Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

2. Essai Kymco K-XCT 125 Sport : conduite dynamique

Essai Kymco K-XCT 125 Sport : les ventes enfin relancées ?

Après avoir passé en revue l'ensemble des aspects pratiques, il est temps d'évoquer le côté dynamique de ce véhicule que l'on connaît bien. La selle, un peu haute, culmine à 810 mm, ce qui se révèle être dans la moyenne des scooters de cette catégorie sportivo-GT. Les pilotes mesurant plus d'1m75 se sentent étriqués avec une position haute des genoux et un guidon qui vient buter lors de manoeuvres serrées. De plus, l'espace aux pieds reste limitée, mais le guidon, placé à bonne hauteur facilite la prise en main. A l'inverse, les plus petites tailles ne posent pas les deux pieds à plat sur le sol, il faut donc se décaler légèrement sur la droite ou sur la gauche de la selle pour être bien poser à terre. Cependant, le K-XCT tire parti d'une ergonomie revue et corrigée par rapport au Dink Street : du coup, les commandes tombent naturellement. Dans l'ensemble, le confort est bien celui d'un scooter sportif avec des suspensions fermes mais les contraintes se résorbent un peu grâce à une selle moelleuse. En matière de protection, la bulle fumée ne justifie sa présence que pour agrémenter le look car pour la protection, celle-ci demeure limitée et les perturbations aérodynamiques se font sentir lors des trajets effectués sur voie rapide.


Essai Kymco K-XCT 125 Sport : les ventes enfin relancées ?


Grâce à un point contenu et un cadre rigidifié, le K-XCT brille par des aptitudes dynamiques extrêmement satisfaisantes : le faible rayon de braquage suffit à effectuer un demi-tour dans un mouchoir de poche. Le train avant emmené par sa roue de 14 pouces est très réactif à la mise sur l'angle et l'ensemble du châssis, bien équilibré, participent au plaisir de conduite en cycle urbain. La monte pneumatique d'origine Maxxis confère un grip honorable sur le sec, des précautions sont à prendre en cas de revêtement mouillé comme cela a été le cas durant notre essai. Enfin, la motorisation est identique au modèle e'origine à savoir un bloc 4 soupapes qui libère une puissance oscillant entre 14,3 chevaux et 15 chevaux selon les modèles (14,3 ch pour le Dink Street). Le K-XCT jouit pleinement de la quintessence offert par les 15 chevaux du moteur. Le temps de réponse dès sollicitation de l'accélérateur est réduit par rapport au Downtown. Le bloc embraye rapidement jusqu'aux environ de 30 km/h avant de monter plus vigoureusement dans les tours. Le silencieux Arrow provoque son petit effet avec l'apport d'une sonorité moins feutrée que celle d'origine.


Portfolio (23 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire