pas un gilet jaunes ou sans dents , avec un pourvoir d'achat plus que confortable , cette moto ne me fait vraiment pas envie , et pour l'avoir essayer ça reste quand même surfait , peut-être que c'est un standard pour être au dessus des autres ?

Bref cette cliente BMW friqué même si je n'aime pas faire l'amalgame , montre encore une fois sa "haine" de l'autre.

Et les autres... Haine de Harley, BMW, car plus chère que leur poubelle à 4 roues de Dacia ou autres merdes du coq...

Par

Mhhh je pense que le Multi v4 de Ducati va manger cette meule. J'aurais bien essayé un de ces modèle, mais bien trop lourd pour moi et sans sensation. Sinon belle meule ça a une belle gueule moins sage que les précédents je trouve

Par

En réponse à Katoche

Mhhh je pense que le Multi v4 de Ducati va manger cette meule. J'aurais bien essayé un de ces modèle, mais bien trop lourd pour moi et sans sensation. Sinon belle meule ça a une belle gueule moins sage que les précédents je trouve

Le V4 manque de caractère et de couple face au V2, le couple est plus important que la puissance sur un trail, mais vive Ducati, BMW, Harley, Ktm !!!

Par

plus grosse, plus d'option, plus de fric à dépenser, plus laide. La vision du tableau de bord est un sacré bordel. XD

Par

En réponse à megatork

Commentaire supprimé.

Oh j'aurais pas dit mieux XD mais je remplace "merde" par plastique.

Sinon si quelqu'un trouve que je suis un gilet jaune il serait drôlement déçu.... Je respecte les Présidents élus, la République et j'ai des bagnoles et motos bien chères que je change tous les 3/4 ans. Et puis je suis propriétaire de ma maison + un appartement cossu que je loue et je voyage. En plus je soutiens la police.

Par

En réponse à Katoche

Mhhh je pense que le Multi v4 de Ducati va manger cette meule. J'aurais bien essayé un de ces modèle, mais bien trop lourd pour moi et sans sensation. Sinon belle meule ça a une belle gueule moins sage que les précédents je trouve

La BMW c'est une poubelle face à la Multi V4.

Par

En réponse à Turbo95

C'est à la hauteur du vieux cadre sup roulant sur Paris avec sa BMW à 25000€ , sans jamais faire un petit signe aux autres motards , toujours aussi arrogant et si supérieur , et attaquer de suite un membre comme lorenzozo , même si je ne suis pas toujours en accord avec lui , c'est vraiment petit .

Bref trop cher , trop lourd , trop techno , aux antipodes de l'essence même et philosophie motarde , et je ne suis pas un gilet jaunes ou sans dents , avec un pourvoir d'achat plus que confortable , cette moto ne me fait vraiment pas envie , et pour l'avoir essayer ça reste quand même surfait , peut-être que c'est un standard pour être au dessus des autres ?

Bref cette cliente BMW friqué même si je n'aime pas faire l'amalgame , montre encore une fois sa "haine" de l'autre.

La différence entre lui et moi c'est que je ne me suis jamais caché d'être un troll la plupart du temps.

Et puis moi je déteste BMW car j'en ai eu 4 et plein de déboires comme jamais avec aucune autre marque. Et surtout le SAV a été le plus arrogant et minable que je n'ai jamais vu.

J'en suis à ma 21eme ou 22eme bécane, j'ai cessé de compter.

Le truc c'est qu'avant je prenais des motos par souci d'utilité. Grosse GT lorsque je roulais beaucoup, GT sport à une époque où j'étais tiraillé entre travail et loisir, gros trails pendant ma période voyages puis après avoir acheté une voiture j'ai commencé à avoir des motos plaisir.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire