Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS

Dans Moto / Nouveauté

Aymeric Zito

Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS

Difficile de trouver des SVN 1000 disponibles dans la région, alors je me résous à essayer la version carénée et c'est chez Méga Moto à Aix-en-Provence que je vais trouver mon bonheur. Arrivé sur les lieux à 15h30. Mon ami Fiip est déjà sur place et il ouvrira la route pour que je puisse pleinement me concentrer sur les sensations procurées par ce gros twin. Il a déjà établi un itinéraire très adapté à ce genre de moto, avec un petit passage d'autoroute, une nationale à grandes courbes puis une série de petits virages fort avenants.


Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS


Le SVS 1000 ressemble à s'y méprendre à sa petite sœur la 650, si ce n'est la double sortie et le petit sabot moteur. La finition est du même acabit mais les équipements sont de bonnes factures, avec des suspensions entièrement réglables. Allez, j'enfourche la moto et là... outch ! J'ai déjà conduit des sportives mais alors là, là position est vraiment très très radicale. J'ai vraiment l'impression d'être cassé en deux, avec tout le poids sur mes pauvres petits poignets, les jambes exagérément repliées en arrière... bref, comme ça, les choses sont claires dès le début, le SVS 1000 n'est pas fait pour les motards de plus de 2 mètres !


Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS


Le vendeur de la concession nous explique que c'est une moto préparée par son ancien propriétaire. Elle est débridée, le moteur respire à plein poumons et offre 125 cv pour 10,6 mkg de couple ce qui n'est pas négligeable pour un bicylindre. Le pignon de sortie de boîte s'est vu amputé d'une dent, le filtre à air est un K&N et l'injection a reçu une cartographie Yoshimura... mais elle est équipée des silencieux d'origine. Cette configuration est pour le moins étrange, n'est-ce pas ?


Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS


Un coup de démarreur et j'embraye derrière maître Fiip au guidon de son VFR. Le SVS est léger, maniable. Elle répond correctement aux accélérations... Mais bon, après quelques séries de virage, je me rends compte que mon adrénilonomètre n'est pas bien élevé. Ca a beaucoup de reprise, ça remonte bien d'en bas... forcément, pour un bicylindre de cette cylindrée, mais je reste quand même sur ma faim. Je m'attendais à quelque chose de beaucoup plus agressif, beaucoup plus brutal. Au moins, il n'y a pas d'à-coup ni de cognement quand on remet les gaz à bas régime, et ça c'est agréable. Dans les grandes courbes comme dans les pif paf, la moto se met vite sur l'angle, prend bien les trajectoires, et y reste sans rechigner : rien à dire sur la partie cycle... si ce n'est le frein arrière totalement inexistant, donc un peu déstabilisant quand on veut modifier l'allure en courbe, surtout quand on ne connaît pas la moto.


Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS


On arrive sur l'embranchement d'autoroute et je mis beaucoup sur cette voie dégagée pour me refaire une opinion par rapport aux sensations procurées par cette machine. Déjà un peu plus à l'aise, je décale une fesse de la selle, je tends le bras extérieur et vient viser la corde avec mon coude, la moto prend parfaitement la courbe d'entrée d'autoroute, je suis en plein dans la roue de Fiip... je le vois qui ouvre en grand et je n'ai pas l'intention de lui lâcher le moindre mètre alors j'en fais de même : poignée dans l'angle ! Et je le vois qui s'éloigne... mes efforts sont vains, il marche plus fort que moi ! Pour un twin débridé, je pensais vraiment qu'il n'y aurait pas de comparaison possible avec un V-Tec 800 cc. Cette moto ne doit vraiment pas être au mieux de sa forme...


Suzuki SVS 1000 : la deuxième vie du TLS


Quelques kilomètres plus loin, nous regagnons la concession et mon avis mitigé peut se lire sur mon visage. J'explique au vendeur que je l'ai trouvé agréable bien que la position était vite fatigante, mais que je suis quand même un peu surpris par les performances du moteur, je m'attendais à tout autre chose. Il convient que les modifications apportées n'optimisent pas forcément la machine, notamment le changement de pignon et de cartographie.


Pour conclure, je dirais que le SVS 1000 est offre de bonnes prestations sur route avec une partie cycle rassurante et un moteur agréable, mais ne procure pas les sensations attendues, d'autant plus que la moto que j'ai essayé n'était pas d'origine. A ce tarif là, c'est vrai qu'elle est moins chère que ses concurrentes et représente donc un bon rapport qualité/prix. Mais bon, elle aura du mal à rivaliser avec un VTR ou un Tuono...


Photos (5)

SPONSORISE

Actualité Suzuki

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire