Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

3. Essai - Kawasaki Z1000 2010 : La meilleure Z !?

Essai - Kawasaki Z1000 2010 : Mais c'est Zénial !!!

3 100. Voilà rapidement le nombre de litres d'eau qui se sont abattus sur mon Arai et la belle Z1000. Comme c'est toujours le cas sur les roadsters sportifs la protection est aux abonnés absents et on en prend plein la quiche. Le mini saute-vent est ici inutile mais participe fièrement au coté agressif de la fasse avant…


Derrière le guidon de type «Fatbar», on se retrouve dans une position naturelle et sans fausse note. D'autant plus que pour se sentir un peu comme à la maison au guidon de la nouvelle Z, le bloc compteur numérique est ici réglable - sans outil - en inclinaison suivant trois positions.


Cœur de 10R...

Une fois le bouilleur en route, et la machine en mouvement, les 218 kilos de notre Z1000 semblent en peser 180 tellement la prise en main est rapide, facile et évidente. Inutile d'attendre 40 et même 20 kilomètres pour se sentir à l'aise sur cette Z. Et les trombes d'eau qui s'abattent sur nous deux se transforment finalement en une belle balade avec beaucoup de plaisir et une envie subite de mettre du gaz. Faut pas mollir !!


Essai - Kawasaki Z1000 2010 : Mais c'est Zénial !!!


Très douce aux gaz, la Z1000 se montre un petit ange entre le régime de ralenti et les 6 000 trs/min et évoluer à 30 km/h sur le sixième rapport ne lui posera aucun problème. Le quatre cylindres en ligne de 1043 cc, dérivé de la ZX-10R, ne bronche pas et s'accommode à toutes les situations. Mais comme tout roadster sportif qui se respect, c'est dans le haut de compte-tour que les chevaux se transforment en pur-sang.


Essai - Kawasaki Z1000 2010 : Mais c'est Zénial !!!


Passée la barre des 6 500 tours, la cavalerie arrive et le son qui s'évade des quatre sorties d'échappement prend une autre dimension et devient plus jouissif. Pour la suite, ça tracte jusqu'à plus soif dans la linéarité légendaire des quatre cylindres. Les bras s'allongent et les cervicales prennent cher mais c'est bon et c'est surtout ce genre de sensation que l'on demande aux «big» roadsters. A noter tout de même quelques vibrations dans la selle et les repose-pieds à régime stabilisé (7 000 tours).


Et gloup, et gloup, et gloup.

Passé les 100 bornes, la selle en peau de serpent commence à tanner mon arrière train en peau de… mais comme l'indique la jauge à essence sur le bloc compteur numérique, la pose n'est plus très loin. 125 kilomètres après la précédente pose essence, la réserve s'agite. Le temps de trouver une station pour lui filer à boire et nous voilà reparti.


Essai - Kawasaki Z1000 2010 : Mais c'est Zénial !!!


Humide voire détrempée, la route n'incitait pas à sortir les gros freinages de trappeur. A ce petit jeu, la nouvelle Z1000 s'est montrée très docile et conciliante. Le freinage radial à quatre pistons de l'avant est parfaitement maitrisable et le dosage se fait au millimètre. A l'arrière, il faut en revanche attendre un peu avant que la mâchoire pince le disque pétale de 250 mm de diamètre.


Essai - Kawasaki Z1000 2010 : Mais c'est Zénial !!!


Coté confort d'amortissement, les gènes de sportive sont aussi d'actualité de ce coté là. Agréable, voir même confortable quand la route est un billard, l'amortissement perd de son charme quand la route se dégrade… ce qui est inévitable sur les routes en cette sortie d'hiver où le gèle et le sel y ont fait des dégâts.


Photos (56)

SPONSORISE

Actualité Kawasaki

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire