Publi info

Quand le délégué à la Sécurité routière affirme qu’une route dégradée est une solution contre les accidents.

Dans Moto / Pratique

Les masques tombent parmi les caciques d’une Sécurité routière qui semble avoir perdu le cap. La dernière intervention de son délégué est un grand excès de vitesse dans une succession dramatique de mots qui avoue une pensée qui ne l’est pas moins. Sachez chers motards et scootéristes, qu’un nid-de-poule qui se découvre sous vos deux roues n’est pas un mal. C’est même un bien que ce genre de chaussée dégradée permet d’éviter les accidents…

Quand le délégué à la Sécurité routière affirme qu’une route dégradée est une solution contre les accidents.

Le délégué à la Sécurité routière Emmanuel Barbe marche sur la tête. Et sans casque qui plus est. Les routes non entretenues ne sont pas une mise en danger de ses usagers victimes d’une mission de service public non faite. En revanche, c’est une aubaine pour éviter les accidents. Voici les propos de l’intéressé au micro de nos confrères de BFM :

"C’est un problème relatif en matière de sécurité routière. Le paradoxe, c’est que les routes les plus belles routes de France sont 3,5 fois plus mortelles que les autres. Parce que comme elles sont belles, on y roule plus vite. Le vrai facteur de dangerosité en sécurité routière c’est la vitesse. Quand les routes sont en mauvais état les gens roulent doucement".

Emmanuel Barbe vient d’entrer dans l’histoire. On rappellera qu'un rapport commandé par le gouvernement sur l'état des routes françaises estime que si la gestion des chaussées ne change pas, 60 % du réseau français sera dégradé d'ici 2037. Actuellement, 17 % du réseau est dégradé et un tiers des ponts nécessite des réparations, 7 % d'entre eux risquant de s'effondrer. Pour Monsieur Barbe, c’est une perspective réjouissante qui fera baisser la mortalité routière.

Celle-ci a baissé en juillet, mais moins vite que lors des deux derniers mois, malgré un rythme imposé à 80 km/h sur les routes secondaires au lieu de 90. Certes, mais cette baisse ralentie de la mortalité routière s'accompagne toutefois de « mauvais résultats » concernant les cyclistes et les motos, parmi les pires « depuis cinq ans » avec 97 motocyclistes et 29 cyclistes tués, souligne la Sécurité routière.

Mots clés :

Commentaires (12)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Quel abruti....c’est consternant de voir des cons pareils aux responsabilités.

Par

"Le vrai facteur de dangerosité en sécurité routière c’est la vitesse". Certes, c'est avec un minimum de vitesse qu'il y a des impacts. Mais ça fait longtemps qu'on ne gobe plus que la vitesse excessive n'est plus la première cause d'accident.

J'aimerai raconté dans les yeux de ce monsieur la fois où je me suis pris de plein fouet un nid de poule, non pas à la campagne, mais en plein périphérique parisien. Une soirée en rentrant du travail, le boulevard encombré. Je me retrouve sur la voie du milieu, suivant une voiture ,je découvre le nid de poule, au tout dernier moment. Pas le temps d'esquiver, j'ai serré de toutes mes forces la moto. J'ai cru que j'allais passé au dessus du guidon sous l'impact. C'était ma plus grosse frayeur en moto et j'espère que ça sera la dernière. Le lendemain, comme par hasard, cet énorme trou a été réparé.

Par

Ce type est dangereux, il faut le dégager de son poste en urgence.

Par

Si il a raison avec l'évolution de l'état des routes, les accidents vont devenir très rares... bravo à la DDE d'y avoir pensé !

Par

Auparavant réservée aux secteurs dangereux ou accidentogènes, la ligne blanche remplace le pointillé en toute discrétion sur des milliers de km. Là où vous pouviez effectuer un dépassement sans danger hier, là où les pointillés vous garantissaient de la légalité de la manœuvre, la bande discontinue se trouve remplacée par une ligne blanche : une longue ligne blanche !

Un véhicule circule devant vous à 60km/h ? Va falloir être très patient car les portions où les dépassements sont autorisées sont en voie de disparition.

La raison en est simple : s'il est vrai que plus on roule doucement, et plus la distance pour s'arrêter est courte, il est également vrai (mais là-dessus on s'est bien gardé de communiquer) que plus on roule doucement, et plus la distance pour dépasser un véhicule est longue. Bien évidemment, la distance pour doubler ce véhicule à 60km/h sera plus longue si vous effectuez votre dépassement à 80km/h plutôt qu'à 90...

Ceci explique cela : entre les portions où on juge désormais trop courtes ces zones de dépassement, et celles où certains font du zèle (les statistiques doivent baisser !), le résultat est édifiant : sorti de l'autoroute, les zones de dépassement se font de plus en plus rares.

Et lorsque celui qui vous précède flâne en s'émerveillant du paysage, votre patience sera progressivement mise à rude épreuve. Pire : le tracteur ! Et cela peut hélàs s'étendre désormais sur des kilomètres et des kilomètres. Les gendarmes qui traquaient en d'autres temps ceux qui détroussaient le voyageur, ont un peu délaissé les premiers pour s'occuper surtout des seconds.

Ainsi, pour répondre à leurs objectifs quotidiens, point n'est besoin d'avoir du matériel sophistiqué pour verbaliser ! Ces longues lignes droites à lignes continues sont autant de pièges à contrevenant en puissance ! Qui resterait 5km durant derrière un tracteur ?

Pour ma part, après avoir fait cette triste expérience durant une journée, j'ai décidé de m'évader et de passer mes vacances... à l'étranger. Bénéficiant d'une situation géographique privilégiée (30km de l'Espagne), franchir la frontière est comme une libération. D'un coup, vous roulez plus décontracté, votre regard peut désormais se consacrer à la route plutôt qu'à chercher sur les bas-côtés le potentiel agent verbalisateur dont les ruses pour se camoufler sont de plus en plus douteuses, ou de scruter la macadam pour déceler le nid de poule qui vous enverra ad patrès...

Fondamentalement, vous ne roulez pas plus vite, (enfin si, quand même, 90 voire 100 km/h autorisé hors autoroute, ou routes à séparateur central...) mais, quel délice de ne plus surveiller en permanence ce fichu compteur ! Et enfin, des routes en bon état où les dépassements sont autorisés.

Décidément, le passage aux 80km/h, associé à cette ligne blanche interminable ne favorisera pas le tourisme.... Et demain, vont-ils nous creuser des nids de poule ???

Par

laisser se degrader 1 route peut devenir tres dangereux ............ mais ou vas t on avec ces propos d 1 délégué de la securite routière ?????

Par

Regardez la tête de Barbe. Elle en dit long sur le personnage.

Je le trouve inquiétant et sinistre.

Un seul type qui décide du sort de millions d'automobilistes.

Et on osé que la France est une démocratie.

Quand le pouvoir est concentré entre les mains de peu de personnes on appelle ça une dictature.

Par

Les énarques ont la réponse à tout et la solution à tout aussi, leur solution :TAXER !

Par

En réponse à Claude3828

Si il a raison avec l'évolution de l'état des routes, les accidents vont devenir très rares... bravo à la DDE d'y avoir pensé !

La DDE n'existe plus depuis longtemps.

Par

Ce type est un nuisible liberticide.

Il faut le dégager au plus vite, et s'il ne part pas tout seul, il va peut etre falloir l'aider ;)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire