Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Bientôt des ailerons mobiles sur le Piaggio MP3 ?

Dans Moto / Nouveauté

Le groupe Piaggio, leader du marché des trois-roues avec les MP3, et propriétaire de marques comme Moto Guzzi ou encore Aprilia a déposé des croquis de brevet de son populaire scooter tricycle équipés d’ailerons avant mobiles. Étonnant pour un scooter, peut-on penser, à moins que tout ceci ne soit qu’un leurre ?

Des ailerons mobiles pour un MP3, vraiment ?
Des ailerons mobiles pour un MP3, vraiment ?

Les ailerons mobiles présentés dans le brevet déposé par Piaggio peuvent susciter l’interrogation. Si ces appendices aérodynamiques sont plus généralement associés à des motos de compétition, ou plus récemment aux sportives de pointe (à basse vitesse la charge aérodynamique est très faible), il est encore plus surprenant que ces éléments, ici présentés sur un scooter, soient mobiles.

Les ailerons mobiles que nous pouvons voir sur les dessins du brevet sont très similaires à ceux d'un avion, avec des mouvements de rotation sur un axe horizontal pour apporter de l’appui ou au contraire libérer le flux d’air. Ils rempliraient ainsi une fonction similaire à ceux présents sur les avions, où ils permettent à l'avion de tourner à gauche et à droite. Il s’agirait ici de faciliter les virages, en levant l'un et abaissant l'autre. Selon les dessins, les ailerons du Piaggio se déplaceraient indépendamment, et seraient guidés par électronique.

Une aide aéro en virage.
Une aide aéro en virage.

Par exemple, en abaissant l’aileron à droite et en le soulevant à gauche, le scooter pourrait être incliné plus rapidement vers la droite, et un changement rapide dans la direction opposée aiderait à le soulever, et inversement. Les deux ailerons inclinés vers l'avant en même temps, permettraient d’apporter un appui supplémentaire, comme on peut déjà le voir sur les Ducati Panigale V4 et Streetfighter V4, la Honda CBR1000RR-R ou l'Aprilia RSV4 1100.

Un système qui peut se justifier sur des motos en recherche de performance mais plutôt surprenant s’il est envisagé sur un scooter trois-roues comme le MP3. À moins que Piaggio ne joue la carte de la diversion en déposant le brevet sur un MP3 pour mieux en faire profiter une sportive de la marque comme la RSV4…

Le MP3 est paré au décollage.
Le MP3 est paré au décollage.

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

J'ai toujours été très surpris depuis l'avénement des ailerons sur les motos que ceux-ci demeuraient fixes. Surtout vu la cinématique d'une moto comparativement à une voiture.

Vu l'électronique en tout genre d'une moto, il était plus que surprenant que les "ingénieurs" se campaient sur du statique à part faire comme d'habitude en copiant/collant ce qui se fait dans l'automobile (et encore sur le début des ailerons autos) à peine adapté au 2 roue et surtout pas en partant d'une cinématique d'un 2 roue.

Après je me disais que c'était peut-être le règlement du MotoGP qui n'aurait pas autorisé des ailerons dynamiques mués par l'électronique vu que depuis longtemps il n'existe plus de catégorie totalement prototype.

Dès le début quand Ducati a sorti ses ailerons je me suis interrogé sur la pertinence sur une moto, en suite j'ai compris que ce qui n'était pas pertinent dans le passé l'était aujourd'hui avec des machines bourrées d'anti-machins permettant de faire en sorte que ses ailerons fixes opèrent dans une plage (degrés) d'efficience (comme l'effet de chaine par exemple) et ne se transforme pas en "avion". Mais je me suis dit dès le début pourquoi ne pas les avoir fait dynamiques (au moins pour les phases de freinage) où l'hydraulique du système de freinage déclencherait une position d'aérofrein de ces ailerons quand on voit l'importance du freinage aérodynamique dans les petites cylindrés quand le pilote lors des phases de freinage sort de l'aéro de son carénage/bulle.

Les "ingénieurs" de chez Piaggio semblent avoir eux l'étincelle. Bravo à eux, ils semblent être moins "cons" que les autres surtout à une époque où sortir des brevets à tout va est chose courante. Ils ont de plus, semble t'il, cogité un peu en incluant une aide à l'appui et à l'inscription en courbe.

Il aurait été encore plus astucieux de mettre ses ailerons dynamique sur une partie non-suspendu pour plus de précisions et efficacité, mais là il faudrait aller encore plus loin et partir d'une partie-cycle agissant d'une meilleure façon sur la cinématique d'un 2 roue suspendu motorisé, c'est à dire d'une machine au train avant qui s'affaisse et non qui plonge comme les train avant à fourche up-side-down.

Et oui, il faut toujours repenser le global et ne pas se contenter d'ajouter un nouveau système sur de l'existant façon patchwork, où sinon on tombe dans la petite ingénierie de bazar. :)

Par

Il ne faut pas oublié que Piaggio et l'aéronautique est une longue histoire avec Piaggio Aéro. Y a t'il des vases communiquant aujourd'hui ?

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire