Publi info

Shark Evo-One 2: l'essai

Dans Moto / Equipement

Le casque évolutif Evo-One arrive dans sa seconde version après deux ans de service. Shark retravaille son heaume sur quelques points notamment au niveau du mécanisme d'ouverture de la mentonnière. Alors, ça donne quoi? C'est ce que nous allons voir dans cet essai.

Shark Evo-One 2: l'essai

Le Shark Evo-One, comme d'ailleurs les séries EvoLine (1, 2, 3), tient une place à part dans le milieu des casques modulables. Souvent copié le français est l'instigateur d'un type de heaume plutôt sexy, capable de passer de jet à intégral en un clic à l'image des autres modulables mais aussi d'être un vrai jet avec une mentonnière migrant à l'arrière du couvre-chef une fois celui-ci en mode ouvert. Un peu comme propose Roof avec ses différentes versions de Box(x)er mais avec un mécanisme d'écran "Auto-up et Auto-down" (l'écran se relève lors de la manipulation pour passer en jet et remonte automatiquement lorsque l'on passe de jet à intégral) d'une complexité rare. Une prouesse qui impose d'office le respect!

Shark Evo-One 2: l'essai

Bref ceci étant dit l'Evo-One n'était pas parfait, nécessitant, après deux ans de services, une remise à jour qui se traduit par trois évolutions.

  • nouveau système de verrouillage/ déverrouillage de la mentonnière pour plus d’ergonomie et de souplesse à l’utilisation
  • système de fermeture renforcé
  • nouvelles finitions premium 

UPGRADE

À première vue ce casque est le même que son aîné essayé deux ans plus tôt dans nos colonnes (retrouvez ici nos conclusions)... à première vue seulement. On sera agréablement surpris en démontant la garniture interne désormais sans reproche. Top, au même titre que le confort du tissu, les angles saillants des joues identiques pourront être agressifs pour certaines physionomies. Soulignons neanmoins que la forme choisie permet d'offrir un bon niveau de maintien en dynamique quand le casque est en mode jet.

Du côté de la finition extérieure même constat avec une finition difficilement critiquable. Shark mise sur du premium et clairement le requin s'en donne les moyens avec une nouvelle fois un mécanisme d'ouverture (mentonnière/ écran) qui à lui seul est... beau. Beau mais pas des plus pratiques imposant de l'outillage. On oublie le côté intuitif et on lit le manuel d'utilisateur mais ça se fait sans difficulté.

Shark Evo-One 2: l'essai

Bonne nouvelle l'étanchéité dans cette version 2 se veut meilleure, dommage que Skark n'en ait pas profité pour agrandir les curseurs d'écran (droite et gauche) toujours aussi difficiles à trouver un fois ganté et quasi-impossibles à "choper" avec des gants hiver. Bonne nouvelle, le problème de l'ancienne version concernant les rayures de la lentille Pinlock (toujours aussi efficace) ne s'est pas reproduit avec notre version aujourd'hui en test.

Côté poids la nouvelle version est quasi-identique avec la précédente avec 1 702 grammes vérifiés pour une taille S entièrement équipée (1 700 grammes pour la version 1). Certes ce n'est pas léger mais en dynamique le bon équilibrage de l'ensemble fera oublier l'embompoint.

Shark Evo-One 2: l'essai

ARGH

Outre son côté flatteur et son look sportif le casque propose de réelles prestations dynamiques. Bien équilibré, suffisamment ventilé avec une insonorisation convenable (pour un modulable) l'Evo-One 2 s'en sort avec les honneurs avec en prime une mention spéciale pour le tour de cou élastique et le déflecteur de mentonnière escamotable (aimanté) toujours aussi réussi... l'ingéniosité et l'efficacité (vent/ réduction du bruit) nous séduisent une nouvelle fois.

Si la rotation de la mentonnière est toujours aussi fluide le déverouillage pour revenir en intégral (mentonnière sur l'arrière de la coque) est loin d'être un exemple de facilité. Il faudra bien comprendre comme ça marche sous peine de s'exciter pour rien. Carrément énervant en roulage. Avec une dizaine de manipulations pour prendre le coup et l'affaire ne sera plus qu'un mauvais souvenir. Courrage...

BILAN

Shark fait évoluer son transformer sur trois points: deux sont une réussite... un demandera un certain temps d'adaptation. Plus qualitatif le casque n'est pas une nouveauté mais une évolution réussie de celui que l'on connait déjà, on ne pourra donc pas lui reprocher son champ de vision devenu quelque peu restreint face aux derniers nés fraîchement débarqués. On aimera l'ambiance générale, son bon comportement global, l'étanchéité en progrès ou encore le confort.

Vrai intégral, vrai jet, le casque (double homologation jet ET intégral) Evo-One 2 a de quoi séduire, se classant à part dans la production... on aime sa polyalence qui arrive sans difficulté à se conjuguer avec son côté sportif qui lui va vraiment bien!

Shark Evo-One 2: l'essai
Shark Evo-One 2: l'essai
Shark Evo-One 2: l'essai
Shark Evo-One 2: l'essai
Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

un peu trop robocop en terme de look

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire