Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac 20 ans    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

L'avenir de Norton s'éclaircit

Dans Moto / Pratique

Officiellement rachetée et sauvée de la faillite en avril dernier par le géant indien TVS, la société Norton peut désormais entrevoir l’avenir plus sereinement. Suivant le plan de relance décidé par le directeur général adjoint de TVS, Sudarshan Venu, le nouveau P.-D.G. de Norton par intérim, Jush Russell a livré plusieurs informations dignes d’intérêt à notre confrère de SuperBike, John Hogan.

Une vision d'avenir enfin claire pour Norton.
Une vision d'avenir enfin claire pour Norton.

Alors que le monde entier luttait contre la pandémie de coronavirus, Norton a commencé à embaucher de nouveaux employés. À l’occasion d’une conversation avec le P.-D.G. par intérim de Norton Motorcycles, John Russell, le journaliste John Hogan, de SuperBike a obtenu quelques réponses sur l’avenir de Norton.

Pas étranger à l’industrie moto, Russell a notamment été vice-président et directeur général de Harley-Davidson Europe de 1998 à 2007. Entrer pour redresser le navire Norton, la tâche de Russell ne s’annonce pas de tout repos.

Interrogé par SuperBike, Russell a confirmé que le rythme de production de Norton sous l’ancienne direction n’était que d’une moto par semaine. Une lenteur en partie due à des problèmes d'approvisionnement. Un rythme qui devrait dorénavant s’accélérer pour répondre aux commandes jusqu’ici non assurées. « Venu a dit qu'il voulait arriver à un point où tous les clients qui avaient déposé un acompte seraient satisfaits du résultat. Notre espoir est que nous puissions construire les motos », a ainsi déclaré Russell à SuperBike.

Se pose également le problème des défauts de fiabilité et de la garantie des motos déjà produites : « D'une certaine manière, cela n'est pas très différent de la question des acomptes des clients dans la mesure où il existe des responsabilités techniques permanentes en termes d'intégrité du véhicule. Nous ne voulons pas en rester là. Parallèlement au plan de vente dont nous avons parlé, nous visons à entrer en contact avec les clients qui ont des problèmes afin que nous puissions développer des solutions. Nous sommes ouverts d'esprit mais il y a évidemment une limite », a confirmé Russell.

Russell se confie également sur le futur de Norton : « Nous voulons être justes et cohérents, la dernière chose que nous voulons, c'est que les gens s'en aillent avec une vision négative de Norton. Les futures motos passeront par les meilleurs processus de contrôle qualité de la planète. »

Convaincu de pouvoir relancer la société en perdition depuis plusieurs années, l’indien TVS semble se donner les moyens de ses ambitions. Une nouvelle ère débute pour Norton !

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (4)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Quand on achète NORTON ANGLAIS on veut pas du NORTON INDIEN idem pour KTM INDIEN ...:non:

Par

En réponse à sony05051962

Quand on achète NORTON ANGLAIS on veut pas du NORTON INDIEN idem pour KTM INDIEN ...:non:

Heureusement tout le monde ne pense pas comme ça

Par

Triump fabrique en Thaïlande... Honda aussi.

on en déjà beaucoup discuté précédemment....

Par

NORTON prend le chemin de ROYAL ENFIELD , cela va faire mal à l'industrie japonaise qui piétine .

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire