Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info
Essai Moto Guzzi California 1400 Custom: la fierté d'une marqueMoto Guzzi (ou Piaggio) mise gros sur sa nouvelle California 1400. Beaucoup d'espoirs aussi. La refonte complète de son modèle phare est quelque part un nouveau départ pour la marque. Après un passage à vide dans les années 2000, la marque mythique italienne a bien l'intention de retrouver sa place au soleil avec de nouveaux modèles.

Lire l'essai»

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

je roule en guzzi depuis plusieurs années, et ça ne chauffe pas les jambes, on ne resent aucune chaleur des cylindres!

Par Anonyme

A l'approche de mon demi-scièle d'existence et près de 40 années en deux roues motorisées, je pense m'offir un gros cruiser pour marquer le cap. Sans préjugés, j'ai essayé des motos aussi hétéroclites qu'une Valkyrie 1500, une Kawa VN 1700, une Road King 1600, une BMW R 1200 c et grosse surprise exposée dans un super marché : la Guzzi California dernière cuvée ! Avec un faible pour les motos à rondeurs, j'ai été séduit par l'engin sous toutes ses coutures. Ne manquait plus qu'un essai sur route afin de ressentir les vibrations de l'italienne, ce que j'ai fait ce matin même. A l'amodage, les vibrations du bi-cylindres sont impressionnantes et rappellent naturellement la référence Harley. Tout vibre, le guidon, les commodos, le pare-brise, le réservoir, la moto quoi. Cependant, à peine lancée, le moteur emprunte d'avantage ses références au flat-twin de béhème. Il est rond, coupleux, puissant tout en donnat une sonorité plus proche des V japonais que de la machine à coudre teutonne.  J'ai apprécié son poids relativement plume dans le segment et une maniabilité autrement plus véloce que le roi des routes américains. Elle est agréable et donne d'emblée le sentiment que l'on peut s'envoler pour avaler des bornes. Seuls bémols : 1- la selle plus adaptée aux formats latins qu'à mon mètre septante neuf. 2- le compteur digital un peu cheap qui, à défaut d'être beau, fourni une tonne d'indications. 3- la consommation affichée de presque 8 litres au cent sans essorer la poignées des gazs. Ceci dit, j'apprécierais les commentaires et conseils de ceux qui pratiquent cette moto, ou d'autres du même segment, afin que mon anniversaire sont couronné du choix d'une bonne compagne de route.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire