Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Partage de la route entre motos et autos : une étude anglaise met en lumière une perception de la route différente entre les usagers

Dans Moto / Pratique

Olivier Cottrel, Olivier Pagès

Souvent opposés dans leur vision les uns des autres, automobilistes et motards doivent néanmoins cohabiter tant bien que mal sur la route. Selon une étude anglaise, qui a analysé de près un grand nombre d’accidents impliquant des motos et des automobilistes, la perception de la route, des usagers et des dangers serait la cause principale de très nombreuses collisions.

Une étude anglaise qui porte sur de nombreux accidents de motos.
Une étude anglaise qui porte sur de nombreux accidents de motos.

De la simple explication musclée à l'accident dramatique, chaque motard ou usager de deux-roues a au moins une fois entendu cette petite phrase ô combien énervante de la part d’un automobiliste : « Je ne vous avais pas vu ! »

Une ritournelle telle qu’une étude britannique menée par DocBike (une association britannique), et l’Université de Bournemouth, s’est sérieusement penchée sur la question. En enquêtant en détail sur de nombreux accidents de motos, Shel Silva, de l’Université de Bournemouth en est arrivée à une conclusion simple : automobilistes et motards ont une vision et perception de la route complètement différente, ceci expliquant en partie le décalage qu’il peut y avoir entre les usagers.

En effet, dans la tête d’un automobiliste, la menace se porte principalement sur les gros véhicules : camions en tête, et non sur les motos, qui ne constituent ainsi pas un danger. Si un camion est rapidement détecté, la présence d’une moto ou d’un scooter passe donc globalement inaperçue pour un automobiliste.

Dans le cas d’un motocycliste, ce degré de menace est en adéquation avec le véhicule conduit, il analyse donc la quasi-totalité des véhicules environnants comme un danger potentiel, l’appelant à redoubler de vigilance. D’autre part, si le cerveau est capable d’analyser et de juger la vitesse d’une voiture, celui-ci semble bien moins apte à le faire concernant une moto ou un scooter. Si le sentiment inconscient de vulnérabilité, est en cause dans la plupart des accidents impliquant une moto et une auto, la seule solution efficace consiste donc pour les automobilistes à faire preuve d’une vigilance de tous les instants afin de détecter ce que le cerveau ne détecte pas automatiquement comme un danger.

Une prise de conscience qui pourrait, pourquoi pas, être intégrée de façon bien plus poussée lors de la formation du permis de conduire auto, alors que celle-ci n’est pour le moment que simplement évoquée.

Pour les motards, attirer le regard, s’assurer d’être vus par les automobilistes et surtout redoubler de vigilance en partant du principe que l’on est souvent invisible est donc la meilleure des protections.

SPONSORISE

Derniers articles moto

Articles moto les plus populaires

Commentaires ()

Déposer un commentaire