Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Scandale Norton : des repreneurs intéressés malgré tout ?

Dans Moto / Pratique

Le feuilleton Norton n'en finit plus. Placé sous la tutelle administrative d’un cabinet spécialisé, le constructeur anglais est en proie à de graves problèmes financiers. Dans l’œil du cyclone, son ancien dirigeant Stuart Garner va devoir rendre des comptes sur sa gestion calamiteuse. Une situation difficile qui n’empêche pas l’institution d’avoir des offres de reprise.

Les salariés pourront-ils reprendre leur activité ? C'est encore possible.
Les salariés pourront-ils reprendre leur activité ? C'est encore possible.

Un « intérêt significatif » d’acheteurs potentiels. Voici de quelle façon le cabinet BDO, en charge du dossier Norton vient de qualifier la lueur d’espoir dans l’obscurité ambiante. Un espoir bienvenu pour tous les amoureux de la marque anglaise, et ses employés dans une période bien morose.

Le cabinet BDOP, en charge de l’état des lieux et du redressement de Norton, s’il est encore possible, est chargé de superviser tout ce qui touche à l’activité financière comme industrielle du constructeur. Si les chaînes de montage viennent d’être mises à l’arrêt, la crainte d’une disparition pure et simple de Norton n’est pour l’instant pas encore à l’ordre du jour.

Sans donner plus de détails sur les acheteurs potentiels (Keanu Reeves, déjà propriétaire de Arch se serait penché sur le dossier), Lee Causer, du cabinet BDO a déclaré : « En tant qu'administrateurs conjoints, nous prenons toutes les mesures nécessaires pour garantir que les clients, le personnel et les fournisseurs soient soutenus tout au long du processus d'administration, alors que nous recherchons la vente de l'entreprise et des actifs. Nous avons eu un grand intérêt et espérons que la vente de Norton Motorcycles pourra être conclue. »

Une vente est inéluctable pour maintenir l’espoir de voir Norton renaître. Quant à son ancien dirigeant, Stuart Garner, il devrait bientôt se retrouver devant la justice pour différentes affaires financières extérieures à Norton, mais qui confirment le profil peu regardant sur la dépense et magouilleur du bonhomme.

SPONSORISE

Actualité Norton

Toute l'actualité

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Cela ne me surprendrait pas: les produits sont vendables (en particulier les Commando et Atlas) et la marque a gardé son aura.

Ce qu'il faut c'est un repreneur qui soit capable de capitaliser correctement la société (car outre la gestion, il est clair que Norton était sous-capitalisée) et de cesser de se disperser (la SV4 est peut-être une belle machine mais le coût de développement d'un moteur spécifique ne paraît pas raisonnable.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire