Caradisiac® utilise des traceurs (cookies et autres) pour assurer votre confort de navigation, pour réaliser des statistiques de visites ainsi que pour vous proposer des services et des publicités ciblées adaptés à vos centres d’intérêts. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. Pour plus d’informations et paramétrer vos traceurs : En savoir plus

Publi info

Stationnement parisien : ce n'est plus gratuit et la fourrière chasse

Dans Moto / Pratique

Stationnement parisien : ce n'est plus gratuit et la fourrière chasse

Le temps où l’on pouvait stationner son deux-roues motorisé là où, simplement, il y avait de la place pour le faire, est révolu. En région parisienne, l’engrenage de la réglementation stricte a été enclenché soit avec un système payant, soit par une chasse organisée pour rabattre les engins vers la fourrière. Sachez-le, avoir un scooter et une moto n’immunise plus sur le souci de le garer pour aller ensuite vaquer à ses occupations. Pour les politiques, c’est un moyen de rationaliser l’espace, pour les automobilistes c’est une procédure élémentaire pour être tous égaux devant la loi. Et pour nous, c’est un nouveau poste budgétaire à ouvrir…

C’est maintenant acquis, Charenton et Vincennes, deux cités du Val-de-Marne, vont faire payer le stationnement des deux-roues. En avril prochain, un système de stationnement payant sera effectif. Les deux-roues motorisés et immatriculés vont devoir payer leur place de stationnement sur l’espace public.

Les deux villes ont fait les mêmes constats : de plus en plus de deux roues, dont beaucoup dites « ventouses », de plus en plus d’incivilités, tel l’irrespect des règles de stationnement ou la circulation anarchique sur l’espace piéton. Des remarques partagées par de nombreux habitants. Vincennes compte 780 places matérialisées pour les deux roues, Charenton 500 places.

Dans le système prévu, le forfait mensuel pour les résidents charentonnais sera de 7 €. À Vincennes, dès le 3 avril, la redevance de stationnement sera de 1,50 € les 2 heures pour le stationnement rotatif. Et pour le stationnement résidentiel : 0,70 €/jour et 2,70 €/semaine.

De son côté, Paris ne fait pas payer mais fait la chasse aux scooters garés sur les trottoirs. La mairie rappelle que les quelque 97 000 deux-roues en circulation dans Paris disposent de plus de 47 400 places auxquelles s’ajouteront 6 000 autres d’ici 2020. Ils peuvent également se garer gratuitement en voirie, ils ne seront pas verbalisés.

Mots clés :

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire