Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Essai Moto Guzzi Audace et Eldorado : deux mondes

Essai Moto Guzzi Audace et Eldorado : la même base et un autre état d'esprit

L'Audace, la brute

Au matin de l'essai, entre le mauvais temps et la répartition des machines, le départ fut assez laborieux (et ce ne fut que le début). J'attaque donc direct par celle qui me semble la plus coriace, l'Audace. Au premier abord, elle fait imposante mais pas spécialement énorme. Une fois à bord, les repères viennent vite, mais la largeur du guidon T-Bar, bien que sublime, me laisse dubitative. Entre les leviers qui nécessiteront d'être réglés au minimum et la longueur de bras qu'il faut pour ne pas se retrouver complètement couché sur la machine, on sent direct qu'elle ne s'adresse pas à n'importe qui. De plus son poids de 299 kg fera passer un mauvais quart d'heure aux petits gabarits et aux débutants. A contrario, il faut reconnaître que l'âme de mauvais garçon est là. C'est bon !


Au démarrage, le gros son rauque des pots est très sympa, vient avec les vibrations et le couple de renversement. Pas spécialement gênant à l'arrêt puisque dès les premiers tours de roues, les vibrations s'effacent pour laisser place à un moulin ultra-onctueux et plein partout. Le poids également se fera tout petit et laissera place à une moto plutôt facile à emmener. Bien installé au fond de la selle, on prend vite plaisir à enrouler, cette fois on sent que ça colle à la route à l'avant. En revanche à l'arrière, ce n'est pas la même car des louvoiements apparaissent à chaque sortie de virage un peu serré et peu importe le dosage de l'accélérateur. La qualité des pneus d'origine et la route mouillée ne font pas bon ménage.


Essai Moto Guzzi Audace et Eldorado : la même base et un autre état d'esprit


Après la première pause, les premiers avis se dessinent : un moulin toujours au top avec une bonne relance sur chaque rapport, une boîte précise mais qui a besoin d'être faite vu le peu de kilomètres que l'Audace avait, un bon feeling sur les retours et si le rythme est plutôt pépère, elle sera facile à emmener et même sans protection la machine ne vous propulsera pas trop en arrière même à des vitesses prohibées. On notera toutefois que la position du guidon, vous fera faire de la gymnastique aù niveau des mains avec les commandes et les leviers, ce qui s'avère douloureux à la longue.


Essai Moto Guzzi Audace et Eldorado : la même base et un autre état d'esprit


Au fait, vous avez déjà entendu parler de la légende des motos italiennes qui n'aiment pas la pluie ? Et bien je savais que ça s'appliquait plus aux autres marques que Moto Guzzi, mais il semblerait qu'elle ne fasse pas exception… Car au moment de repartir, la belle Audace me plante et refuse de redémarrer (je ne serai pas la seule dans ce cas et sur les deux modèles). Les accompagnateurs s'acharnent dessus mais elle restera muette aux sollicitations. Mon instinct me dit qu'il s'agit de la batterie. Et effectivement ce fut le cas et il aura fallu patienter sous la pluie pour que les techos' viennent la changer. Je n'aurai hélas pas de réponse sur le comment du pourquoi.


Le reste de l'essai se fera sans encombre par la suite. Les suspensions, bien que fermes sur routes dégradées, se montrent parfaitement équilibrées. Il faudra jouer de prudence et prendre en compte le gabarit de bête sur les épingles et la garde au sol limitée. On préféra l'Audace sur des portions roulantes autant pour le pilote que pour la moto. Côté frein, l'ensemble du système est réactif, progressif et il faut bien tout ça pour ralentir l'inertie de la moto.


L'Eldorado, la gentille

La deuxième partie du trip s'effectuera en Eldorado. Et je suis la première surprise à être soulagée de récupérer une moto faisant 15 kg de plus. La raison ? La forme du guidon Chubby et la selle bien plus confortable. Ce sont ces deux éléments qui sautent plus aux yeux en passant de l'une à l'autre. La forme du guidon permet d'avoir les bras moins tiraillés et d'opter pour une position bien plus naturelle. Il permettra aussi de bien mieux gérer les manœuvres à l'arrêt. Quant à la selle, la forme est plus travaillée et il sera facile d'avaler du kilomètre.


Essai Moto Guzzi Audace et Eldorado : la même base et un autre état d'esprit


Pas de surprise côté moteur et freinage. Il s'agit des même que sur l'Audace, un moulin plein partout et pas une vibration hors à l'arrêt. Les doubles disques flottants en acier inox de 320 mm et étriers radiaux Brembo font parfaitement leur boulot. Pas une seule fois, ils ne mettront à défaut la machine et dans tous les cas, l'ABS veille !


L'Eldorado avale les kilomètres sans broncher. On prend un vrai plaisir à enrouler. Le système de repose-pieds avec son double sélecteur est précis et top à utiliser. D'ailleurs, histoire de ne pas être radin, il est possible de rajouter les même pour le passager, histoire qu'il ait aussi son petit confort ! En ce qui concerne la tenue de route, le custom ne souffre pas de louvoiement à l'arrière comme sur l'Audace. Les pneus en 180 et la monte différente n'y sont pas étrangers. Et malgré son poids, elle sera plus facile à appréhender. Un sentiment plutôt partagé avec les autres rouleurs ce jour-là.


Essai Moto Guzzi Audace et Eldorado : la même base et un autre état d'esprit


Photos (57)

SPONSORISE

Actualité Moto Guzzi

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire