Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

2. Essai Yamaha YBR 125 2014 : remise au goût du jour

Essai Yamaha YBR 125 2014 : un monument sur le segment des motos 125

Sous ses airs rustiques, la Yamaha YBR 125 fait partie intégrante de ces véhicules classés au patrimoine des motos utilitaires : véritable outil quotidien, la Yamaha s'est longtemps reposée sur ses lauriers en n'effectuant qu'un seul relooking en 2010. Quatre ans plus tard, la firme aux trois diapasons décide de lui apporter une cure de jouvence essentiellement basée sur l'apport de petites touches esthétiques


sobre mais efficace


Essai Yamaha YBR 125 2014 : un monument sur le segment des motos 125


Le millésime 2014 se différencie de l'ancienne génération uniquement par de très légères évolutions : l'ensemble de ces améliorations se concentrent sur la face avant avec l'adoption d'un nouveau phare. Le cru 2014 troque les rondeurs de son ancien projecteur pour un bloc plus anguleux nettement plus en phase avec les standards actuels de la catégorie. Ce dernier se voit désormais coiffé d'un minuscule saut de vent qui brille plus par son apport stylistique que par sa protection. Les écopes latérales, frappées YBR 125, aux coloris noirs laissent apparaître des arêtes légèrement plus vives que par le passé. Comme sur la précédente génération, l'YBR 2014 conserve la ligne d'échappement ainsi que la plupart des équipements d'antan : on retrouve un porte-paquet, certes peu esthétique, mais qui peut s'avérer extrêmement pratique au quotidien pour l'emport d'un sac sanglé grâce à de multiples points d'ancrages. Le réservoir garde la même contenance égale à 13 litres mais le bouchon, dont l'ouverture se fait par l'intermédiaire de la clé de contact, ne se trouve pas monté sur charnière, dommage et peu pratique lors des ravitaillements à la pompe. De même, nous déplorons l'absence des commandes de Warning et d'appel de phare. En revanche, cette YBR se pare de deux types de béquilles pour le stationnement (latérale et centrale).


De son côté, le tableau de bord ne présente pas le moindre changement par rapport à son devancier : l'instrumentation utilise toujours un mode de lecture analogique : deux cadrans annoncent respectivement la vitesse et le régime moteur. L'utilisateur peut compter sur une jauge à essence assez précise, un trip partiel , sans oublier un totalisateur kilométrique.


moteur volontaire


Essai Yamaha YBR 125 2014 : un monument sur le segment des motos 125


Prendre place à bord de l'YBR 125 est chose aisée, et ce, quelque soit le gabarit offert par le pilote. La faible hauteur de selle (780mm) favorise une prise en main rapide où il dévient facile de poser les deux pieds bien à plat. L'assise, longiligne, procure un confort honorable. Cependant, après une journée de roulage, des pointes au niveau du fessier ne sont pas à exclure. Le poste de pilotage matérialisé par un guidon judicieusement placé offre donne lieu à une position de conduite naturelle et typique de la catégorie à savoir un buste quasiment droit. Malheureusement, la protection est inéxistante aux jambes et aux épaules, laissant les intempéries et le froid s'emparer de vos membres. Le passager a droit à un espace peu conséquent mais suffisant pour les courts trajets.


La motorisation ne change pas d'un iota par rapport à la cuvée 2010 : yamaha a donc choisi de renouveler sa confiance au bloc 4 Temps, coiffé de deux soupapes alimenté par l'injection mais refroidi par air. Une pression sur le démarreur électrique (le kick de secours ayant déjà disparu sur le précédent modèle) enclenche le moteur et une sonorité feutrée se dégage de la ligne d'échappement. Une sonorité, peu glamour, mais elle nous rappelle avec exactitude que nous sommes à bord d'un roadster utilitaire. Ce bloc livre une puissance maximale de 10 chevaux couplé à une boite à 5 rapports. Sans être un foudre de guerre, le propulseur se montre particulièrement volontaire dès 60 km/h, le constat s'avère tout aussi flatteur lors des relances en troisième. Cependant, dès que la rythme s'accélère, le valeureux indique ses limites et a tendance à s'essouffler avant que l'aiguille ne se fige sur la graduation 115 km/h compteur (109 km/h chrono). La boite, bien étalonnée, donnes satisfaction, mais attention aux faux points morts comme nous avons pu le constater.


Maniable à basse vitesse, la Yamaha YBR s'octroie une partie-cycle efficace permettant d'aborder le réseau secondaire en toute sérénité : en effet, la fourche télescopique, malgré un léger déficit en matière d'hydraulique, absorbe les chocs offerts par des revêtements douteux. Attention à l'excès de confiance, car la YBR, campée sur ses roulettes de 18 pouces n'est pas fait pour l'attaque d'autant que la monte pneumatique d'origine asiatique CST ne prête pas à l'optimisme sur les routes rendues glissantes en Hiver. Enfin, le disque avant ø 245 mm pincé par un étrier simple piston se montre dosable dès sollicitation du levier droit et l'on apprécie la bonne tenue de la fourche lors des phases de freinage. Des performances qui contrastent avec les limites accusé par le tambour arrière.


Photos (25)

SPONSORISE

Actualité Yamaha

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire