Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Les contrôles anti-bruit : mode d'emploi

Dans Moto / Pratique

Les contrôles anti-bruit : mode d'emploi

Il arrive régulièrement que les forces de l'ordre effectuent des contrôles sonores afin de savoir si les motards n'abusent pas des décibels. Car malgré le fait que les fabricant d'échappements fabriquent des pots homologués, il est fréquent que les réducteurs de bruit disparaissent. Dès lors, le motard s'expose à la sanction. Mais la procédure de contrôle est très stricte et est référencée dans l'arrêté du 18 Juillet 1985. Un arrêté relatif au contrôle au point fixe du niveau sonore des véhicules à moteur .


Le 1er article de ce texte explique que les résultats des mesures de bruits ne doivent pas dépasser de plus de 5 dB(A) la valeur correspondante mesurée sur un véhicule de même type, lors d'un essai de référence visé à l'article 2. C'est à dire à la valeur notée sur votre carte grise.


Les contrôles anti-bruit : mode d'emploi


L'annexe de cet arrêté explique en détail la méthode de mesure. Concernant les appareils de mesure, le résultat des mesures doit être donné en dB(A) et un écran convenable doit être utilisé pour réduire l'influence du vent. De plus, la mesure du régime-moteur est effectuée au moyen d'un compte-tours extérieur au véhicule, permettant les mesures avec une erreur inférieure à 3%.


Les mesures doivent être effectuées lorsque le véhicule est à l'arrêt dans une zone sans perturbation importante. L'aire de stationnement doit être plate en béton ou autres matériaux durs à l'exclusion de la terre battue. De plus le véhicule doit être stationné dans un carré de 3 m de côté exempt d'obstacle (personne, véhicules ...) Enfin, le niveau de bruit ambiant doit être au moins de 10 dB(A) en dessous des niveaux mesurés.


Une fois ces conditions réunies, 3 mesures doivent être effectuées et l'écart entre les 3 ne doit pas être supérieur à 2 dB(A). La mesure la plus élevée est retenue. Ensuite, le véhicule est placé au centre de la zone d'essai, boîte de vitesses au point mort et embrayée. Le moteur doit être porté à sa température normale de fonctionnement et l'on vérifie que le ventilateur de refroidissement ainsi que les autres accessoires nécessaires à la marche du moteur sont en fonctionnement pendant la durée de la mesure.


Le microphone doit ensuite être placé de façon très précise :


  • être placé à hauteur de l'orifice de sortie des gaz d'échappement et en aucun cas à moins de 0,2 mètre au-dessus de la surface de la piste.
  • La membrane du microphone doit être orientée vers l'orifice d'échappement des gaz et placée à une distance de 0,5 mètre de cet orifice.
  • L'axe de sensibilité maximale du microphone doit être parallèle à la surface de la piste et former un angle de 45° +/- 10° par rapport au plan vertical contenant la direction de sortie des gaz d'échappement.

Le régime moteur est stabilisé un court instant au 3/4 de la vitesse de rotation à laquelle le moteur développe sa puissance maximale. Le niveau sonore est mesuré pendant une période de fonctionnement comprenant un bref maintien du régime stabilisé ainsi que toute la durée de la décélération, le résultat de mesure valable étant celui qui correspond à l'indication maximale du sonomètre.


Pour finir, le rapport d'essais doit donner tous les détails utiles concernant les mesures, et notamment :


  • le type de véhicule contrôlé, en indiquant les anomalies ;
  • le site d'essai, la nature du sol, les conditions atmosphériques ;
  • l'équipement de mesure ;
  • les emplacements et les orientations du microphone ;
  • les régimes du moteur au cours des essais ;
  • les niveaux de bruits relevés ;
  • les niveaux de bruit de fond en chaque point de mesure.

Pour ceux que cela intéresse, le texte intégral est disponible sur legifrance


SPONSORISE

Derniers articles moto

Articles moto les plus populaires

Commentaires ()

Déposer un commentaire