Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Essai Peugeot Django 125 ABS : petit citadin discret

Essai Peugeot Django 125 ABS : un pas supplémentaire

Le cadre ne présente aucune évolution, idem pour la partie-cycle proprement dite avec la conservation des jantes 12 pouces. Il faut donc se pencher sur le bloc-moteur pour s’apercevoir que le millésime 2018 s’octroie les services de la motorisation baptisée EasyMotion. Il s’agit pour le coup de la version d’entrée de gamme. Rappelons que Peugeot Scooters propose une gamme complète entièrement développée et assemblée à l’usine historique de Mandeure (EasyMotion, SmartMotion que l’on retrouve sur le Belville et sur quelques versions du Citystar, sans oublier PowerMotion intégré sur le haut de gamme du Citystar ainsi que sur le 3-roues Metropolis). Le bloc installé sur le Django développe une puissance de 10,2 chevaux à 8500 tr/mnpour un couple de 8,9 Nm. A l’usage, il se révèle surprenant par son caractère vivace dès sollicitation de la poignée d’accélérateur : il répond promptement sans véritable temps de latence avant d’opérer une douce montée dans les tours jusqu’à 40 km/h. Cependant, nous avons observé un léger creux à mi-régime. Une fois la barre des 60 km/h franchie, il est plutôt volontaire grâce à une allonge intéressante jusqu’à sa vitesse de pointe qui est de l’ordre de 100 km/h compteur. Outre ses performances honorables, il surprend par sa très faible consommation de carburant : durant notre essai réalisé sur un parcours mixte, la consommation a été de 2,5 litres/100 km, une mesure contenue, d’autant que Peugeot annonçait 2,8 litres.

Essai Peugeot Django 125 ABS : un pas supplémentaire

Comme évoqué précédemment, la partie technique n’évolue guère : malheureusement, quelques failles sont perceptibles au niveau de la fourche avant et de l’amortissement arrière, l’ensemble manque cruellement d’hydraulique, ce qui peut engendrer une mise en butée de la fourche sur les nids-de-poule vraiment prononcés. Même constat si l’on évoque le freinage où en plus de manquer d’un certain feeling au levier, la sensation ‘’de pompage’’ du train avant se fait particulièrement sentir durant les phases appuyées. De son côté, l’ABS à un seul canal qui agit uniquement sur la roue avant demeure très discret et efficace dès que l’on déclenche (cependant, il n’est pas facile mettre en action il faut vraiment exercer une pression importante sur le levier droit). Enfin, la tenue de route reste conforme aux premiers essais réalisés : le Django tire profit d’un train avant sain et sans surprise, même si nous aurions apprécié un peu plus de rigueur lors des passages sur les routes rainurées.

Photos (27)

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Peugeot

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire