Publi info

Essai - Royal Enfield Continental GT 650 : deux fois mieux

Dans Moto / Nouveauté

Lorsque Royal Enfield voit double, ce n’est pas seulement pour sortir les sœurs Interceptor et Continental GT, c’est aussi pour multiplier par deux le nombre de cylindres de leur moteur. Et cela change tout. Voici l’essai de la plus sportive des Royal Enfield !

Essai Royal Enfield Continental GT 650

Hier. Depuis 2014, peut-être les avez-vous croisés, elle et son monocylindre culbuté, son kick sur le côté et son air de petite moto. Peut-être l’avez vous vue sans même savoir qu’elle n’était pas une authentique ancienne, mais bel et bien un modèle moderne d’une marque historique, partie à la reconquête de son public et à la conquête d’une nouvelle audience. Elle, ce n’est autre que l’audacieuse et petite Royal Enfield Continental GT 535. Une moto au réservoir de forme si particulière et aux arguments surannés. Une moto à la fois charismatique et intrigante. Elle, ce petit morceau d’histoire perdu dans le temps et les cultures. Une moto surfant entre le passé, de par sa mécanique, et le présent, de par… son démarreur électrique.

Depuis bientôt 5 ans, le Continental GT oscille entre la culture anglaise, de par ses origines, et la culture indienne, par la force des choses. Enfin de par la force financière du groupe industriel ayant racheté cette marque, à la fois symbolique et iconique. Une marque depuis lors défendue bec et ongles, marque dans laquelle Eicher Motors (son propriétaire) investit toujours plus de temps et d’argent. Un projet dans lequel ils croient dur comme fer. Du moins dur comme acier, pour être précis. Et dur comme 120 millions de dollars, la somme investie en 2018-2019 pour continuer de développer la gamme Royal Enfield, ses moyens de production et son réseau. Reflet de ces ambitions ? Un nouveau partenaire et distributeur Royal Enfield en France : la Sima. La société bourguignonne nous avait invités à venir tester en ses terres bourguignonnes les deux nouveaux modèles Royal Enfield : l’Interceptor 650 et la nouvelle Continental GT 650, laquelle remplace la 535.

Essai Roayl Enfield Continental GT 650
Que de charme niveau ligne pour la très reconnaissable Continental GT

Aujourd’hui. Au programme, une nouvelle architecture, toujours basée sur le modèle de cadre à double berceau en acier développé par les Anglais de Harris Performance, mais surtout un nouveau moteur, bicylindre, cette fois et surtout doté d’un sixième rapport, fait inédit à ce jour sur une Royal Enfield. À injection, bien entendu, le bloc est épuré au maximum. Il perd même le traditionnel kick des 500. Un signe des temps. Avec son simple arbre à came en tête, il titre à présent 648 cm³, et bénéficie d’un refroidissement air/huile, lequel fleure aussi bon le passé que ses carters polis proéminents. Semblant suspendu dans le cadre, le twin anglais joue sur les textures et les traitements des matériaux. Afin de ne pas se brûler sur la culasse, deux petits pare cylindre métalliques sont enchâssés dans les ailettes de refroidissement. Un pare misère, en quelque sorte, qui permet cependant de serrer les jambes contre le réservoir étroit.

Essai Royal Enfield Continental GT 650
Le Coloris Ice Queen met en valeur la robe courte. Seul le réservoir est peint, tandis que la Royal Enfield joue sur les textures et les couleurs de ses éléments. Parfois un peu trop.

N’y allons pas par quatre chemins : niveau finition, cette Continental GT 650 n’est clairement pas au même niveau que les productions européennes ou japonaises actuelles, auxquelles notre œil s’est tout autant habitué que notre porte-monnaie. Notamment au niveau de la qualité perçue des aciers de la visserie. Pour autant, c’est bien moins flagrant ici que sur l’Interceptor, où l’on voit davantage de têtes de boulons dépasser. La Continental GT dispose même d’un certain cachet. Un cachet certain, dirions-nous plus précisément. On lui trouve volontiers le charme de l’exotisme, du moins celui du métissage indo-anglais. En résulte une première impression séduisante et intrigante à la fois. Le choc des cultures. Peut-être aussi un doute. Celui de se lancer dans une aventure dont on ne connaît pas l’issue au fil du temps.

Essai Royal Enfield Continental GT 650
Le réservoir, signature de la lignée Continental GT
Essai Royal Enfield Continental GT 650
Autre signe distinctif de la GT : les agréables guidons bracelets. Leur forme leur emplacement et leur tenue sont agréables en ville comme sur route.

Essai Royal Enfield Continental GT 650
Une moto "plate" qui ne manque pas de relief. Le gabarit de Continental GT est des plus plaisant. L'échappement double séduit par son look et sa sonorité. Par contre, ils sont fixés en dur sur le cadre. Attention en cas de chute.

Moins léchée qu’une Triumph Thruxton, il se dégage pourtant de la Continental GT un petit quelque chose en plus, même si elle en fait moins, beaucoup moins. La simplicité, le côté proche et accessible établi avec qui la chevauche devient la base d’une relation durable. L’anglaise, fidèle à ses valeurs et aux valeurs requises pour pouvoir se l’offrir – 7 110 € de plus que la Continental GT, soit plus encore que le prix d'une Interceptor -, se montre bien plus distante, classieuse et bien moins rustique en apparence. On apprécie du coup la sobriété et le côté frais et léger de la Royal Enfield. Les efforts vestimentaires de l’indienne sont flagrants, et sa robe toute aussi métallisée que le réservoir lui-même, sera au choix Black Magic, Ice Queen ou Mister Clean (réservoir chromé). Elle fait en tout cas sensation, et magnifie les formes des 12,5 litres. La GT 650 s’habille court, certes, se vêt peu, et l’on regrette parfois le manque d’uniformité des associations de matières et de teintes de peintures. Leur grain surprend également, tout comme il peut apporter une certaine sensualité, à l’image d’une peau que l’on apprécierait caresser. Au moins chaque moto est-elle unique… Et faite à la main. Fut-elle indienne.

Essai Royal Enfield Continental GT 650
L'instrumentation paraît fluette et fragile. Elle est en tout cas des plus succincte.
Essai Royal Enfield Continental GT 650
L'embrayage est souple, doux et agréable. Tout comme la boîte de vitesses. L'ensemble fonctionne à merveille.
Essai Royal Enfield Continental GT 650
Les commodos rappellent ceux des Japonaises. Un bon point ! Notez les guidons relevés et la sobriété ambiante.

Côté instrumentation, il ne faut pas demander la Lune : la Continental GT fait dans la cure de déconnexion digitale, à l’époque où tout devient grand et connecté. Malgré la présence d’un petit afficheur numérique, dévolu à un totalisateur kilométrique ou un trip journalier et à la jauge à essence (semblant peu précise de prime abord), le compte-tours et le compteur de vitesse conservent leurs aiguilles et leur charme. Un charme désuet, certes, mais réel. Le cerclage chromé fait lui aussi son petit effet, répondant à celui de l’optique rond et aux leviers couleur alu. Ceux-ci ne sont d’ailleurs pas réglables. L’embrayage étant souple et les leviers de bonne forme, on ne se plaint guère de cette disposition, même si l’on a les doigts courts.

Essai Royal Enfield Continental GT 650
La selle biplace affiche 794 mm de haut et un bon niveau de confort. Une monoposte, plus courte, existe en option.
Essai Royal Enfield Continental GT 650
Sous la selle, peu de place. Transporter un antivol passera par un support dédié. Le prix de la compacité.
Essai Royal Enfield Continental GT 650
Sur le côté droit, la trappe verrouillant à clef donne accès à une trousse à outils. Sait-on jamais…

 

La selle biplace (d’origine), est à la fois moelleuse et large, tandis que les suspensions arrière à cartouche séparée apportent une caution supplémentaire à l’amortissement, lui aussi d’une sobriété redoutable : seule la pré contrainte est réglable et lorsqu’on y regarde bien, elle est déjà tarée tout près du maximum possible. Les roues à rayons sont du meilleur effet, surtout combinées à un disque de frein de 320 mm à l’avant. La dotation de la Continental GT fait dans la discrétion, mais aussi et surtout dans l'efficacité, nous allons le constater.

Essai Royal Enfield Continental GT 650
Essai Royal Enfield Continental GT 650
La suspension est tarée ferme en pré contrainte, mais reste souple. Un excellent compromis.
Essai Royal Enfield Continental GT 650
Le Freinage ABS Bybre compte sur le disque de 320 mm de diamètre pour compenser l'étrier à "seulement "2 pistons. Il a bien raison : l'ensemble surprend positivement par son efficacité !

Il faudra le temps de s’habituer à ce nouveau référentiel qualitatif et aux standards indiens, une autre façon de voir les choses. Disons, jusqu’au moment où l’on mettra le contact et que l’on commencera à rouler. On oubliera alors la présence dominante de boulons à tête hexagonale, et toute autre considération d’équipement pour savourer l’essentiel : une autre manière de rouler. 

Portfolio (40 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (2)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

wooof... punaise c'est cheap à mort!!! autant ça donne du charme aux Bullets et à l’Himalaya, autant sur cette moto ça fait vraiment dégueulasse. Même sur les photos on voit que les plastiques sont abominablement fragiles,, les noir sont tellement micro rayés que même sur les clichés on le voit, tout respire le bas de gamme. A ce prix là on trouve beaucoup mieux, surtout en occasion. A parier qu'à la première pluie la moitié de la visserie est rouillée.

Par

A tous les amoureux de la moto, de cette moto, avant de l'acheter chez Sima, qui a eu le nez creux faut bien le dire, sachez que son vrai prix, en Inde est de : 250 000 roupies, soit à ce jour 3205 euros.

Ca fais mal, le transport, tout ça, tout ça, la distribution moto en EU va mal, une poignée de gourmands se partagent le gâteau mais ne se rendent pas compte qu'ils vont tuer la moto à ce rythme.

Foutage de gueule intégral.

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire