Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

La Cour des comptes épingle les politiques de sécurité routière

Dans Moto / Pratique

Olivier Cottrel

Sans être véritablement une surprise, le constat établi par la Cour des comptes pointe une stagnation de l’efficacité de la politique de sécurité routière des dernières années, où la chasse au non-respect de la vitesse maximale autorisée se fait au détriment d'autres infractions.

Beaucoup de radars au détriment de la présence des forces de l'ordre sur nos routes ?
Beaucoup de radars au détriment de la présence des forces de l'ordre sur nos routes ?

Tout commence par les félicitations du jury.

Dans un rapport de 238 pages émis par la Cour des comptes, celle-ci se félicite d’une évidence : le nombre de morts sur les routes est passé de plus de 18 000 en 1972 à moins de 3 500 morts en 2018 et 2019. Un « succès incontestable » de l’efficacité des politiques de sécurité routière menées depuis des années, soulignent ainsi les Sages. Rien à voir donc avec les progrès des véhicules en matière de sécurité. Soit.

Si la Cour des comptes relève la pertinence des mesures mises en place, elle pointe tout de même certaines faiblesses de la politique actuelle, ciblant une stagnation des chiffres de la mortalité routière. « Depuis 2013, le nombre des décès a cessé de diminuer » précise l’instance. Un constat faisant même passer la France à un peu glorieux 14ème rang européen.

Selon le rapport de la Cour des comptes, si l’accent est mis sur le nombre de tués sur la route, il occulte le nombre de blessés graves, qui s’accroît régulièrement.
Les Sages regrettent également que les forces de l’ordre soient de moins en moins présentes sur le bord de nos routes au contraire des radars automatiques, soulignant une « verbalisation des diverses causes comportementales d'accidents graves déséquilibrée » où la vitesse est surreprésentée par rapport aux contrôles d’usage de stupéfiants ou d’alcool. Un constat d’autant plus amer que « 43,5 % des décès interviennent dans un accident avec au moins un conducteur sous influence d'alcool ou de stupéfiants. »

On peut ainsi y voir des pistes de réflexions intéressantes pour les politiques de sécurité routière à venir. À condition d'en tenir compte.

SPONSORISE

Derniers articles moto

Articles moto les plus populaires

Commentaires ()

Déposer un commentaire