Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - BMW R-NineT A2 : elle a tout d'une grande. Même le prix !

Dans Moto / Nouveauté

Débuter en BMW, c'est la classe. Débuter en R NineT, c'est la super classe. Aussi belle qu'elle peut être onéreuse, la roadster phare de BMW s'offre aux nouveaux permis et à Euro. Enfin s'offre, façon de parler… Mais au fait, que lui reste-t-il, avec 35 kW de puissance ?

Essai BMW R NineT Pure A2

Il lui reste une aura, pour commencer. Celle d'un modèle ayant su séduire et continuer à plaire au fil du temps, défiant l'effet mode du néorétro et défiant même toute forme de rationalité. Et il n'y a qu'à regarder cette belle nouveauté pour se convaincre qu'elle a encore de très beaux jours devant elle. Enfin si l'on parle de carrière et non de météo : pas un jour de grand beau durant cet essai !

La RNineT est à présent proposée en 3 motorisations, en fonction de la version. Exclusivement 35 ou 70 kW, la Pure se réserve à présent aux permis A2, tout en continuant à les accompagner une fois débridée de manière électronique. Les autres versions de la NineT proposent une motorisation "full" de 80 kW et euro 5. Pour ce faire, le bicylindre Boxer propose des changements internes et un léger recul des valeurs proposées jusqu'à présent. On en reparle.

De fait, dans sa version à 13 500 €, la nouveauté A2 BMW ne propose pas d'autre assistance que l'ABS Pro. Pas d'autre équipement qu'un compteur minimaliste. Et si le catalogue des options est long comme un jour sans fin, il ne s'encombre pas de packs en tous genres. Et pour cause : on ne peut opter, comme notre modèle d'essai, que pour un Pack Pro à 1 100 €. Et là, on passe un cap, luxueux qui plus est.

Essai BMW R NineT Pure A2
Essai BMW R NineT Pure A2
Simple. Et efficace. On navigue aisément entre le peu d'informations fournies par l'afficheur.
Essai BMW R NineT Pure A2
A la mode. Et au mode, moteur qui plus est. Rain et Road d'origine, Dynamic en option, on choisit au pouce droit.

 

Essai BMW R NineT Pure A2

Ce fameux Pack Pro comprend la possibilité d'activer -via menu- le mode de pilotage Pro. Celui-ci rend le mode Dynamic accessible, en sus des modes Rain et Road fournis de base. On peut dès lors jouer sur d'autres options, au nombre desquelles la régulation du frein moteur (MSR) ou encore le niveau d'intervention du contrôle de traction (DTC). Mieux encore, on pourra se réchauffer les mains au moyen des poignées également comprises dans cet ensemble. Les commodos seront d'autant plus chargés que le régulateur de vitesse fait également son apparition dans la dotation optionnelle. Il sera cela dit moins utile que l'éclairage adaptatif fourni par l'optique rond "de toute beauuuuté", comme l'on dit parfois.

BMW parvient ainsi à intégrer une rampe de LEDs s'activant en fonction de l'angle. Le but ? Éclairer l'intérieur d'un virage et favoriser la lecture de la route. Enfin, une alarme antivol, télécommandée qui plus est, parachève un pack des plus exhaustif. Non seulement il est abordable, mais il est également d'une pertinence rare. Tout est là pour débuter en toute sécurité sans jamais rien sacrifier de ce que le moteur aurait à offrir, principalement dans les conditions de route difficiles.
Le bicylindre à plat affiche désormais 95 CV dans sa version libre afin de se montrer compatible avec un bridage A2.

BMW R NineT Pure A2
Essai BMW R NineT Pure A2
Essai BMW R NineT Pure A2

Essai BMW R NineT Pure A2
Superbe. La forme longue et curieuse du guidon, mais aussi et surtout l'accord du design réservoir/couvre culasse donnent une vue magnifique : celle que vous découvrez sur ce cliché et celle que vous aimerez instantanément.

Dans sa version 35 kW, la BMW R NineT Pure A2 atteint un couple maximal de 91 Nm à 3 500 tr/min, soit un peu moins de la moitié de ce que peut encaisser l'aiguille du compte-tours avant de rentrer en zone rouge. Enfin s'il y avait un compte-tours (et qui dit Pure dit épurée, donc nada, nib… que d'chi). L'instrumentation ne propose en effet qu'un petit afficheur, au demeurant assez complet et proposant même de rentrer dans un menu de configuration, mais sans indicateur de rapport engagé, et un gros compteur à aiguille. On oublie naturellement la traditionnelle molette multidirectionnelle au profit d'une simple commande haut/bas positionnée sur le commodo gauche. À droite, on optera pour le mode moteur, l'un des 2 d'origine ou le troisième activé si option souscrite.

Une Pure pure et une Pure coupée

Pour rappel, la puissance maximale du moteur Boxer de la NineT (hors version Pure, donc) est de 80 kW (109 CV) à 7 250 tr/min, soit 1 kW et 500 tr/min de moins que le modèle précédent, tandis que le couple maximal est toujours de 116 Nm à 6 000 tr/min. Un moteur tout simplement superbe et particulièrement intéressant au niveau de ses caractéristiques, que l'on retrouve sur la Pure. Il jouit là d'une ligne superbe, jusque dans le nouveau dessin des couvre culasse. Ils s'intègrent parfaitement dans la ligne du réservoir de 17 litres et offrent une vue sublime lorsque l'on s'assied à bord. À propos du réservoir, justement, le coloris de celui que vous découvres fait partie de l'Option 719. Il porte le doux nom de Blue Metallic/Light White et représente 555 € supplémentaires. Cela fait cher la peinture, mais elle est tout bonnement superbe et le rendu est excellent, même en l'absence d'une belle lumière. Un petit coin de ciel bleu qui sied à merveille aux formes de la BMW.

Essai BMW R NineT Pure A2
Essai BMW R NineT Pure A2
Colorée. La ligne chromée prend un coloris flatteur…
Essai BMW R NineT Pure A2
Découpée. On pose aisément les pieds au sol.

 

Ne pensez pas que cela suffirait à faire ressembler une NineT Pure à celle que vous avez sous les yeux. Il faudra pour cela ajouter les jantes à rayons (415 €). Tubeless, du meilleur effet, elles apportent un charme fou à celles et ceux qui n'auraient pas peur du nettoyage. Enfin, peut-être aurez-vous remarqué la forme de l'échappement et à la couleur des collecteurs. Le silencieux design se marie avec des tubulures chromées prenant une superbe coloration au fil du temps et de la chauffe. La double sortie est facturée 505 €, le chromage 95 €. Au total, notre superbe version du jour affiche 16 170 € sur le bon de commande. Mais est-on prêt à signer ? Si on la regarde, oui. Si on s'assied au poste de commande, oui. Si on la démarre, ouiiiiii ! Et si on roule ?

Avant cela, voyons quelques détails. Outre la ligne et l'aspect boxe(u)r, on apprécie la selle tout juste posée sur le bâti arrière soutenu par le moteur et placée à quelque 805 mm de haut. Le guidon, lui, propose une forme basse et large, très large, se mariant elle aussi parfaitement avec la forme du réservoir. Pour une fois, le look est compatible avec une certaine ergonomie et la position imposée pas trop extrême, même si particulière. Basculé sur l'avant, les bras positionnés bas et assez large, s'accommodent de jambes reculées sur des repose-pieds assez hauts et flirtant avec le cardan de la transmission. Là encore, la posture imposée vise un rendu, une attitude compatible avec l'esprit "pur" de la Pure. Que reste-t-il à exploiter, en version A2 ? Voyons cela.

Photos (35)

    Mots clés :

  • Bmw

SPONSORISE

Actualité Bmw

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire