Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

2. Essai BMW R 1200 R 2015 : pas si sage que ça

Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options

Même si d'un premier abord, la R 1200 R semble rester sensiblement la même, elle a énormément changé. Déjà sur le moulin, un flat twin BMW à refroidissement mixte air/eau développant 125 chevaux à 7 750 tr/min en version full pour un couple maxi de 12,5 daN.m à 6 500 tr/min. Il est identique aux dernières générations du R 1200 GS et du R 1200 RT. Ca laisse rêveur sur ce qu'il va donner sur route. Mais les plus gros changements viennent de la partie cycle avec l'apparition d'un cadre treillis en tubes en acier et surtout la disparition du Telelver. Ce système de fourche a été remplacé par un modèle plus classique de fourches inversées dont la base vient directement du S 1000 RR. L'objectif pour BMW était de pouvoir intégrer le nouveau radiateur et donner une meilleure remontée des informations de la roue avant. Elles ne sont pas réglables mais possèdent tout de même un amortisseur de direction. A l'arrière, notre modèle d'essai est doté du Paralever EVO. L'ensemble est doté de l'ESA Dynamic (suspension pilotée) qui permet de définir les réglages spécifiques aux modes de chargement de la machine et de mieux réagir aux différents terrains.


Dernier point sur les assistances électroniques, BMW a équipé de série antipatinage ASC et deux modes de pilotage, Rain et Road (le mode Pro en option). De plus, le shifter de notre version permettra de passer les vitesses à la volée grâce au capteur placé en sortie de boîte et qui gérera à votre place la gestion moteur/boite lors des passages.


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options


Dès l'activation de la moto, le ronron du bicylindre est plaisant à l'oreille. Il reste assez silencieux pour ne pas se casser la tête sur des longs trajets, mais reste tout de même sympa pour flatter notre ego de motard. Les premiers tours de roues font remonter le fameux couple de renversement. Certains pourront le sentir et en être gênés, mais personnellement j'ai trouvé que le mouvement ne se sentait quasiment pas. Comme expliqué en page 1, la répartition des masses fait que la machine se laisse manipuler sans soucis à l'arrêt. En revanche, à basse vitesse, on ressent une sensation d'un avant lourd et plongeant (comme un custom dans un rond-point). Curieusement, cet effet disparaît petit à petit pour n'être qu'un souvenir après une bonne prise en main.


Couplé avec des leviers de vitesses ultra-doux et un équilibre parfait en roulant, on se sent très vite comme à la maison. Les déplacements en ville ne deviennent qu'une formalité bien que le roadster soit imposant pour sa taille. Elle ne se révèle pas fatigante dans une circulation dense et le peu dégagement de chaleur moteur est une bénédiction à l'arrêt. La souplesse du moteur et le fait qu'il soit rempli partout permettent de ne jamais réfléchir sur où on se situe. Dans cette configuration, la R' fait sage… très sage. Au point où l'on pourrait se demander à ce moment-là si BMW n'a pas trop forcé sur l'argument dynamique de cette nouvelle version. Il suffira d'aller faire un tour dans nos campagnes pour me rendre compte de mon erreur. Un peu à la Docteur Jekyll et Mr Hyde, la R 1200 R se trimballe deux facettes.


Plus les portions de routes plus roulantes se profilent, plus l'envie de mettre du gaz se fait sentir. Et là, deux éléments sautent aux yeux. Le premier, le moulin est exceptionnellement plein partout et pousse à souhait. Dès les plus bas régimes, le 1170 cm3 s'éveille et propulse la machine dans une accélération franche mais douce à la fois. Il vous en faudra beaucoup pour vous faire surprendre et vous mettre à défaut.


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options


Deuxième élément, la partie cycle et sa sensation d'être collé à la route. C'est un agrément que les habitués aux modèles connaissent bien et ce qui fait son succès. C'est à la fois sécurisant pour avoir envie d'envoyer toujours plus mais également avec la disparition du Telelever permet d'avoir un vrai ressenti des informations au guidon sans perdre cette impression de tapis volant. Un ajustement qui nous a convaincus et séduit. Sur les freinages, on sentira les fourches inversées plonger sans mettre à mal le comportement de la machine. Cerise sur le gâteau ESA dynamique fait parfaitement son travail et gomme les défauts de la route.


Les kilomètres passant, on prend plaisir à rouler sur un rythme élevé et on se sent parfaitement en sécurité. Si vous avez tendance à enrouler les virages, la R 1200 R est faite pour vous, elle suivra sur l'enchaînement des virages sans broncher. En revanche, pour les plus brusques, il faudra plus jouer des bras sur les changements d'angle. Le frein moteur permettra en plus de ne pas avoir à sauter sur les freins à chaque virage. Sur ces derniers d'ailleurs, on note un mordant redoutable mais facile à l'usage et surtout un très bon feeling.


Au final, il faut reconnaître qu'il est difficile de lui trouver des défauts de comportement et Mme Polyvalence existe toujours bien.


Essai BMW R 1200 R 2015 : des options, toujours des options


Portfolio (39 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (7)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Bel essai! Merci Pauline!

Par Anonyme

certainement une très bonne moto donc, mais : - un tableau de bord bien trop "digital", comme "perdu" au milieu du guidon. Celui de la Nine Tine est 100x mieux...!! - plus de telelever..! La honte..!! - le phare moche de moche (un truc ainsi, sur une "made in Japan-middle class", on comprend..mais là..!!); phare qui semble s'être décroché et semble "pendouiller" entre la fourche, 20 cm en-dessous du compteur... - cadre et moteur qui ressemblent de plus en plus à une "usine à gaz"... La R1200R se voulait la "classique" de la gamme...Pour moi, hormis la Nine Tine (exclusive..) BM n'a plus de "classique" dans son catalogue...dommage...!!

Par Anonyme

 J'ai essayé cette moto en version full ce matin et franchement c'est que du bonheur. Du couple à revendre, une sonorité qui fait du bien aux oreilles du motard........ Seul point négatif à mon gout et relaté dans l'essai : le tableau de bord, beaucoup d'informations sur un très petit espace. 

Par Anonyme

 Bonjour j'ai la nouvelle R1200R, 4000kms a son bord avec Madame, et que du bonheur tenue de route irreprochable,moto legere a piloter,certe a perdu en loock retro,mai celui qui n'accepte pas d'evolution regresse,un peu a l'image de quelqu'un qui aujourd'hui ne veux pas d'internet,pour le compteur si il affiche trop d'infos il faut passer en mode style 2 et tout est simplifié,avis aux detracteurs ,de toute façon on ne peu pas plaire a tout le monde mai moi j'ai la banane dessus,manque simplement un peu de vibrations et de bruits mais rien n'est irreversible et pour le phare il fait le jour dans la nuit c'est bien le but non.... verdict a essayer avant de baver....merci  

Par Anonyme

Look dépassé (ou vintage, c'est pareil)

Par Anonyme

Pour la vidéo. Oui Pauline, cette bmw est super mais ce n'est pas la nine T, car tu dis toujours boxTer au lieu de boxer qui renvoie à la géométrie moteur.  Bon pas grave, mais est-ce bien toi qui pilote car on ne voit pas ton visage (pas de son de ta voix non plus) quand tu pilotes (dailleurs très bien !).

Par

Bonjour à tous je viens d'acheter une r 1200 r de 2015 d'occasion donc avec le pack confort et dynamique et le schistes pro . J'avais avant une 1290 gs de 2006 et bien moi je trouve que bm a bien progressé tout dàbord sur l'embrayage c'est le jour et la nuit.plus doux et plus progressif un must Puis sur le moteur avec encore plus de couple à bas régime et une puissance mieux répartie à tous les régimes . le freinage est toujours aussi performant . Personnellement j'aime bien le phare que je trouve plus moderne et je dois dire que j'avais un peu de mal avec le tableau de bord mais on s'y fait très vite et l'œil trouve rapidement l'information recherchée après un petit temps d'adaptation , on navigue également facilement dans les différents menus . La perte du teleleveur se fait ressentir lors d'un freinage brutale avec une moto qui plonge pas mal par contre pas du tout lors d'une freinage progressif . je mesure 1m89 et bien je suis étonné par la position de conduite qui est très confortable même pour les grands gabarits . La condo est de l'ordre de 5,6 l au cent ce qui est la encore en progrès . La bulle est petite mais largement suffisante et le pot distille un joli bruit à faible vitesse qui disparaît vers 90 km/h ce qui est bien pour les longues balades mais

J'avoue que c'est vraiment un chouette moto facile à prendre en main , légère , agréable à conduire avec un équipement moderne que l'on a envi de conduire sur un simple filet de gaz . Son point faible c'est son prix .bm devient vraiment tres tres cher .

Bonne route à tous V .

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire