Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options

Dans Moto / Nouveauté

Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options

La R 1200 R est l'un des piliers de BMW. Connu pour être « the roadster » de la polyvalence, il se prend pour 2015 une grosse refonte autant sur le plan esthétique que sur le plan dynamique. Et le message de la marque est plutôt clair : élargir sa clientèle en mettant du fun dans sa R. Et à 91 ans d'existence (et le R 32), le pari n'est pas simple car il faut innover sans remettre en cause ce qui fait le succès de cette mamie. Mais impossible n'est pas BMW.


50 000 exemplaires. C'est le nombre de R1200 R qui se sont vendues depuis 2006. Aujourd'hui, elle nous revient complètement relookée mais aussi refondue techniquement, mais nous y reviendrons plus tard. Cette nouvelle version affiche des lignes plus typées Japonaise avec des angles plus acérés, une optique plongeante, on sent que BMW veut se sortir de son image vieillotte et taper dans une clientèle plus jeune, surtout avec sa version blanche et rouge. .… Enfin presque, car malgré tous les efforts de la marque, l'ensemble reste lourd visuellement. Avec un phare minuscule qui vient littéralement trancher avec l'énorme Bicylindre Boxer et des tendances esthétiques qui ne collent pas avec le gabarit de la machine, notre côté « c'était mieux avant » pointe le bout de son nez. En revanche, on apprécie le soin apporté à l'assemblage et aux matériaux utilisés.


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options

Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options

 


Pour notre essai, nous n'aurons pas le privilège d'avoir le coloris blanc mais l'anthracite plus discret avec une liste d'option longue comme le bras. Elle possède donc les supports bagageries et support GPS, porte-bagages avec poignées passagers, ESA Dynamique (suspensions), le régulateur de vitesse, les poignées chauffantes, le phare à LED, la béquille centrale, la bulle, le Shifter pro, le capteur de luminosité, la gestion de précontrainte ou encore le système Keyless. Ce dernier permet en plus de démarrer la moto sans avoir besoin de clé (le capteur installé dans son blouson) de pouvoir également d'ouvrir le bouchon de réservoir. Il existe 3 packs (confort, tourisme, dynamic) d'options disponibles en plus de la liste interminable habituelle (voir en page 3).


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options


D'ailleurs le tableau de bord regroupe l'ensemble de la gestion des équipements électronique embarqués. Certains pourraient d'ailleurs reprocher que le trop-plein d'infos nuit à la visibilité de l'écran TFT. Il faut reconnaître que conjugué avec tous les boutons des deux commodos, il faudra un peu de temps avant de s'habituer à tout utiliser. Il est même possible, en option, d'enrichir les infos avec l'option « pro » en départ d'usine qui part exemple donnera l'accès à la date de révision, les kilomètres restant avant le prochain arrêt au garage, la tension du réseau électrique ou encore des compteurs de temps de trajet.


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options


Mais là où le sigle BMW prend tout son sens, c'est une fois que l'on enjambe cette moto. L'habit ne fait pas le moine sur cette R. Autant elle peut paraître massive d'un premier regard, mais ça s'arrête là. Une fois posé dessus, les 231 kilos disparaissent complètement, même à l'arrêt. La répartition des masses est excellemment faîte et les manœuvres ne sont qu'une simple formalité, même en dévers et sur des graviers. La position est naturelle pour mon mètre soixante-dix, les bras s'ajustent bien au niveau du guidon et effectivement c'est légèrement sur l'avant par rapport à la génération précédente. Les plus d'un mètre quatre-vingt (ou les grandes jambes surtout) pourront se trouver gênés par les deux cylindres de part et d'autre de la moto. Et pour les plus petits, il existe 4 tailles de hauteur de selle (760, 790, 820 ou 840 mm)dont 2 en option, pour une adaptation parfaite. Les commodos sont fournis de multiples boutons dont il faudra quelques utilisations pour s'y faire et les leviers réglables sont d'une grande douceur et ultra-faciles.


Côté tableau de bord, ça fourmille d'informations et ça pourrait presque en devenir gênant pour la lecture mais il est possible de choisir 3 styles d'affichage. Du mode complet au mode Sport (compte-tours en avant) et le mode Tourisme (tachymètre numérique). Reste le point de détail, mais qui est plutôt appréciable, le large tableau TFT possède un mode nocturne et diurne avec un capteur de luminosité (très pratique dans les longs tunnels). Dernier détail ou plutôt un ressenti personnel, la disposition des chiffres du compteur analogique sont répartis bizarrement ce qui fait que les 100 premiers km/h ne sont répartis que sur ¼ de l'affichage. On aurait presque l'impression de se traîner la …. Même dans des vitesses prohibées.


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options


Photos (39)

SPONSORISE

Actualité Bmw

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire