Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

2. Trofeo Rosso 2018: des italiennes, mais pas que...

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

 Le Trofeo Rosso, c'est également la possibilité aux sympathisants de rouler avec une machine "non italienne".

  Prenez une partie cycle d'Aermacchi, installez-y un moulin prélevé sur une 500cc Honda (genre 500 Four) et vous obtenez cette Aerhon 500.

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Autre bitza sympathique ici en compagnie d'une Gilera 500cc Saturno, une ATC 650. La partie cycle est l'œuvre d'Alain Tailleux (Alain Tailleux Construction) et le moteur est un monocylindre  650cc emprunté à une Honda "Dominator".

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Une petite française maintenant avec cette Motobécane 125cc "S", une "compé-client" particulièrement efficace donnée, à l'époque, pour plus de 170 km/H.

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Intéressant aussi ce petit 50cc Scrab qui pourrait bien appartenir à Jean-Patrice Coulis (rencontré et interviewé ici même en 2010 et à retrouver ici).

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Là, c'est du lourd. Nous sommes ici en présence d'une Norton Manx Molnar Walmsley. Cette machine particulièrement affûtée a été fabriquée en petite série. D'ailleurs, le regretté Barry Sheene roulait sur une moto quasiment identique lorsqu'il participait à des démonstrations classiques de l'autre côté de la Manche. Le moteur, à course courte (70mm), a un alésage de 95mm. Ces machines, reconnaissables à leur échappement monté à gauche, accusent 115kg sur la balance grâce à l'habillage carbone. Donné pour 70cv, le moteur peut atteindre les 9 000 trs/mn.

 

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Son pilote et son épouse sont de vrais passionnés de motos. Ils ont toujours roulé sur deux (et même trois) roues. Seules les obligations professionnelles les empêchent de participer aussi souvent qu'ils le voudraient à ce type de manifestation.

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Très fournie aussi la catégorie side-car avec des attelages particulièrement bien préparés comme celui-ci motorisé par un bloc BMW équipé de rares culasses Krauser.

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

 

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Vu dans l'espace réservé aux professionnels ce monocylindre Ducati 350cc préparé pour la piste par L' Atelier Ducati Servizio. Cette enseigne, tenue par Christian Pessot, est spécialisée dans les monocylindres Ducati (voir son site en cliquant ici).

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  Présent pour la première fois, le C.V.A.M. (pour Conservatoire Vivant des Arts Mécaniques) était venu en voisin. Une belle brochette de machines anciennes était exposée par ce club particulièrement dynamique. À noter qu'ils organisent une bourse d'échange importante les 6 et 7 octobre prochains à Saint Junien (87). 

Trofeo Rosso 2018: quand les italiennes entrent en piste...

  C'est terminé pour cette année. Bien évidemment, vous n'avez ici qu'un tout petit aperçu de ce qui état à découvrir pendant ces deux jours. N'hésitez pas à aller sur le site du Trofeo Rosso (ici) et si vous souhaitez goûter à la piste dans une ambiance sympa, vous savez ce qu'il vous reste à faire.

 

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire