Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Essai - Peugeot e-Ludix : véritable passe-partout

Essai - Peugeot e-Ludix : petite souris urbaine

Vous l’aurez compris, inutile de se pencher sur l’épaisseur d’un manuel d’utilisation pour prendre en mains ce nouveau venu . Le position de conduite reste naturelle avec des jambes bien calées de part et d’autre du tunnel central, le guidon ‘’dénudé’’ reste proche du pilote. Cependant, toutes les morphologies n’y trouveront pas leur aise, surtout si vous mesurez plus d’1m70 à la toise. Les genoux auront tendance à venir buter contre la poignée en cas de demi-tour serré. Homologué deux places, la selle du e-Ludix pourra toujours dépanner sur des courtes distances, à condition que les occupants soient plutôt sveltes. L’assise, plutôt confortable, n’arrive pas à enrayer la dureté de l’unique amortisseur, qui lui, est non réglable.

Essai - Peugeot e-Ludix : petite souris urbaine

Sur le plan technique, Peugeot joue la carte de la sous traitance : à l’instar de nombreuses productions déjà bien ancrées sur le marché, c’est le motoriste germanique Bosch qui remporte la mise pour le package incluant le moteur et la batterie. Ce bloc de type Brushless refroidi par air homologué Euro5, placé en position centrale, atteint une puissance de 3 kW (soit environ 4 chevaux) et est entrainé par une courroie, ce qui limite l’émission d’un fond sonore strident et l’entretien. Une fois la mise en tension effectuée grâce à un bouton (pour cause de sécurité), l’engin profite de son poids mouche pour s’arracher promptement au démarrage mais l’accélération ressentie arrive de manière progressive, l’absence d’à-coups ne fait que renforcer le plaisir de conduite. Dès les premiers tours de roues, le e-Ludix fait état de ses aptitudes dynamiques grâce à l’apport bénéfique de ses roues de 14 pouces et d’une excellente répartition des masses. La conjugaison de ses facteurs donne lieu à une maniabilité et une stabilité de premier plan, où se faufiler dans le trafic engorgé urbain devient un vrai jeu d’enfant. Reste tout de même à aborder la question existentielle de l’autonomie, véritable colonne vertébrale de la catégorie : Peugeot annonce un parcours avec une seule charge de 50 km. Nous avons relevé lors de notre essai réalisé dans les rues de la capitale sous une chaleur caniculaire un trajet de 41 km avec 6 % de batterie restante, de quoi peut-être atteindre une fourchette entre 45 et 50 km. Sachez que le moteur se bride automatiquement dès que l’on passe sous la barre des 10 %.

Essai - Peugeot e-Ludix : petite souris urbaine

En revanche, le système de freinage pêche un peu, certes, nul besoin d’être équipé d’un arsenal technologique pour stopper le véhicule, mais pour le coup, nous aurions apprécié la présence d’un disque arrière eu égard au tarif annoncé. Le levier actionnant le tambour brille par l’absence de feeling, de plus, la roue arrière a tendance à bloquer de manière intempestive (il s’agit d’une question de réglage). En revanche, le disque de 190 mm de diamètre remplit très bien sa mission avec des performances satisfaisantes.

Photos (26)

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Peugeot

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire