Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Switch eScrambler, une moto électrique brute et efficace

Dans Moto / Nouveauté

Les motos électriques sont à la mode et on vous en parle souvent. La plupart ne suscitent pas beaucoup d’enthousiasme à cause de leur design fade. Cette réalisation d’un expatrié Néo-Zélandais, basé à Shanghai, ne pourra vous laisser de marbre, tant le niveau de maîtrise de la conception est élevé. 

Le style épuré de la Switch eScrambler peut ne pas plaire, mais il a le mérite d’être très épuré et recherché. La réalisation est superbe.
Le style épuré de la Switch eScrambler peut ne pas plaire, mais il a le mérite d’être très épuré et recherché. La réalisation est superbe.

Matthew Waddick est actif dans le milieu de la moto électrique depuis quelques années. Il a décidé de se lancer dans un projet personnel que nous vous faisons découvrir. Le projet est si abouti qu’une commercialisation ultérieure est prévue. Reste à passer les multiples étapes de l’homologation. “Cela peut prendre jusqu’à 9 mois, rien que pour certifier le système ABS sur un nouveau véhicule”, concède frustré le créateur.

Le design du prototype de la eScrambler a été confié à Michel Riis, un ancien designer de Yamaha Japon, mais aussi ancien champion de flat-track danois. Le cahier des charges de Matthew Waddick a été assez simple : la moto doit atteindre 150 km/h, réaliser le 0 à 100 km/h en moins de 3,2 secondes et avoir une autonomie de près de 150 km par charge. Un défi réalisé avec l’ajout d’une batterie Panasonic haute capacité.. On ne peut pas la manquer, car les concepteurs du véhicule n’ont pas cherché à la cacher, bien au contraire. Elle a une capacité de près de 13 kWh, soit presque autant que celle de la Zero SR. Le challenge a été, pour les deux associés, de parvenir à un résultat des plus esthétiques possibles. Défi relevé de mains de maîtres, “mais cela est bien plus compliqué qu’il n’y paraît de rendre beau une moto électrique”, avoue Matthew Waddick, chef du projet.

Le niveau de qualité de fabrication et le souci des détails sont ultimes sur ce prototype.
Le niveau de qualité de fabrication et le souci des détails sont ultimes sur ce prototype.

Le faux réservoir, le châssis, l’entourage de la batterie et beaucoup de pièces ont été usinés en aluminium, pour un résultat spectaculaire pour une petite structure comme Switch. Les roues de 18 pouces et les suspensions sont des éléments KTM, alors qu’une courroie vient en lieu et place de la traditionnelle chaîne.  La moto dispose d’un petit écran TFT sur lequel tout un tas d’informations seront disponibles. Trois modes de conduite sont au programme, ainsi qu’un cruise control et une puce GPS. De quoi suivre les pérégrinations de la moto à distance. Ce superbe projet est en phase d’homologation, mais il faudra être patient, pas de prix, ni de date de commercialisation pour le moment (2022 probablement).

Portfolio (4 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire