Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Dans Moto / Nouveauté

Sur une base aux capacités tout chemin reconnue Husqvarna, filiale de KTM, greffe de nouvelles qualités séduisantes pour son nouveau trail. La Norden 901 bénéficie en effet d’une esthétique et d’un talent de voyageuse bien supérieurs à ceux des machines orange. Pour suivre sa trace, suivez le Nord.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Tel un évènement cosmique longtemps attendu, la Husqvarna 901 Norden se fait réalité. Bien sûr, la suédoise emprunte largement ses bases aux KTM 890 Aventure et R. Avec ce croisement aux origines fortes, Inutile de préciser que ses aptitudes hors bitume devraient donc être des meilleures. Mais, forcément séductrice, la nordique sirène se dote d’arguments solides pour enchanter les voyageurs au long cours. Difficile de résister à ses charmes lors de notre essai mixte route et terre sur l’île de San Miguel (Açores) où la belle mêle ses arguments à la beauté des lieux.

Gentleman aventurier

Les peuples du Nord ont le génie du style et de la pureté des lignes. La Norden 901 en est un exemple. Simples, robustes mais toujours élégantes, ses volumes simples composent un ensemble presque intemporel. Sobre, la suédoise ne manque pas de caractère et, surtout, d’originalité.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Elle se veut traduction d’efficacité et d’horizon, sans fioriture inutiles, tout en conservant une image vintage rallye stylé. Le trail adopte d’ailleurs la grande optique circulaire empruntée au roadster Svartpilen. Elle s’encadre ici de deux feux antibrouillard. L’éclairage est bien sûr entièrement à leds. La bulle est courte mais le cockpit placé haut assure à ce pare-brise une position efficace bien que non ajustable. Un élément optionnel plus vaste assurera un confort accru.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Les longs épaulements de l’habillage abritent le radiateur et l’original réservoir de 19 litres. Déjà présent sur les autrichiennes, ce bidon est ici un point de design et de conception essentiel. Le dessin de la 901 le fait s’intégrer pleinement à son style épuré. Au niveau des flancs, des évidements laissent apercevoir les deux ventilateurs du large radiateur frontal. Moulé en une pièce de polyamide épais, il déploie ses volumes principaux en arche autour de la machine pour placer les masses au plus bas. Sa partie inférieure vous protégera également des projections et de la boue.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire
Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Ses bases sont renforcées de plaques de protection alu en cas de chute et un large sabot aluminium au style anguleux protège, de série, le bas moteur. Par leur taille et leur forme les assises pilote et passager évoquent tout de suite le confort. Et ce dernier bénéficie de solides poignées latérales qui forment ensuite un porte-paquet. L’arrière se conclut sur un feu stylé emprunté lui aussi au roadster 701. Les carénages latéraux de la poupe gainent également avec classe la machine.

Bâtie dans le granit

La Husqvarna Norden 901 repose sur le même ensemble châssis-moteur que celui des autrichiennes dont elle dérive. Renforcé pour emmener un poids important, le treillis acier de la boucle arrière vient se boulonner sur un cadre tubulaire du même métal au chrome molybdène. Et la structure utilise le moteur comme élément porteur. Avec ses carters aluminium celui-ci pèse seulement 53,4 kg.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Le bicylindre parallèle (LC8 KTM) de 889 cm3 (90,7 x 68,8 mm) adopte un double arbre à cames en tête et 4 soupapes par cylindre. De grande qualité, cette mécanique dispose de deux arbres d'équilibrage (l’un placé devant le vilo, l’autre plus étonnamment entre les arbres à cames). Le vilebrequin monobloc forgé place ses manetons selon un inédit calage à 185 et 75 degrés. Une sorte de cross plane pour twin. L’admission est confiée à des corps d’injection Dell’Orto de 46 mm. Et le rapport de compression est élevé : 13.5 :1. Ainsi conçu, le bloc délivre 105 ch à 8 000 tr.mn et 100 Nm à 6 500 révolutions. Bien sûr, le twin est Euro5.

Point d’importance, un capteur anti-cliquetis vous assurera de pouvoir rouler avec des carburants plus ou moins frelatés à l’autre bout du monde, sans endommager le moteur. Un tendeur hydraulique de chaîne de distribution simplifie la maintenance. Également, la boîte bénéficie d’un shifter à double sens, secondée par un embrayage assisté anti-dribble (PASC). Celui-ci assure un levier très souple et des rétrogradages importants sans blocage de roue arrière.

Avant-garde technologique

On peut être rustique et couverte de puces dernier cri. Le cheval suédois n’en manque pas. Une centrale inertielle (IMU) à trois axes et 6 directions optimise les assistances disponibles : contrôle de traction (MTC) frein moteur (MSR) et ABS) au travers de trois modes de pilotage via un accélérateur ride-by-wire.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Logés dans un cockpit haut perché, les instruments se retrouvent à hauteur idéale, concentrés dans un écran TFT de 5 pouces. C’est une première pour la marque, plus habituée aux machines enduro. Et le système peut communiquer avec votre smartphone, permettant notamment un guidage GPS via une application (version de test). Le graphisme de l’interface est aussi moderne que didactique. Les flèches haut et bas peuvent définir des raccourcis vers certaines fonctions comme choisir un mode de pilotage ou changer l’affichage. Mais le mode Explorer empêche ensuite cette possibilité, les deux poussoirs régulant alors le contrôle de traction. On pourra également réduire le niveau d’informations souhaitées et même choisir le mode simplifié.

Le mode «Off-road » supprime l’assistance sur l’angle et lisse un peu l’accélération. Le MTC est beaucoup plus permissif afin de jouer sur la glisse du pneu arrière. L’anti-wheeling est désactivé pour permettre à la roue avant de s’engager au-dessus des obstacles. Et surtout l’ABS est inactif à l’arrière et réduit à l’avant.
 Un dernier Mode optionnel, baptisé «Explorer» est personnalisable par l’utilisateur. Celui-ci permet de paramétrer les assistances. Ainsi le MTC s’ajuste 9 valeurs à tout moment. Cela permet d’adapter la motricité à l’état du terrain et au style de pilotage recherché. La réactivité du moteur est également plus vive. Le contrôle du frein moteur (MSR) viendra en aide à l’anti-dribble en réduisant les charges sur l’équipage mobile. Enfin, un régulateur de vitesse équipe la Norden pour faire passer plus confortablement les étapes d’autoroute.

Bémol sur ce bel ensemble, certains choix de liaison ou non liaison des modes aux assistances est étonnant et rend le paramétrage électronique moins agréable lorsque l’on passe très souvent de la terre au bitume. Il faut alors déconnecter chaque fois le MTC-MSR (antipatinage) voire repasser l’ABS en offroad… Ainsi, le mode associé ne semble pas ajuster les assistances comme il se doit. Étonnant et non conforme au descriptif donné par la marque. Peut-être des machines de pré-série ?

Enfin, une prise 12V judicieusement située à droite de l’écran sur le cockpit permettra d’alimenter facilement un GPS. La commande des antibrouillards est à gauche et rétroéclairée comme tous les commodos.

Monture sur mesure

Taillée pour les grands espaces, mais pas que pour les grands gabarits. Ainsi, l’assise pilote est ajustable sur 20 mm, de 854 à 874 mm de haut. En position haute, le siège paraît nettement plus élevé. Il incline doucement le pilote vers le cintre engendrant un léger appui pour un meilleur contrôle du train directeur. Épaisse, la selle au revêtement bi-matière anti-glissement et effet d’empiècement est de première qualité. Celle du passager témoigne du même soin.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Avec ces volumes largement placés bas, le réservoir écarte à peine les jambes. Buste droit, bras tout aussi détendus et maints idéalement posées sur le large cintre, on attend l’aventure avec sérénité. D’autant que le guidon aluminium est ajustable sur 6 positions et 30 mm d’avant en arrière et les leviers sont ajustables en écartements. On note aussi de vrais pare-mains de bonne qualité, rigides et de bonnes dimensions.

Essai - Husqvarna Norden 901 (2022) : l'étoile polaire

Le cheval suédois est compact avec un empattement de 1 513 mm, un angle de colonne de 25,8° et une chasse de 106,9 unités. Son agilité prévisible s’accorde avec une fourche inversée WP Apex de 43 mm. Ajustable en compression et détente via molettes hélice en haut des tubes, elle débat sur 220 mm. Son amortisseur WP réglable en précharge et détente coulisse sur 215 unités en lien sans biellette avec le bras oscillant alu. Avec ces éléments, la Norden avoue un excellent 252 mm de garde au sol. De plus, Husqvarna équipe son trail d'un amortisseur de direction afin d’aider à garder le cap.

L’impression de qualité est une constante à bord de la Norden 901. Ajustement des éléments, ergonomie, matières et puis de fourche gainée signet une machine aboutie. Tout comme les surfaces métalliques soignées ainsi que les carters bronze du twin. Pratique, le filtre à air est placé sous la selle, très facile d'accès et les intervalles de maintenance sont espacés de 15,000 km. Enfin, la Norden 901, qui n’avoue que 220 kg environ, est prête à parcourir votre monde.

Photos (35)

SPONSORISE

Actualité Husqvarna

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire