Publi info

Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !

Dans Moto / Nouveauté

Chez les Italiens, on aime le sport et on aime les légendes, qu’elles soient humaines ou mécaniques. Aussi, lorsque la mythique Vespa étrenne un nouveau moteur de 300 cm³ et devient SuperSport, on imagine là le pendant de la Fiat 500 Abarth sur roues de 12 pouces. Le résultat ? Surprenant… Alors, la Vespa, prisonnière de son image et de son Histoire?  Ou prête à évoluer ?

Essai Pïaggio Vespa GTS 300 SuperSport

Découvrir la nouvelle version d’une Vespa n’est jamais anodin. Déjà pour ce que le modèle, devenu marque à part entière, impose de respect quant à sa longue carrière. Ensuite, pour ce que ce scooter, devenu au fil du temps une véritable Légende, impose comme codes et bien entendu comme pièges. Ceux des codes esthétiques et des solutions techniques retenues au fil du temps, notamment. 

Par exemple, le cadre coque en acier, véritable monument de la marque et colonne vertébrale du succès de la Vespa... Et de son architecture. Ou encore la fourche avant à parallélogramme, faisant également office de monobras. Sans oublier l’instrumentation toujours intégrée dans l’habillage du guidon, et bien sûr l’optique rond si caractéristique de l’habillage à la fois minimaliste et très recherché de la Vespa. Le plancher en deux parties, aussi, avec ses stries de surfaces anti dérapantes sont également un signe distinctif. 

Vespa 300 GTS Supersport
Le cadre coque est une marque de fabrique de la Vespa. Il est fidèle au rendez-vous sur ce modèle également. Les habillages métalliques ont vu leur forme évoluer vers plus de sportivité. Le résultat est plus que probant.

Et bien tout est là. Ne manque que le « pet pet » d’une motorisation 2 Temps pour que le tableau se rapproche de l’image d’Épinal. Loin de graver les codes dans la pierre, la Vespa 300 a bel et bien su évoluer physiquement et mécaniquement pour apporter une nouvelle ligne, et entrer dans une nouvelle ère. Celle d’Euro5 pour les 2 roues, notamment. Euro 5, une norme à laquelle tous les deux roues motorisés devront se conformer dans les 2 ans venir. Pour ce faire, le moteur a été entièrement revu à l’intérieur comme à l’extérieur, pour affirmer son style et pour améliorer la combustion et par là même, les performances. Il titre près de 24 chevaux et se dote d’un anti patinage fort heureusement désactivable, de quoi juguler le couple de 26 Nm sur les bandes blanches ou encore sur route mouillée.

Vespa GTS 300 SuperSport
Petit et costaud ! Le monocylindre, entièrement revu, n'est que peu pénalisé par son homologation Euro5. Les performances de premier ordre sont au rendez-vous et la consommation est contenue aux alentours de 3,2 L/100 km.

À propos d’ère, justement, les entrées d’air latérales à nid d’abeille font circuler le flot d’air vers le monocylindre hautes performances de 278 cm³ (« hpe » comme ils disent chez Piaggio). Nouveau design également pour la partie arrière, entièrement redessinée et plus élancée et dynamique. On note également l’apparition d’une crête chromée sur le garde-boue avant enveloppant la roue de 12 pouces à jante noire. Un noir brillant spécifique au modèle SuperSport, au même titre que le coloris bleu mat (et petites touches de rouge) que vous découvrez sur nos photos. À ce propos, les décorations « sport » ne sont que des autocollants apparus des plus fragiles car simplement collés sur la carrosserie… Attention donc. Autre équipement spécial « SuperSport » : le revêtement de selle.

Vespa Piaggio GTS 300 SuperSport
Iroquois. Indian n'est plus la seule marque à avoir une crête sur son garde-boue ! La Vespa SuperSport change de mode capillaire et coiffe la roue avec ce nouvel appendice. La classe à l'américaine pour la belle Italienne ?

L’éclairage LED fait également partie de la dotation du nouveau Vespa 300, offrant un regard à la fois dégagé et clair. L’instrumentation, pour sa part, reste sobre, élégante et à aiguille pour ce qui est d’indiquer la vitesse (km/h et mph). Le petit écran digital se contente quant à lui de donner quelques infirmations essentielles, entre lesquelles on navigue par une pression sur le bouton Mode situé au niveau du pouce droit. À propos de commandes aux doigts, juste une parenthèse sur celle du clignotant. Certes, elle est jolie et bien intégrée, mais au final assez peu pratique pour ce qui est d’être actionnée rapidement ou efficacement.

Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !
Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !

Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !Le vide-poches, de bonne taille et pratique , s'ouvre depuis le contacteur. Il contient également une prise USB. Le crochet accroche sac escamotable est pratique. Notez au passage les poignées chromées et le badge de clef. Un style !

 Toujours à propos de boutons, l’ouverture du coffre sous la selle se fait électriquement, soit directement depuis le panneau frontal, soit depuis la télécommande fournie. Si vous vous demandez pourquoi il y a toujours une clef, c’est aussi pour qu’elle puisse servir à pousser sur le bouton du contacteur afin d’ouvrir l’ample vide-poches. On retrouve dans ce dernier une très utile prise USB et suffisamment de place pour laisser là quelques effets ne risquant rien. Appréciable. Tout comme l’ouverture de selle électrique, donc, qui révèle un coffre ne pouvant malheureusement pas accueillir de casque intégral. Seuls deux jets trouveront place suffisante. Lorsque l’on connaît la facilité avec laquelle les voleurs ouvrent les coffres Piaggio, ce n’est peut-être pas un mal… Une fois la selle relevée, le bouchon du réservoir de (seulement) 8,5 litres fait son apparition. Dans cet univers du tout plastique, on redoute de le revisser en biais, mais surtout de remplir trop rapidement le « bidon ». Il dégorge alors façon geyser pour couler… dans le coffre adjacent. Prudence donc. Heureusement, il ne faudra le remplir que tous les 200 km environ. 

Spécifique. La selle située à 790 mm de haut, est ample et large dans sa partie avant. Son revêtement est spécifique à la version SuperSport. Le petit arceau chromé peut servir de poignée passager. Un plus.
Spécifique. La selle située à 790 mm de haut, est ample et large dans sa partie avant. Son revêtement est spécifique à la version SuperSport. Le petit arceau chromé peut servir de poignée passager. Un plus.
Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !
Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !

 

Refermons donc les parenthèses et le coffre, et installons-nous sur l’ample selle. Positionnée à 790 mm de haut, sa forme allongée et sa partie avant généreuse niveau confort ne sont pas réellement compatibles avec les petites jambes. 1,75 m nous semble le minimum syndical pour poser les deux pieds au sol. Le reste du temps ? On roule ! Justement, le feu vient de passer au vert.

Essai - Piaggio GTS SuperSport : du sport chez les urbains !

Portfolio (44 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire