Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Moto GP - Japon: Le voyage vers le Motegi tourne à la pomme de discorde

Dans Moto / Sport

André Lecondé

Moto GP - Japon: Le voyage vers le Motegi tourne à la pomme de discorde

Mine de rien, on va doucement mais sûrement vers une situation de blocage dont le Moto GP, avec un peu de bon sens et un soupçon d'anticipation, pourrait bien se passer. Et celle-ci pourrait laisser des traces en coulisse puisqu'elle concerne une fois encore la tenue d'un Grand Prix du Japon repoussé début octobre, mais dont on sait, depuis le Mans, que personne ne veut. La faute à une situation sanitaire placée sous le sceau des radiations nucléaires qui alimentent les inquiétudes.


Côté Dorna, on a envoyé Claude Danis sur les lieux, on a pris en compte les déclarations de Shinya Nakano, et on a distribué un rapport d'un laboratoire d'Obayashi qui a écrit sans trembler que le niveau de radiation relevé sur le site du Motegi était inférieur à celui en vigueur à Rome ou à Madrid.


Un document qui a fait réagir les pilotes, mais pas dans le sens espéré. Jorge Lorenzo et Valentino Rossi ont même eu une conversation privée sur le thème dans le motorhome Yamaha. Pour un front du refus qui semble se durcir si l'on en juge par les déclarations d'un champion du monde décidément très prolixe cette année :


"Je ne fais pas beaucoup confiance aux informations gouvernementales sur le niveau des radiations et je ne souhaite pas me rendre là-bas pour l'instant" a ainsi déclaré tout de go l'Espagnol. "Il y a d'autres moyens d'être solidaires avec les Japonais que d'organiser une course de motos. Je pense que 99% des pilotes sont du même avis que moi et je crois qu'ils seront nombreux à ne pas s'y rendre si le rendez-vous est maintenu."


Le pilote Ducati, quant à lui, s'est voulu plus nuancé avec un soupçon de pédagogie politique: "J'espère ne pas y aller mais je ne sais pas encore ce que je ferai s'ils décident de maintenir la course. A mes yeux, pour que la course soit annulée, il faut que tous les pilotes et les constructeurs soient d'accord. Je pense que les constructeurs japonais poussent pour que l'on s'y rende, mais chez Ducati, la pression est beaucoup moins grande."


SPONSORISE

Actualité Ducati

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire