Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Restauration: roulera, roulera pas?

Dans Moto / Loisirs

Restauration: roulera, roulera pas?

 En attendant des jours meilleurs et pour vous faire patienter pendant cette période de confinement, Caradisiac Moto vous propose de suivre l'évolution de la restauration d'une BMW 750cc de 1941.

 Restaurer une moto est toujours une aventure pleine de surprise. Caradisiac Moto vous propose de découvrir les étapes de la restauration d'une BMW 750cc R12 de 1941, en l'occurrence celle de votre serviteur. Veuillez m'excuser par avance pour la médiocre qualité des photos prises à l'époque de l'argentique et bien souvent à la va-vite...

 Mais commençons par le commencement. Lorsque l'on veut restaurer une machine, il faut d'abord la dénicher. Les plus chanceux pourront prendre celle que le grand-père aura laissée au fond d'une remise. Dans un genre plus classique, il y a les petites annonces. Et puis il y a ceux qui fond marcher leur réseau de connaissances. Mais il y a aussi le cas où, au hasard d'une banale conversation, on vous lance: "ha mais j'en connais une qui traîne chez Pierre Paul Jacques..."...

 C'est ce qui s'est passé pour cette béhème. Lors de la visite d'un ancien copain d'école, en parlant de tout et de rien, je lui fais part de mon envie de restaurer une vieille machine pour l'atteler à un side-car. Ce dernier me dit: "j'ai un copain qui en a une, je crois bien que c'est une béhème". Ni une ni deux, je prends les coordonnées pour essayer d'en savoir plus...

 À l’époque (il y a plus de trente ans...), pas de mail ou de smartphone pour recevoir des photos. Il faut se fier à la description plus ou moins précise et se rendre sur place, où bien souvent la description est rarement conforme à la réalité. Ce sera le cas de notre BMW. "Elle est complète et j'ai la carte grise" me dit le vendeur. Rendez-vous est donc pris un samedi en fin de journée. Coup de chance, c'est à 1 h 30 de la maison. Mais en arrivant sur place, c'est une toute autre affaire. Imaginez-vous en hiver, de nuit sous la pluie, dans une zone industrielle d'une ville du sud ouest à l'éclairage blafard et une moto couchée sur un tas de ferraille...

 

Restauration: roulera, roulera pas?
La découverte...

 

 Bon! Déjà, c'est bien une BMW. Mais la notion de "complète" doit être différente d'une région à l'autre. Quant à la carte grise, elle a disparu entre-temps. Du coup, le prix de départ est divisé par deux, le reste sera versé lorsque les pièces et la fameuse carte grise seront retrouvées. Bien évidemment, je ne verrai jamais la couleur des éléments manquants, ni celle du précieux sésame...

 

Restauration: roulera, roulera pas?
Restauration d'une BMW R12

 

 Peu importe, il y a certes du travail, mais la base est là. Tout d'abord, rassembler un maximum de documents sur cette machine afin de trouver les bons éléments manquants. Après un bon nettoyage, les numéros du cadre, celui du moteur et celui de la plaque constructeur sont tous identiques (c'est ce que les experts actuels appellent "matching numbers"). C'est déjà une bonne chose, ces machines ayant eu pour la plupart une vie mouvementée.

 

Restauration: roulera, roulera pas?
Restauration d'une BMW R12: le pont

 

 Débarrassée des éléments non d'origine, avec une bonne toilette et quelques morceaux d'origine retrouvés (culasses, ressort de selle, marchepieds arrière), elle a meilleure mine. J'apprendrai par la suite qu'après avoir été utilisée par l'armée allemande, elle a servi dans l'administration française (faits confirmés par la peinture grise retrouvée sous les restes de peinture noire, et les filets blancs sur les jantes). Vendue par les "domaines" dans les années soixante, elle sera utilisée dans la propriété familiale des anciens propriétaires pour faire du cross avant de finir sur le tas de ferraille où elle fût trouvée.

 

Restauration: roulera, roulera pas?
Restauration d'une BMW R12

 

 Le moteur a été démonté et confié à Fabrice, un ami qui connaît cette machine (et beaucoup d'autres) sur le bout des doigts. Le reste sera démonté pour une rénovation complète.

 

Restauration: roulera, roulera pas?
Restauration d'une BMW R12: démontage

 

 Petite parenthèse qui pourra vous servir si vous cherchez une table élévatrice économique, celle-ci a été faite à partir d'un siège de dentiste qui partait à la ferraille. Vu le poids du matériel monté dessus, et celui du patient, ça peut supporter n'importe quelle machine, même une Boss Hoss...

 

Restauration: roulera, roulera pas?
Restauration d'une BMW R12: le moteur

 

 Tout est démonté, il est temps de passer à l'étape suivante...

Portfolio (3 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (8)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Bravo, elle est très chouette. Dans l'état où tu l'as trouvée, moi je l'aurai laissée sur place...

Par

merci de nous faire partager cet article :bien:

Par

En réponse à Poireau

Bravo, elle est très chouette. Dans l'état où tu l'as trouvée, moi je l'aurai laissée sur place...

Merci Poireau. C'est vrai qu'au départ, ce n'était pas très engageant mais le "gras" l'avait bien protégée.:good:

Par

En réponse à Djed sirius

merci de nous faire partager cet article :bien:

De rien Djed Sirius. :bien:

Par

c'est superbe comme restauration.

combien d heures de travail ?

bravo

Par

Combien ça t'a coûté hors le temps que tu y as passé. Mais elle est superbe

Par

En réponse à Tombstone

c'est superbe comme restauration.

combien d heures de travail ?

bravo

Bonjour Tombstone. Difficile à dire car la restauration s'est étalée sur plusieurs années. A l'époque, c'était système D; pas d'internet, très peu de re-fabrications et c'était en fonction du budget du moment. Aujourd'hui, on trouve toutes les pièces et les professionnels dans plusieurs domaines sont nombreux. Après, c'est une question de moyens.

Par

En réponse à Xoutos

Combien ça t'a coûté hors le temps que tu y as passé. Mais elle est superbe

Bonjour Xoutos. Je n'ai pas vraiment calculé, à l'époque, c'était encore les francs et la débrouille et le troc fonctionnaient à fond. Mais en gros, je ne pense pas avoir dépassé les 5 000 ou 6 000 euros,.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire