Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

Essai - Yamaha Ténéré 700 : que reste-t-il aux autres ?

Dans Moto / Nouveauté

Plus Africa Twin que l'Africa Twin, la sensation trail de la rentrée est pourtant signée Yamaha. La Ténéré 700, dite T7, reprend magistralement la formule et le flambeau du trail léger et polyvalent, avec un petit quelque chose en plus. Dommage pour la concurrence…

Essai Yamah Ténéré 700 T7

Après des premiers échos flatteurs, il nous tardait de mettre la Ténéré 700 à l'épreuve des routes et chemins du cru. Forte de sa bonne presse, la T7 semblait en effet s'affranchir à l'avance de toute critique. Mais il en va des motos comme des films, à trop en entendre parler, à lire de bons avis, on peut souvent être déçus. Qu'en est-il cette fois-ci ?

Yamaha Ténéré 700 : une histoire détournée

Le chapô en dit déjà long sur notre premier sentiment, mais à bien y regarder, cette Ténéré aurait pu/dû être proposée par Honda. Surtout au regard de sa production récente et de son histoire. Déjà, comme son nom l'indique, l'Africa Twin est un bicylindre de 650 cm3 à l'origine en 1988, passé à 750 deux ans plus tard, là où la XT600Z Ténéré était à l'origine, en 1983, un monocylindre de 595 cm3. La T7 affiche pour sa part aujourd'hui un twin vertical de 689 cm3… Très Africa Twin, donc…
Ensuite, parlons look. Celui de l'Africa Twin est historiquement très rallye et les premières versions ne sont pas sans rappeler la moto que nous avons aujourd'hui devant les yeux. Surtout avec ce superbe coloris rouge et blanc. Une orientation rallye que l'on retrouvait encore récemment sur les CRF250 Rally, justement. Mais non, Yamaha dame le pion à Honda et donne au passage une petite leçon de marketing à la marque ailée, qui cherche pour sa part à faire de l'ombre à une certaine BMW R1250 GS. Aïe.

Le titre de cet essai de la Yamaha Ténéré 700, vous aura quant à lui sûrement déjà donné une indication sur la qualité de cette nouveauté 2019. Il faut bien avouer que niveau présentation, la nouveauté trail de cette rentrée fait déjà très fort. Elle respire la qualité japonaise à plein nez, tandis que l'on ne peut s'empêcher de noter les plastiques latéraux reliant la coque arrière au réservoir déjà griffés au bout de 3 000 km. Il faut bien avouer qu'elle n’a pas dû être ménagée, cette T7, et qu'une fermeture éclair d'une protection de pantalon pourrait bien être passée par là. Mais bon, quitte à avoir l'œil, autant l'ouvrir pour de bon, alors qu’il en prend déjà pour son grade.

Essai yamaha Ténéré T7

Yamaha Ténéré 700 : Un nouveau style pour les trails

Le moins que l'on puisse dire, c'est que le style de cette Ténéré 700 est tout simplement superbe. À la fois évocateur des motos arpentant le désert et de celles dont elle hérite également du nom, la Ténéré séduit au premier regard les amateurs du genre, qui lui trouveront tout autant des allures de baroudeuse que de sportive, le tout avec un habillage simple et léger, tout en se montrant protecteur. L'habillage arrière, à la fois puissant et léger, évoque le trail et le cross, avec les 4 plots pour accrocher un filet araignée entourant la selle plate et étroite, positionnée à quelque 875 mm de hauteur pour le conducteur.

Essai yamaha Ténéré 700 T7
Esthéticopratique. La coque arrière est un modèle du genre en matière d'ergonomie et de discrétion. Notez les plots d'accroche. 
Essai yamaha Ténéré 700 T7
Sympa ! On peut être compacte et savoir recevoir. Pour preuve ce petit coffre sous la selle à même de contenir un antivol de taille modeste. Utile !

 

Essai yamaha Ténéré 700 T7
Inspiré du Rallye. Réglable en tous sens et très accessible, le mono amortisseur propose une précharge déportée. Excellent pour adapter à l'utilisation solo, duo ou bagages. Notez la cartouche séparée et ses réglages (comp/det).

 

L'habillage du réservoir de 16 litres remontant telle une dune aussi lisse que ses flancs, dessine l'aventure et évoque une bonne protection en cas de couchage sur le flanc… Tout comme les pare mains à la fixation surprenante. Ajoutons un sabot moteur aluminium, une belle et lonnnnngue fourche inversée de diamètre 43 mm enserrant une roue avant de 21 pouces (18 pouces à l'arrière, comme il est de tradition sur les trails), un superbe et très original optique à 4 LED et bulle transparente, un mono amortisseur entièrement réglable à la molette de précharge déportée, et l'on se croirait bel et bien sur une moto de rallye-raid. Ce que la sobriété générale de l'ensemble tend à confirmer. Une simplicité bienvenue, qui ne sacrifie pourtant rien à l'agrément au quotidien, qu'il soit urbain ou extraordinaire.

Yamaha Ténéré 700 : un trail en mode rallye

L'instrumentation digitale, bien en valeur derrière la bulle fixe étroitement haute et les déflecteurs latéraux typés rallye-raid, est relevée et verticalisée. Elle offre ainsi une vue imprenable et peu de reflets, tandis que l'on apprécie le commutateur façon clignotant placé sur la commodo droit. Il permet d'alterner entre les informations affichées. Un coup de pouce et on passe, un arrêt long et on remet à zéro. Là encore, sobriété et efficacité. Rien n'est oublié cela dit, de l'indicateur de rapport engagé, en passant par une jauge à essence et l'heure, on ne manque aucun point essentiel pour les rouleurs du quotidien ou les explorateurs (conso, trip, etc.).

Essai yamaha Ténéré 700 T7
Verticale. Telle un road book, l'instrumentation complète propose une position haute et verticale. Nous avons aimé.
Essai yamaha Ténéré 700 T7
Classique. Rien de neuf côté gauche. On apprécie par contre les pare mains de qualité et bien placés. 
Essai yamaha Ténéré 700 T7
Original. Le commutateur select permet une manipulation simple des infos de l'instrumentation.

Essai yamaha Ténéré 700 T7 poste de conduite
Belle vue. Réservoir relevé, guidon assez haut et large, instrumentation idéalement placée, c'est compact à souhaits, ça dégage la vue du pilote et lui libère l’esprit. La barre en aluminium au-dessus de l'instrumentation est un support.

Tout juste remarque-t-on sur le cadre de l'afficheur digital deux boutons dans la partie supérieure gauche et un dans la partie inférieure droite. Celui-ci aura retenu notre attention pour ce à quoi il donne accès : un appui long et l'on passe dans le monde du Off Road en désactivant l'action de l'ABS sur les deux disques avant de 282 mm de diamètres et le simple disque de 245 mm à l'arrière. Car pour ce qui est des autres assistances, on oublie, si ce n'est une réduction de couple lorsque l'on rétrograde. Toujours côté poste de pilotage, on apprécie immédiatement la présence d'une barre ronde en aluminium. Celle-ci accueillera volontiers un support GPS ou Smartphone, que l'on alimentera au moyen de la prise 12V très accessible et proche. Le sans-faute est là.

Essai yamaha Ténéré 700 T7
Pratique ! Allume cigare au lieu de USB ? Pourquoi pas, c'est plus polyvalent et fait plus "roots".
Essai yamaha Ténéré 700 T7
Jolie. La clef, lourde et stylée fait très sérieux. Encore un détail, mais qui a son importance.

Essai yamaha Ténéré 700 T7 pot d'échappement
Trail. Nul doute que vous pourrez craquer pour un adaptable, mais le pot d'origine fleure bon le trail et rappelle de par son look, son emplacement et sa sonorité qu'il est bien celui d'une Ténéré moderne et qu'il s'agit d'un trail. Un vrai.

Seul le guidon, de section variable, reste assez droit et large lors de la prise en mains. On apprécie au passage le repose-pieds au caoutchouc amovible, histoire de permettre de s'accorder avec une paire de bottes trail ou cross. Une vocation off road que l'on retrouve jusque dans le sélecteur repliable et la pédale de frein solide et crantée. Quant aux pneumatiques Pirelli Scorpion Rally STR, des pneus à chambre à air chaussant les jantes à rayon au cerclage aluminium, leur nom comme leur dessin original, surtout à l'arrière, évoquent tout autant la roue que la piste en terre…

Essai yamaha Ténéré 700 T7 moteur CP2
Prince Vaillant. Dans son berceau tubulaire, le bicylindre CP2 trouve un nouvel équilibre et une nouvelle personnalité. Cette proposition surprend sur une Ténéré traditionnellement monocylindre, mais une foi en action, on l'adopte derechef.
Essai yamaha Ténéré 700 T7
Sabot. La protection est de rigueur au vu du grand débattement des suspensions. Et en plus, il est beau.
Essai yamaha Ténéré 700 T7
Ça moins beau. Les plastiques latéraux semblent se rayer facile. Notez la serrure pour ôter la selle passager.

Tout un programme, mené tambour battant par le moteur bicylindre CP2 déjà connu sur les MT07 et titrant ici 54 kW (73,2 CV) 9 000 tr/min pour un couple maximal de 68 Nm distribué juste au-dessus des mi-régimes, à 6 500 tr/min. Un propulseur faisant le succès de la marque, ici couplé à un cadre poutre en acier tubulaire à double berceau. Inédit, il détermine les caractéristiques dynamiques de la Ténéré 700, que nous découvrons de suite ! Ah, dernier point : Tous pleins faits, la T7 revendique 204 kg. Pas mal pour une moto de route ainsi dotée…

Essai yamaha Ténéré 700 T7
Crédit Photos : Bertrand Dussart. Détails : Benoît Lafontaine

 

Portfolio (47 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (6)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

bon test merci pour l'article :bien:

Par

Cool à ce prix yamaha propose une gameboy des années 90 en guise d'écran. Sinon aux autres, particulièrement les anciennes Tenerees il reste une hauteur de selle plus accessible, du confort, une revente plus facile, un tarif moins élevé, une meilleur protection et de la polyvalence ainsi qu'un accueil passager réel et non un simple dépannage.

Par

"le style de cette Ténéré 700 est tout simplement superbe"

"un superbe et très original optique à 4 LED"

c'est de l'ironie ou vous êtes vraiment sérieux (ou vous avez fumé des trucs pas nets) ???

Autant il est indéniable que Yamaha fait avec sa Ténéré une géniale proposition aux amateurs de véritable trail, autant le seul argument que cet engin ne peut pas mettre en avant c'est sa face avant. Aucune recherche esthétique, c'est brut et ça peut plaire mais ce n'est pas "superbe".

Par

Ce qui reste aux autres? L'aptitude à voyager loin et à deux, et une protection au vent correcte. C'est un trail probablement joueur dans les chemins, pas un voyageur. Et elle est moche, quoi qu' on en dise. Maos elle aura du succès dans ce pourquoi elle a été pensée.

Par

Elle vaudra rien en occasion car trop peu polyvalente et trop orienté enduro lourd. Des affaires en perspective pour ceux qui aiment.

Par

Deux mois et 5000 km à son guidon, cela devrait être suffisant pour avoir une première idée non ?

A contrario de ceux qui donnent leur avis sans l'avoir seulement essayée, voici mon opinion:

D'abord les modifs nécessaires pour correspondre à mon utilisation: une selle passager refaite avec +5 cm de mousse et des cale-pieds caoutchoutés pour rendre la vie acceptable à l'arrière, pour les petites virées en amoureux, eh oui !

Valises latérales et Top case Givi Dolomiti 46 litres plus léger que le Outback Trekker, les crash bars indispensables et la petite sacoche réservoir pour ne pas géner en Off road, le support GPS et les poignées chauffantes, voilà pour rouler correctement, et partir en virée loin avec le matériel idoine.

Le dernier week end, 2500 km, dont 700 en Off Road pour la Royale en Touraine, le top pour ce genre de moto, si ce

n'est la monte pneumatique un peu légère dans la gadoue, il vaudrait mieux les vrais Pirelli Rallye, les STR étant un peu justes en sculpture quand c'est bien gras, mais ça passait quand même, c'était beau ! Une seule gamelle à déplorer, merci les crash bars !

Sur les petites routes, c'est un outil, les pneus d'origine sont un très bon compromis, on peut attaquer sans angoisse, malgré un léger flou non rédhibitoire ni angoissant après 140 km/h (surement à cause du top case et des valises latérales qui prennent les remous, typique sur un trail ).

Sur autoroute, la protection est étonnamment bonne jusqu'à 150, malgrè la bulle minimaliste qui taille l'air jusqu' à mi-visière, et je me suis fait deux fois 800 bornes d'un trait sans être cassé, dont la moitié sur autoroute, et ce malgré 600 km de pluie, 9h00-17h00, étonnant ! La selle pilote est ferme mais finalement très acceptable pour ceux qui roulent tous les jours, pas le fameux mal au cul au bout de huit heures de selle !

Sur les pistes, elle est faite pour ça ! Un vrai plaisir, presque aussi saine qu'une KTM adventure, on peut envoyer sans crainte, pas de guidonnage et une tenue de piste qui donne l'impression qu'on est un bon pilote ! (essayée sur pas mal de pistes de Camargue, avec sable et ornières. Franchement, c'est là qu'elle donne tout son sens !

Dans le gras elle fait sentir ses kilos ( j'étais chargé 40 Kg de matos de camping et double équipement pilote, plus matériel et outillage pour réparer... les autres ! ).Il lui faudrait des Anakee wild pour aller patauger dans la bouiilasse sans se faire peur, ou du TKC 80, les STR étant parfaits sur le sec et la route, progressifs et pas vicieux, mais pas assez agressifs dans le mou ou sur l'herbe.

Enfin, pour comparer avec ma précédente, une VStrom 650, elle est moins confortable de selle et de protection, mais bien plus adaptée pour le Off Road, y a pas photo ! Les deux moteurs sont assez proches, disponibles et tout à fait suffisants pour rouler...apaisé (je sors d'un 1290 SuperAdv et cinq GS 1200 trop pêchues pour la préservation du permis, rétention de 4 mois à la clef, la sagesse et la raison font parler la poudre, aussi ! )

Pour le reste, ça freine bien, c'est super maniable, du fun en barre, en ville c'est aussi l'éclate pour passer trous, dos d’âne et trottoirs avec la banane, le CP2 est bien suffisant pour se régaler (à 150 ça ronronne sans angoisse)et pas trop pêchu pour avoir à trembler à cause des radars, et elle a une belle petite gueule qui fait briller les yeux des passants, ce qui ne gâte rien ! Bref on est pas frustré en descendant d'un gros cube qui rend parano !

Allez y les yeux fermés, perso j'ai trouvé ma monture idéale, même si il y a mieux en TT (KTM 790 essayée aussi), mieux en duo ou pour tracer la route (Gelande Strasse), avec 4,5 litres aux cent et une assurance moyenne cylindrée, c'est la solution pour ne pas être frustré par les limitations, sans qu'elle ne coûte un bras (11500 € toute équipée, contre 20 K€ pour un gros trail lourd et trop pousse-au-crime question vitesse ).

Les 1200 GS, Superténéré et autres Multistrada n'ont pas suivi, trop lourdes !

Et ça c'est un signe que cette 700 est une sacré bonne moto !

Seule la 790 Adv est objectivement mieux, sur route et TT, mais très pousse au crime et pour 6 K€ de plus équipée !

D'ailleurs, aucun ne m'a doublé en trois jours, et elles étaient nombreuses en Touraine !

Au chapitre des défauts, 16 litres sont insuffisants, car j'aime rouler au long cours, il faudrait un kit 24 litres en option chez Touratech ou chez Yam, qui descende bas sur les flans. Le carter en plastique de la commande de l'embrayage qui tape dans la jambe droite, et le bouchon de réservoir proéminent qui géne la sacoche, et c'est à peut près tout !

Messieurs de chez Yam, à vous de jouer pour en faire le joujou idéal, la base est très réussie !

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire