Publi info

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

Dans Moto / Nouveauté

Sans être une réelle nouveauté, la V7 attire toujours autant les regards. Pour 2018, Moto guzzi en profite pour ajouter des nouvelles versions au petit roadster : la Milano, le Carbon et le Rough. C’était donc l’occasion de vous faire découvrir ou redécouvrir la gamme V7. L’avantage en plus c’est qu’elles sont autant destinées aux débutants, avec le bridage A2, qu’aux motards confirmés.

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

Des températures douces, la présence du soleil et les routes du Val-de-Loire. Autant dire des conditions idéales pour prendre en main la V7. Sur les six modèles présents au catalogue, nous avons décidé de vous en présenter cinq, le sixième étant la version Café Racer, qui mérite un essai à elle toute seule.

Sont-elles vraiment différentes ? Eh bien, pas vraiment puisqu’elle possède toute la même base partie cycle et moteur. Un bicylindre en V à 90°, 4 temps qui développe 52 chevaux à 6 200 tr/min pour un couple de 60 Nm à 4 900 tr/min. On trouve une fourche hydraulique à l’avant et deux amortisseurs réglables en précontrainte à l’arrière. Elles disposent soient de jantes à rayons, soit à bâtons accompagnés d’un disque avant de 320 mm avec étrier Brembo, 4 pistons et un disque arrière de 260 mm étrier simple piston. Si vous voulez en savoir plus sur la conception du moteur, n’hésitez pas à aller faire un tour sur notre premier essai.

La hauteur de selle reste à 770 mm peu importe son design. Idem pour le réservoir qui affiche 21 litres. Les assistances sont aussi présentes avec l’ABS, la présence d’un Traction Control (MGTC) réglable sur deux niveaux et déconnectable. Le double compteur également est identique sur les 5 modèles avec un compte-tours à gauche, et le compteur de vitesse à gauche avec un écran digital recélant de nombreuses informations comme un indicateur de rapport engagé, de nombreux trips et analyse de consommation et d’autonomie ou encore la température extérieure.

Ce sont des finitions qui permettent d’avoir une machine un peu unique en son genre. D’ailleurs on apprécie le soin apporté à chacune de ses versions.

V7 lll Stone

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

C’est elle qu’on peut considérer comme l’entrée de gamme. C’est la plus simple mais aussi la moins chère des cinq. Disponible en quatre coloris, nous disposions d’un très joli bleu à l’essai, mais également d’une version verte accessoirisée. Pas de chrome ici, on reste sur du ton sur ton en noir mat avec les garde-boue, les pots, les rétroviseurs ou encore le guidon. Les jantes sont à bâtons 6 branches, les soufflets de la fourche avant sont présents et la selle reste épaisse mais sobre dans ses lignes.

 

V7 lll Special

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

Elle est la plus lourde de la gamme avec un poids en état de marche annoncée à 213 kilos (contre 209 kilos). C’est celle qui se rapproche le plus de ce qu’il se faisait à l’époque avec des jantes à rayons, une large selle surpiquée, des coloris surmontés de bandes de couleurs, de pots chromés, tout comme les poignées passagers, les rétroviseurs, les ressorts de suspensions et le guidon. Les soufflets de la fourche avant ont également disparu.

 

V7 lll Carbon

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

Qu’on se le dise, elle a été notre chouchoute sur le plan esthétique. Fabriquée en série limitée de 1921 modèles, date de l’année de naissance de la marque, nous possédions à l’essai le numéro 123. Comme son nom l’indique, elle affiche des composants en fibre de carbone, comme les garde-boue qui ont été raccourcis ou encore les caches latéraux. Elle arbore aussi des notes de couleur rouge, sur la sellerie, les caches culasses, les logos et l’étrier de frein Brembo. Sur le reste, on est sur des choix identique que la Stone, avec du noir sur le guidon, les pots d’échappements ou encore les ressorts de suspensions. On note la présence des jantes à six bâtons. Mention spéciale sur la selle surpiquée du plus bel effet.

 

V7 lll Milano

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

Son gris couleur apprêt de carrosserie peut surprendre d’un premier abord. Elle est issue du côté classique de la Special, mais on note quelques touches de la Stone avec les jantes à six bâtons et la disparation des soufflets de la suspension avant. Sur le reste, c’est le maintient de beaucoup de chrome avec les pots, les poignées passagers, les rétroviseurs, les ressorts de suspensions et le guidon. La selle est surpiquée, ce qui lui donne un vrai côté Old School.

V7 Rough

Essai Moto Guzzi V7 lll : la gamme sous les projecteurs

Comment qualifier le Rough ? Et bien, c’est un peu le mélange de tous les modèles cités au dessus avec les garde-boue en métal, les caches latéraux inspirés de la Milano, les jantes à rayons et la selle de la Special, les pots et les soufflets de suspensions de la Stone. Elle se distingue par l’installation de pneus à « crampons » qui n’est pas sans rappeler les machines citadines de ces dernières années. C’est celle qui nous a le moins marqués de toutes les V7 présentes.

 

Portfolio (52 photos)

Commentaires (9)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

merci de parler des marques moins diffusées, je préciserais que la marque fabrique 100% en Italie ce qui est rare de nos jours ( je ne dis pas ça parce que j'en ai une, je roule en kawa)

Par

ou sont les concessionnaires ?

terminé les problèmes de finitions ?

Fiabilité électrique ?

qu'en est-il du SAV (il ne pouvait que s'améliorer..)

Par

regardez salon moto 2018 limoges ( moto ancien ) https://www.youtube.com/watch?v=62paqRWlp-s

Par

en ce qui me concerne nous avons 3 concession ou revendeur dans le coin (Nantes):bien:

Par

En réponse à Djed sirius

en ce qui me concerne nous avons 3 concession ou revendeur dans le coin (Nantes):bien:

Merci.

moto Guzzi ne faisant plus de pub, on ne pense plus à cette marque légendaire.

Par

En réponse à JJ_49

Merci.

moto Guzzi ne faisant plus de pub, on ne pense plus à cette marque légendaire.

si tu veux des véritables pro et un modèle personnalisé je te conseille d aller à oulmes dans le 85 près de Fontenay, le garage paie pas de mine mais c'est des supers bons passionnés de guzzi depuis des décennies, si tu veux du choix et une concession qui fait envie je te conseille reze italscout au sud de Nantes

Par

Le 100 % ''Made in Italy'', c'est ce qu'ils font croire...

Et un jour tu trouves un tampon de contrôle en idéogrammes imprimé dans un cache culbus de Breva 1100, et là tu relativises un peu !!! ;o)

( Quelques pièces "exotiques", c'est toujours mieux que du 100% Thaïland comme Trumpf !!! )

Par

En réponse à Claudio60

Le 100 % ''Made in Italy'', c'est ce qu'ils font croire...

Et un jour tu trouves un tampon de contrôle en idéogrammes imprimé dans un cache culbus de Breva 1100, et là tu relativises un peu !!! ;o)

( Quelques pièces "exotiques", c'est toujours mieux que du 100% Thaïland comme Trumpf !!! )

Il ne s'agit pas de "faire croire" : ce sont bien des motos 100% assemblées en Italie et dont les composants principaux (moteur, châssis...) sont fabriqués par eux.

Il est quasi impossible à l'heure actuelle d'avoir un produit complexe (moto, voiture, ordinateur etc) qui ne doive faire appel à des pièces d'origine extérieure. Il est très probable que les pneus de cette Moto Guzzi soient eux aussi fabriqués à l'Etranger, mais bon...on ne leur demande pas d'être fabricant de pneus.

Ce serait un peu comme dire qu'une Porsche n'est pas 100% allemande...elle utilise des freins Brembo (même si c'est écrit "Porsche" dessus).

Pour prendre un exemple de produits moins complexes, je bois régulièrement des bières "100%" belges dont je suis sûr que certaines utilisent des houblons cultivés à l'Etranger (et même parfois le revendiquent...). Sont-elles moins authentiquement belges pour autant ? Je ne crois pas.

Par

En réponse à Dumbphone

Il ne s'agit pas de "faire croire" : ce sont bien des motos 100% assemblées en Italie et dont les composants principaux (moteur, châssis...) sont fabriqués par eux.

Il est quasi impossible à l'heure actuelle d'avoir un produit complexe (moto, voiture, ordinateur etc) qui ne doive faire appel à des pièces d'origine extérieure. Il est très probable que les pneus de cette Moto Guzzi soient eux aussi fabriqués à l'Etranger, mais bon...on ne leur demande pas d'être fabricant de pneus.

Ce serait un peu comme dire qu'une Porsche n'est pas 100% allemande...elle utilise des freins Brembo (même si c'est écrit "Porsche" dessus).

Pour prendre un exemple de produits moins complexes, je bois régulièrement des bières "100%" belges dont je suis sûr que certaines utilisent des houblons cultivés à l'Etranger (et même parfois le revendiquent...). Sont-elles moins authentiquement belges pour autant ? Je ne crois pas.

Comparer un pneu à un cache-culbuteur ( pièce-moteur ), si je peux me permettre c'est un peur fort d'expresso !!!

Au fait, j'ai 3 Moto-Guzzi à la maison, enfin au sous-sol, et je reste un fidèle parmi les fidèles. Aussi qu'ils fassent fabriquer des pièces moteurs dans les rizières _ et pas celles du risotto milanais ! _ et essaient de faire croire à du 100% Mandello, ça fout les boules pour les gens du coin pour qui Moto-Guzzi

était leur fierté, chacun y travaillait, ou y avait un parent. Aujourd'hui, à part l'encadrement il ne reste qu'une escouade d'intérimaires qui ne font que du montage. Tout arrive d'ailleurs, et il est assez difficile de savoir d'où. Che miseria !!!

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire