Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Moto GP - Bautista et Hopkins: Destins croisés chez Suzuki

Dans Moto / Sport

André Lecondé

Moto GP - Bautista et Hopkins: Destins croisés chez Suzuki

L'un ne s'attendait pas à se retrouver si rapidement sur une Moto GP tandis que l'autre n'envisageait certainement pas d'en descendre aussi vite et, surtout, aussi brutalement. John Hopkins et Alvaro Bautsista connaissent des destins croisés chez une usine Suzuki qui doit jongler avec les impératifs de sa politique de pilote unique, synonymes de précarité et d'improvisation lorsque l'élu se retrouve sur le flanc. A Jerez, à l'occasion du Grand Prix d'Espagne, « Hopper » sera au charbon tandis que le local de l'étape, forfait par la force des choses, tentera une apparition dans les stands pour supporter ses troupes. Et montrer qu'il est sur la voie de la guérison.


Car le compte à rebours a commencé pour Bautista qui a connu quelques complications après son opération d'un fémur cassé aux essais du Qatar. De retour dans son Espagne natale, il a retrouvé le moral et se fixe une échéance pour ses retrouvailles avec la piste: le Grand Prix du Portugal, qui aura lieu dans seulement un mois ! «  Mon but est d'être à Estoril. Cela fera un mois de convalescence. Actuellement, j'ai du mal à mettre du poids sur mon pied gauche et je sais que je dois travailler dur. Mais c'est mon but et je sais que je peux l'atteindre. L'urgence n'est pas de retrouver ma force parce que je n'en ai pas perdue beaucoup, mais plutôt ma mobilité sur la moto et en particulier dans les virages à gauche. »


En attendant, c'est donc John Hopkins qui va tenir le guidon de la GSV-R. Un retour au firmament pour l'anglo-américain qui garde néanmoins les pieds sur terre en redoutant de tomber dans un trou noir: « Je voulais avoir la chance de remonter sur une Moto GP, mais pas dans ces circonstances » précise le pigiste. « Je ne me fais pas d'illusions : ce sera un week-end difficile pour moi étant donné que je n'ai plus piloté une moto de Grand Prix depuis plusieurs années et que je n'ai jamais couru avec les nouveaux pneus. Les motos ont avancé ces trois dernières années, mais quand j'ai piloté la GSV-R à Losail elle m'a parue très familière et j'ai immédiatement eu de bonnes sensations. »


« Je connais bien le circuit de Jerez, ça ne sera donc pas comme si j'avais à apprendre un nouveau circuit. Et je connais aussi le team, ce qui m'aidera beaucoup. Je ferai clairement de mon mieux pour obtenir un bon résultat et faire en sorte de ne décevoir personne. Y compris moi-même. »


SPONSORISE

Actualité Suzuki

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire