Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Essai Mash Bibop 50 : plaisir au quotidien

Essai Mash Bibop 50 : retour aux fondamentaux

La réalisation d'un essai de scooter 50 ne s'appréhende pas de la même manière que celui effectué sur un véhicule 125. Notre hôte du jour attire une clientèle à la moyenne d'âge de 15 ans. S'installer à bord du Bibop s'avère d'une aisance déconcertante : la selle brille par son moelleux et son creusement permet une position de conduite tout à fait classique. L'espace aux jambes est des plus généreux pour un scooter de cette catégorie. On apprécie la position de conduite grâce à des genoux qui ne viennent pas buter contre le tablier. Un bon point que ne manqueront pas de relever les grands gabarits mesurant plus d'1m80. Bien installé, l'heure d'enclencher le ''bouillonnant'' monocylindre approche : une simple pression sur le démarreur suffit à lâcher les 4,2 chevaux délivrés par ce bloc dont l'architecture est un exemple de sobriété et de simplicité. On retrouve une motorisation refroidie par air alimenté par un carburateur. Pas de superflu au programme, mais le plaisir reste intact à l'écoute du son si particulier émis par le 2-temps. Bien sûr, il faut relativiser les performances du Bibop dans sa livrée ''Race Experience'', mais avouons-le, quelle belle surprise et surtout quel plaisir de parcourir quelques kilomètres autour et en centre ville de Beaune, non loin de la fameuse route des grands crus. Les premiers kilomètres défilent et l'on constate un moteur volontaire malgré le bridage à 45 km/h comme l'exige la loi française. L'accélération demeure vive, tandis que la plage d'utilisation se montre intéressante à condition de rester dans les hauts-régimes.


Essai Mash Bibop 50 : retour aux fondamentaux


Sur le plan dynamique, le petit Mash ne manque pas de qualité. Facile à prendre en main, le châssis se montre dans l'ensemble sain et sécurisant. Muni d'une fourche hydraulique à l'avant, celle-ci ne se désunit pas et ne pompe pas à l'amorce d'un freinage. Le constat s'avère tout aussi salvateur à l'évocation de la suspension arrière : en effet, le simple amortisseur à bonbonne de gaz séparé gomme la plupart des imperfections de la route avec plus ou moins d'onctuosité. En revanche, ce séduisant Bibop dispose d'un freinage un peu en retrait : le disque avant typé ''pétale'' demande d'exercer une forte pression sur le levier pour avoir un semblant de performance. Le tambour arrière suffit à ralentir les 88 kilos de l'engin, mais il a tendance à bloquer rapidement.


Photos (24)

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Mash

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire