Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Aprilia Tuono 660 : concurrente turbulente

Dans Moto / Nouveauté

Deuxième opus issu de la plateforme 660, la Tuono fait son apparition sur les terres romaines. Une apparition remarquée et remarquable pour un modèle qui change la donne chez les roadsters sportifs de moyenne cylindrée. Vous ne le croyez pas ? Attendez de la découvrir…

Essai Aprilia Tuono 660

Commençons par son tarif : 10 550 €. Élevé ! On pourrait se dire que pour une « middle size », donc une moto de moins de 750 cm³, cela fait un petit pactole. Pour autant, il convient de relativiser et surtout de jeter un œil sur sa dotation d’origine et sur ses caractéristiques : avec un petit réservoir de 15 litres et un poids annoncé de 183 kg tous pleins faits pour 95 chevaux mesurés dans le bicylindre calé à 270° (comme la Yamaha MT07), Aprilia place sa Tuono dans les meilleurs rapports poids puissance du marché des roadsters sportifs de moyenne cylindrée. Et le tout est sous l'égide d'une électronique voulue de point. C’est bien simple, mis à part une Street Triple RS, qui est un roadster pur et dur, ou les BMW F900 R ou XR, difficile de faire mieux en matière d’équipement. Hormis les suspensions réglables électroniquement, il ne manque rien à l’Aprilia de ce qui fait un haut de gamme, ou de ce qui est habituellement réservé à la grosse cylindrée. Quant à savoir si l'on en a réellement besoin, voici de quoi vous décider.

Essai Aprilia Tuono 660
So Tuono. La filiation est évidente avec les modèles V4, mais la ligne moderne est superbe, qui permet de mettre en valeur les écopes à ailerons façon GP ou tout simplement RS. On dirait une sportive. Le guidon droit en plus. 
Essai Aprilia Tuono 660
Style. D'un nouveau genre, les écopes sont superbes sous tous les angles et plus esthétiques qu'utiles.
Essai Aprilia Tuono 660
Sabot. Il souligne le moteur et sa ligne d'échappement de belle manière, là encore avec quelques artifices.

 

Électronique de pointe, version allégée

Le package électronique serait-il complet. Pas tout à fait. La Tuono « de base » ruse et propose une version dégradée de celui équipant sa sœur sportive : la centrale inertielle scrutant 6 axes est proposée en option. Une curiosité, pour ne pas dire une incongruité, surtout lorsque l’on considère la plateforme et le timing de développement communs, ainsi que la faible différence tarifaire. D'origine, la version roadster ne profite donc pas de l’ABS sur l’angle, ni des fonctions de paramétrage et d’analyse plus avancées, au nombre desquels les feux adaptatifs, également corollaires à ce dispositif. Autre curiosité, le shifter est lui aussi en option. En ce cas, pourquoi ne pas avoir fait deux versions de la Tuono 660, comme c'est le cas pour les grandes, qui se déclinent en différents niveaux d'équipement ? (Factory, R, etc.)

Encore plus étrange, nous venons de le dire, la Tuono 660 peut bénéficier de ces caractéristiques, mais en option seulement. Combien en coûtera-t-il ? Plus cher, mon fils, plus cher, mais nous ne disposons pas encore du tarif français de l’option. Au prix d’une ECU sur le marché actuel, et au vu du tarif de la RS 660 qui en est nativement dotée, on peut redouter une addition un peu plus salée mais ne dépassant pas les 11 000 €. L'occasion de remarquer qu'aucun dispositif de clef codée n’est en place, ce qui amenuise le coût global. Quant à savoir ce que l’on gagne et surtout si l’on y perd, avec cette autre gestion électronique, nous verrons cela en page suivante, lors de notre essai routier d'une version manifestement dotée la centrale inertielle la plus performante.

Pour ce tarif de base (10 550 €, rappelons-le), on ne dispose pourtant que d’un bras de fourche réglable en détente et en compression, l’autre étant non réglable. Il est des bizarreries et surtout des économies que l’on a du mal à expliquer, surtout à ce niveau tarifaire. La nouveauté 2021 surfe donc sur le fil du rasoir en ce qui concerne les choix techniques et technologiques opérés et le discours marketing allant de pair, y compris pour se démarquer de sa sœur, mais l’ensemble est on ne peut plus cohérent et visuellement attractif.

Essai Aprilia Tuono 660
Sobriété. Ce bicylindre vertical, calé à 270° est une version ritale de l'architecture à succès vue sur le MT07. Il développe 95 ch et 67 Nm de couple, avec un rupteur placé à 11 500 tr/min. Il est sous contrôle d'une électronique ultra-complète.
Essai Aprilia Tuono 660
Compact. Notez l'étroitesse du moteur sur la partie avant. On pose aisément les pieds au sol. 
Essai Aprilia Tuono 660
Porteur. Le cadre est fixé directement sur le moteur, qui est donc porteur et partie intégrante de l'architecture.

Légèrement plus simple que la RS 660, la Tuono profite de la même base architecturale, tant au niveau du moteur porteur et de son cadre aluminium, que du bras oscillant ou encore des commodos, des jantes et des périphériques de freinage (confiés à Brembo). À propos du cadre, justement, la peinture appliquée lui donne un effet « plastique » peu agréable, tandis que l’on se prend à espérer une version « brute » vernie, ou un coloris plus flatteur, prolongé par celui du bras oscillant et des platines repose pieds. Une proposition plus agressive, plus sport et tout simplement, moins… Playmobil. La critique est lâchée, mais affaire de goût, tout comme le design.

D’un bon niveau, la finition ne respire pas la même qualité, le même luxe que sur une anglaise siglée Triumph et ne propose pas autant de sophistication ou de détails qu’une allemande badgée BMW. Elle ne respire pas non plus l’ambiance japonaise, si caractéristique et s agréable au niveau du traitement des plastiques, de l'ambiance à bord ou tout simplement de la visserie et de la peinture. Cela dit, les coloris sont particulièrement bien choisis et séduisants. Une fois encore, nous avons opté pour la version jaune flashy (Atomic Gold) lors de cet essai. Une simple impression, mais la perception joue un rôle très important dans le déclenchement d’un achat. À ce titre, la Tuono perd quelques points face aux modèles phares des autres constructeurs, mais elle est loin de perdre la face !

Essai Aprilia Tuono 660 - Diablo Supercorsa II

Sportif, vous avez dit sportif ?

La monte pneumatique demeure hyper sportive, avec les Pirelli Diablo Rosso Corsa II du meilleur effet quand il fait chaud et beau et légèrement inquiétants lorsqu’ils rencontrent les conditions de notre essai : des températures négatives le matin, tout juste positives l’après-midi et surtout des routes salées, verglacées et défoncées. Et c’est compter sans le bestiaire croisé lors de notre périple de près de 200 km. Brebis, vaches et leurs déjections diverses, ne manquaient que les poules qui avaient cela dit parsemé l’asphalte de leurs nids profonds et résolument peu douillets. Ouch. Ça sent bon la campagne, dans notre petit coin d’Italie ! Mais ça sent surtout bon la bûche, si l’on en croit la petite voix qui nous dit de rester au lit, tout du moins bien au chaud. Surtout en apercevant une fontaine glacée devant les motos courageusement alignées et prêtes à aller au casse-pipe théoriquement annoncé.

Poste de conduite/pilotage
15 litres. C'est la contenance du petit réservoir de la Tuono 660. Sa forme est peu compatible avec les virages serrés : on se coince le pouce entre l'arrête pointue et le guidon.
Essai Aprilia Tuono 660 - Contacteur clef
Contact. La clef est non codée. Ambiance sport, soulignée par les 54 titres mondiaux de la marque.
Essai Aprilia Tuono 660 - commodo droit
Sobre. Ride by Wire, commutateurs (feux de jour automatiques sinon), le bouton mode complète le tout.

Dites donc, pour laisser partir une bande d’excités comme nous au guidon (très large…) de leur nouveauté, ils ont l’air d’avoir sacrément confiance dans leur électronique, les loulous de chez Aprilia ! Là, ce n’est plus rouler sur des œufs, même si comme dit précédemment les nids-de-poule sont légion et de taille hallucinante. Et on peut les comprendre, les ingénieurs maison. Ils ont déjà développé pour la RSV4 ce qui se fait de mieux en matière d’assistances sportives, aussi peut-on penser qu’il y a là un certain bagage et un savoir-faire certain. Déjà, le freinage anti blocage profite d’un développement des plus sportif (merci Brembo, Bosh et la fixation radiale des étriers et du levier de frein), mais en l’occurrence, régler l’attaque plus douce au levier est apparu de rigueur.

On apprécie immédiatement l’ergonomie des commandes et la possibilité de rentrer aisément dans les menus de configuration. Alors oui, les commodos sont énormes et oui, on aurait apprécié un dispositif plus compact et plus semblable à la commande de régulateur de vitesse (implémentée d’origine). Appuis courts, appuis longs, navigation simple et menus fournis, on peut désactiver ce qui fâche (au hasard, l’indicateur de freinage d’urgence, le précoce de service…), fixer les seuils de clignotement du shiflight, activer ou non le shifter électronique (en option, mais actif à la montée et à la descente !), le niveau de luminosité de l’instrumentation digitale (piquée à la V85 TT), mais une question se pose : pourquoi avec toute cette électronique, ne pas avoir mis un arrêt automatique de clignotant alors qu'il est annoncé dans le dossier de presse ? Nous ne l'avons en tout cas pas vu fonctionner, ni même trouvé à l'activer dans le menu. Nous verrons bien lors d'un prochain comparatif si l'on parvient à activer le dispositif.

Essai Aprilia Tuono 660 - Shifter et boite de vitesse
Haut et bas. Le Shifter optionnel permet de monter les rapports gaz en grands et de les descendre gaz coupés. La boîte 6 vitesses profite d'un levier à ergot réglable, tandis que les vibrations des repose-pieds sont filtrées par le caoutchouc.

Ça, c’est LE truc qui va bien, Ze invention qui fait plaisir aux étourdis, aux jeunes conducteurs qui n’ont plus à chercher la commande d’arrêt, etc. Ah ça, pour le reste, il y a du monde, et du beau monde, qui plus est. Du haut de gamme, effectivement, du qui flatte et qui fait se dresser le… poil, et pas que. La roue avant n’est pas avare en lévitation, nous allons le voir un peu plus tard.

Si les modes Commute et Dynamic dictent leurs propres règles, ces deux comportements moteur de référence, que l’on pourrait dire pour le premier très légèrement sage, pour second plutôt énervé, sont l’un et l’autre enthousiastes et largement suffisants pour se faire plaisir, quel que soit le niveau d’expérience. Avec un anti cabrage pourtant désactivable ou paramétrable sur l’un de ses 3 niveaux, parallèlement au contrôle de traction, on peut amenuiser en un sens tous les risques liés à un enthousiasme débordant. À l’opposé, il est offert de mettre tout ou presque en berne via le mode de comportement « Individuel ». À vous la liberté de choisir ce que vous souhaitez conserver et à quel niveau. Et là, on entre dans un autre monde, un peu plus geek, peut-être, mais surtout bien plus sensationnel. On peut éteindre un caractère ou le façonner, l’aiguiser, l’attiser.

Essai Aprilia Tuono 660 - Compteur de vitesse et poste de conduite
Ecran couleur. Il est petit mais efficace, cet afficheur également vu chez Moto Guzzi sur les V85 TT. Les menus sont complets et les assistances simples à configurer via les commodos. Quelques clics et ça claque.
Essai Aprilia Tuono 660 - commodo gauche
Normand. Le commodo gauche concentre flèches de navigation et régulateur de vitesse. Énorme. 
Essai Aprilia Tuono 660
Sobre et simple. Le menu est intuitif et complet. On y navigue aisément au moyen des flèches.

Essai Aprilia Tuono 660Top Chrono. Curieusement, on retrouve un mode "compétition" sur le compteur. Une coupe de marque en perspective ?

En supplément des modes aisément accessibles, il est possible d'activer 2 modes "cachés" dans le menu de configuration. Dénommés Chalenge et Time Attack, ils changent radicalement l'ambiance visuelle du compteur, celui-ci devenant un accessoire pour claquer une pendule, comme l'on dit. Un chronomètre et l'indicateur de rapport engagé sont mis en avant, la vitesse et le compte-tours sont toujours présents, mais plus discrets et plus visuels. Dernier point pour les amateurs de connexion Bluetooth et d'application pour smartphone : il est offert de connecter un téléphone et l'afficheur digital, fin de déporter des fonctionnalités et de piloter navigation, musique ou encore appels depuis le guidon. De l'info-divertissement comme ils disent chez Aprilia. Et nous qui pensions bêtement que conduire une moto demandait une attention permanente. Bref.

Un mode Individual au top

Pour tirer le meilleur de l’électronique embarquée et en tester l’efficacité, il va donc falloir jouer du bouton Mode et surtout opter pour le mode de conduite personnalisable, judicieusement dénommé « Individual ». On peut alors intervenir sur la réponse des gaz (plus ou moins vive – 3 niveau), le niveau de frein moteur (plus ou moins présent), le seuil de déclenchement du contrôle de traction/de l’anti cabrage (plus ou moins sensible, voire désactivé), ou encore régler sur 3 niveaux de sensibilité l’ABS partiellement déconnectable (plus ou moins permissif).

Du plus intrusif (3) à celui désactivant l’ABS à l’arrière et laissant copieusement lever la roue arrière, on module sans vergogne et avec effet immédiat. Les dégourdis du pouce vont adorer. Les autres profiteront immédiatement de tout ce que les deux autres modes implémentés ont à offrir. Accessibles rapidement depuis le commutateur installé sur le commodo droit, on adapte la moto au terrain de jeu et surtout à ses humeurs ou ses possibles.

Essai Aprilia Tuono 660 - Frein arrière
Essai Aprilia Tuono 660 - Frein avant

À ce propos, la combinaison ABS déconnectable à l’arrière et quelques autres paramètres nous font penser que le futur trail routier déjà annoncé, du moins bien éventé, profite lui aussi de la même base électronique et mécanique. Ce ne sont donc pas 2, mais 3 modèles qui vont profiter de ce nouveau moteur et de cette nouvelle architecture. La Tuono profite d’un angle de chasse plus fermé et donc d’un empattement plus court, obtenu par un jeu sur la fourche, différente entre les deux modèles. Plus courte, la roadster devrait donc se montrer plus nerveuse et plus vive.

Mais avant de prendre la route, et avant que les doigts et le bout des oreilles ne gèlent, faisons rapidement le tour de la moto. Le design est particulièrement inspiré. Difficile à dissocier de la Sportive, la Tuono montre davantage son moteur, et profite d’un carénage avant en deux parties : un tête de fourche fixe et des écopes de radiateur, raccordées visuellement au sabot moteur. En découle une ligne tendue, sportive et légère, inspirante et inspirée. Les codes graphiques de la Tuono sont bien là, tandis que l’arrière se montre fin, mais un peu plus prompt à accueillir un petit fessier en guise de passager, qui pourra bénéficier d’une assise étroite et de « poignées » de type spoiler.

Essai Aprilia Tuono 660 - Coffre sous la selle
Bien pensé. Si l'on ôte les deux selles, on découvre un petit coffre à l'avant et une plateforme à l'arrière. Pratique.
Essai Aprilia Tuono 660 - Selle conducteur
805 mm. C'est la hauteur de selle, et sa forme la rend accessible, même aux courtes jambes.
Essai Aprilia Tuono 660 - bagagerie en option
Modulable. La capacité d'emport peut être améliorée de manière bien intégrée et optimale.

À propos d'assise, le conducteur aura le derrière placé à 805 mm au-dessus du sol (soit 15 de moins que la RS), ce qui met ce dernier à portée de nombreuses longueurs de jambes, compte tenu de l'étroitesse de la moto et de l'arcade de selle. Rapproché du poids contenu, on tient là une moto idéale pour ne pas impressionner de par son gabarit, même si son look parvient à la faire paraître plus imposante qu'elle ne l'est. Les grands gabarits ne seront pas mal installés non plus, avec une implantation des repose-pieds (caoutchoutés s'il vous plaît ! ) à l'arrière de l'aplomb des épaules.

Allez, les températures viennent de passer dans le positif, le jour s'est levé sur les collines surplombant Rome et il est temps d'aller mettre la Tuono dans tous les sens. La RS 660 encore fraîche en notre mémoire, les différences apparaissent instantanément.

Portfolio (47 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Lors de chaque lecture d'essai de cette Tuono, je me pose ces 2 questions:

- est-ce que la carto moteur est strictement identique à celle de la RS bridable?

- est-ce qu'il y a un warning? Parce que, un régulateur, bon, pourquoi pas, mais en ville et surtout en interfiles, le warning est autrement plus important et utile…

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire