Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
 
Publi info

2. Essai BMW C 650 GT 2016 : performance et protection

Essai BMW C 650 GT 2016 : largeur et largesses

Très agréable à emmener en ville, où son éclairage diurne optionnel le fait facilement repérer, il se révèle maniable et prompt à remonter une file de voitures, le C650 GT s'affranchit du sentiment de fébrilité du train avant de son homologue Sport. Il pose les bases d'une route sûre et sans grande contrainte : celles d'un véritable scooter de tourisme. Certes, la selle apparaît moins confortable qu'on aurait pu l'escompter, mais aussi bien l'amortissement revu sur ce millésime que les pneumatiques routières apportent leur lot de bénéfice.


Essai BMW C 650 GT 2016 : largeur et largesses


Imperturbable, le C650 GT garde son cap en toutes circonstances, affichant une sérénité impartiale. Le freinage, ABS d'origine, manque certes un peu de mordant à l'avant, mais ce point est largement compensé par un levier gauche ferme et précis. A noter un anti blocage assez performant pour éviter la plupart des désagréments, et surtout l'arrivée d'un anti patinage pour sa part très performant. En ville, les ré-accélérations, pourtant douces en ressenti, font montre d'une efficacité redoutable mettant en avant la grande performance de la nouvelle transmission variable constante (CVT). Du coup, il n'est pas impossible qu'un passage clouté ou une bande blanche mettent l'adhérence à l'épreuve, et que la coupure de l'accélération n'intervienne automatiquement et succinctement afin de permettre de conserver le plein contrôle. Rassurant, efficace, il officie tout aussi bien sur les routes poussiéreuses ou à adhérence précaire. Que les puristes se rassurent: cet anti patinage ne grève pas les accélérations normales et surtout, il reste déconnectable, même si la roue arrière continue d'être sous contrôle afin de ne pas abîmer la transmission en cas d'usage "virulent" ou de route en très mauvais état nuisant à la liaison au sol.


Moins prompt à se retrouver « déstabilisé » par les défauts de la route plein angle, autre bénéfice d'un guidon bien conçu et d'une répartition favorable du poids, on le jurerait un peu plus long, mais aussi mieux équilibré. La prise d'angle se fait donc plus naturellement, au point de venir facilement faire frotter l'ergot de la béquille centrale côté gauche, tandis que l'on joue de son corps pour le guider.Quant à avaler de l'autoroute, le GT y est assurément paré. D'une part, sa consommation reste des plus raisonnable, avec environ 5l/100 km à 140 km/h compteur, d'autre part, la protection offerte par la bulle est largement suffisante.


Essai BMW C 650 GT 2016 : largeur et largesses


Reste à composer avec un mécanisme d'une inertie désagréable : comptez entre 3 et 5 secondes entre le moment où vous actionnez le commodo et le moment où la bulle commence à bouger… l'amplitude de hauteur permet en tout cas de couvrir le haut du corps et de la tête, y compris des grands gabarits, quitte à subir un effet de poussée au-delà des allures autoroutières. La démultiplication, plus longue sur le modèle 2016, permet de gagner de 5 à 10 km/h en vitesse de pointe, laquelle se trouve au-delà de la limite des graduations du compteur analogique (180 km/h…). Voici qui fait un effet certain !


Au son ronronnant et rauque et puissant de l'échappement, son que l'on reconnaît immédiatement si l'on entend passer un C650, s'ajoutent des sensations mécaniques rares dans le milieu du scooter. Le moteur distille ses pulsations à la manière d'un Boxer (le moteur) et d'un boxeur (le sportif cette fois) : on vit chaque coup de piston, lesquels (ils sont deux, souvenez vous), entraînent également de nombreuses vibrations familières aux usagers et amateurs de bicylindre. Adeptes de l'aseptisation, passez votre chemin !


Essai BMW C 650 GT 2016 : largeur et largesses


Enfin, n'oublions pas les aspects pratiques, essentiels pour cette classe de scooters. Le C650 GT vaut aussi bien pour les amateurs de rangements, lesquels apprécieront ses deux amples vide poche latéraux du tablier, faciles à manipuler à et à refermer et dont seul le gauche ferme à clefs une fois le contact coupé, et surtout l'immense coffre sous la selle, prompt à accueillir sans restriction -ou presque- deux casques de type intégral. La béquille latérale, couplée à un frein à mains automatique, se trouve du bout du talon et de déploie sans y penser, la centrale propose de son côté un levier probant pour soulever l'engin sans effort. Un atout stationnement certain.


Que serait un modèle BMW sans sa longue liste d'options. Le C650 GT peut ainsi adopter une selle Exclusive confort et chauffante pour le conducteur et pour le passager, des poignées chauffantes, un kit complet de bagagerie, une selle chauffante, le système de surveillance de la pression de pneumatiques et bien entendu, toutes les aides à la navigation, qu'elles passent par le GPS Navigator 5 ou par un support GPS.


Essai BMW C 650 GT 2016 : largeur et largesses


Portfolio (46 photos)

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

 je les est essayer lui et le 650 sport, une reussite, a tel point que je revend mon RT pour le GT bien plus pratique pour la region parisienne

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire