Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Le marché moto européen progresse de 10 % en 2021 !

Dans Moto / Pratique

Après un début d’année 2021 compliqué, le marché européen de la moto a connu un mois de mars exceptionnel. Les immatriculations de motos et de cyclomoteurs sur les plus grands marchés européens ont ainsi progressé de 10,3 % sur les trois premiers mois. Des chiffres qui restent malgré tout en deçà de ceux de 2019.

L'industrie moto est sur la corde raide depuis plus d'un an.
L'industrie moto est sur la corde raide depuis plus d'un an.

Difficile d’y voir clair dans les chiffres des ventes de véhicules neufs tant la situation rencontrée depuis maintenant plus d’un an est brouillée par la pandémie et les restrictions qui en découlent.

Toutefois, selon les chiffres publiés par l’ACEM, l’Association des Constructeurs Européens de Motocycles, le premier trimestre 2021 a été globalement en hausse par rapport à la même période un an plus tôt.

Ainsi, au cours des trois premiers mois de 2021, les immatriculations de motos neuves dans cinq des plus grands marchés européens (à savoir la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne et le Royaume-Uni) ont enregistré une augmentation de 10,3 % (avec 197 856 unités vendues) par rapport à 2020.

Un résultat global favorable obtenu grâce à un mois de mars en très large hausse (+ 67,6 %), qui a suffi à compenser la tendance négative affichée sur les deux premiers mois de l'année (-29,8 % en janvier et -12,8 % en février).

Une tendance générale où tous les pays ne sont néanmoins pas égaux. Certains comme l'Italie (+ 47,3 %) et la France (+ 15,1 %) ont enregistré des hausses importantes, tandis que d'autres comme le Royaume-Uni (-21,3 %), l'Allemagne (-4,1 %) et l'Espagne (-0,5 %) sont encore en retard par rapport aux chiffres de 2020.

Des disparités que l’on peut notamment expliquer par les différentes mesures en vigueur en Europe pour contrer la pandémie de Covid-19.

Une situation sur laquelle Antonio Perlot, secrétaire Général de l’ACEM est revenu : « Les chiffres du premier trimestre 2021 montrent que le secteur continue de se remettre de la crise du Covid-19, bien qu'à un rythme différent à travers l'Europe. Si l'on regarde 2019, sans doute une année plus normale, les immatriculations de motos 2021 sont toujours en retard (-4,14 %), tandis que les immatriculations de cyclomoteurs affichent une augmentation substantielle (+ 19 %). Cela montre que si les incertitudes persistent pour les économies européennes, le marché est en même temps réactif. L'attractivité et la commodité des deux-roues motorisés pour les déplacements urbains et périurbains, dans un contexte sanitaire où les transports en commun n'ont pas été considérés comme une option sûre, se confirment. »

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Les chiffres ne peuvent actuellement plus être analysés par trimestre, car, à cause des ruptures de stock, beaucoup d'achats sont soit

- livrés durant le trimestre suivant (sont comptabilisés les immatriculations)

- reportés pour ne pas se retrouver piéton durant l'été

- modifiés pour acheter une machine d'occasion faute de neuf.

quand en mars (T1) les concessionnaires parlent de livraison en juillet (T3), pourquoi parler de «incertitudes persistent pour les économies européennes» alors qu'en réalité, on ne tient pas compte des bons de commande dans ces analyses?!

Et puis la COVID a bon dos: on sait qu'il y a des pénuries de semi conducteurs, Triumph parle également de difficultés douanières (brexit), HD parle des représailles des surtaxes des produits français importés aux USA, il y a aussi une volonté d'individualiser les moyens de transport donc une augmentation de la demande de deux-roues (y compris vélos, secteur au moins autant en tension que la moto!) aidé par les bas de laine de ceux qui vont dépenser ce qu'ils n'ont pas dépensé dans le tourisme.

C'est en janvier 2022 qu'on pourra juger de la qualité du marché de 2021, pas avant, car en ce moment, c'est trop le bordel.

Et je parie que les résultats seront excellents.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire