Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Brembo entre au capital de Pirelli

Dans Moto / Equipement

Le numéro un des systèmes de freinage haut de gamme, l’Italien Brembo, vient d’annoncer son entrée au capital de son compatriote Pirelli à hauteur de 2,43 %. Une prise de position qui entre dans le cadre de la stratégie de diversification voulue par l’équipementier transalpin.

Brembo se diversifie.
Brembo se diversifie.

Implantée à Bergame, en plein cœur géographique de la pandémie dramatique de Covid-19 qui touche l’Italie et le monde entier, Brembo vient d’entrer au capital de son voisin milanais Pirelli. Acteur majeur du monde de l’automobile comme de la moto, le spécialiste des systèmes de freinage haut de gamme et sportifs a acquis 2,43 % de Pirelli, toujours détenu par ChemChina.

Un investissement sur le long terme pour Brembo et sa maison mère, NuovaFour B qui présentent cette opération comme « non spéculative » et marque une le premier pas de la stratégie de diversification annoncée par l’équipementier il y a maintenant un an. À l’époque, son président, Matteo Tiraboschi avait clairement laissé entendre que Brembo visait des investissements destinés à étendre l’entreprise, évaluée à 2,25 milliards € vers des secteurs divers, y compris une acquisition importante afin de compléter l’offre actuellement proposée tout en conservant une certaine cohérence avec l’activité première de l’entreprise.

Orienté vers le haut de gamme et la compétition, aussi bien en automobile (présence en Formule 1) qu’en moto avec la MotoGP, Brembo se rapproche ainsi d’un autre géant italien également engagé en F1. Plus surprenant, selon nos confrères d’Automotive News Europe, Brembo aurait agi dans le dos de son compatriote, sans l’avertir de ses intentions.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bien joué Matteo !

Quand l'ancien patron de Pirelli a voulu vendre ses parts majoritaires car il partait en retraite, il est allé voir Michelin et Continental (entre autres) : personne n'en a voulu, ils espéraient tous voir disparaître un concurrent...

Et puis ChemChina lui a fait une offre encore plus intéressante que ce qu'il espérait au départ...

Taratatata, pouet, pouet....

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire