Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Quand une Bajaj Pulsar 220 se prend pour une Suzuki Hayabusa

Dans Moto / Préparation

Il faut toujours se méfier des apparences. L’adage trouve tout son sens quand on jette un coup d’œil rapide à cette Suzuki Hayabusa GSX1300R. Une moto qui fait en fait parfaitement illusion puisque sous cette coquille, se cache en réalité une simple Bajaj Pulsar 220, autrement dit une moto indienne à des années-lumière du faucon japonais.

Difficile d'imaginer qu'un monocylindre se cache en dessous.
Difficile d'imaginer qu'un monocylindre se cache en dessous.

Souvent pointée du doigt (à raison) pour sa propension à copier des modèles de motos existants, la Chine n’est pas la seule à user et abuser de cette façon de faire. En matière de répliques, l’Inde se distingue également. À une différence près, en Inde, les copieurs ne sont pas les constructeurs, mais les propriétaires et garages locaux. Ce n’est pas cette Bajaj Pulsar 220 rhabillée en Suzuki Hayabusa qui viendra nous contredire.

Quand une Bajaj Pulsar 220 se prend pour une Suzuki Hayabusa

Quand une Bajaj Pulsar 220 se prend pour une Suzuki Hayabusa

 

Cette réplique quasi parfaite de la Suzuki Hayabusa a été présentée sur une chaîne YouTube indienne il y a quelques mois déjà. Force est de constater que beaucoup d'attention a été accordée aux détails pour parfaire l’illusion. Difficile en effet de distinguer la modeste Bajaj et son monocylindre de 20 chevaux sous cet habillage.

Quand une Bajaj Pulsar 220 se prend pour une Suzuki Hayabusa

Design des carénages, accessoires, double échappement, pneu arrière de 190, peinture et déco, le travail réalisé par Bittoo Bike Modification, un atelier basé à Delhi, est remarquablement effectué. Au final, le coût de la transformation est légèrement inférieur à 2 000 €.

Quand une Bajaj Pulsar 220 se prend pour une Suzuki Hayabusa

Si l’illusion visuelle est parfaite, tout s’effondre au moment de la mise en route de la moto, quand le monocylindre ne peut plus guère laisser planer le moindre doute sur l'identité de la moto.
Ce qui en soit n’est pas vraiment un problème puisqu’une telle modification est illégale en Inde, et que la moto ne peut donc pas prendre la route ainsi maquillée.

SPONSORISE

Actualité Bajaj

Toute l'actualité

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire