Publi info

Essai Kawasaki Ninja 400 2018 : mini bombe

Dans Moto / Nouveauté

On dit au revoir à la petite Ninja 300 qui cède désormais sa place à un 400 cm3. La volonté de Kawasaki ? Proposer aux jeunes permis A2 une vraie première expérience à bord d’une sportive. Pour preuve, le modèle est disponible et homologué pour le championnat de France de Promosport.

Essai Kawasaki Ninja 400 2018 : mini bombe

C’est au cœur de l’île de beauté que Kawasaki nous a permis de prendre en main celle qui vient compléter la famille Ninja. Et même si elles arborent un peu toutes le même design et le même état d’esprit, rien que par la position, elles sont uniques. Lors de notre essai nous avions également à disposition le Ninja 650 en version A2, ce qui a permis de faire des points de comparaison intéressants.

Essai Kawasaki Ninja 400 2018 : mini bombe
Essai Kawasaki Ninja 400 2018 : mini bombe

 Sur le look, pas de doute, nous sommes bien face à une Kawasaki Ninja. Le regard plongeant avec les petites ailettes sous les phares full LED, des lignes tendues et un arrière en pointe qui reprend les codes esthétiques du H2, dans une moindre mesure bien évidemment. Le travail est soigné et Kawasaki a fait un vrai travail de fond. En effet, la marque a décidé de revoir entièrement sa copie pour optimiser au maximum ce 400 en lui donnant une cure d’amaigrissement en lui faisant perdre pas moins de 6 kilos sur la balance par rapport au 300 et en lui donnant un nouveau souffle de puissance en lui octroyant 100 cm3 de plus et passant à une puissance de 45 chevaux (soit 7 chevaux de plus). Elle aurait presque des allures de grandes cette Ninja, car en termes de gabarit, on passe aussi le cran au dessus avec un carénage plutôt massif et une vraie allure de sportive. Elle trahit sa petite cylindrée, lorsque l’on place un grand gaillard d’un mètre quatre-vingts à côté ou que l’on s’attarde sur certains détails comme la taille des collecteurs ou la taille des pneus en 110/70 à l’avant et 150/60 à l’arrière.

Développé pour un usage sur les hauts-régimes, le bicylindre parallèle affiche donc un 45 chevaux à 10 000 tr/min pour un couple de 38 Nm à 8000 tr/min. Le cadre treillis en croisillons est issu de la même conception que le H2. Les suspensions avant sont télescopiques et non réglables, à l’arrière nous sommes sur un monoamortisseur Uni-Track réglable sur 5 niveaux en précontrainte. Kawasaki a aussi mis en avant son embrayage A&S plus compact et qui offre plus de souplesse dans le passage des rapports.

Essai Kawasaki Ninja 400 2018 : mini bombe
Essai Kawasaki Ninja 400 2018 : mini bombe

 

À bord, le guidon bracelet est légèrement rehaussé, mais beaucoup moins que sa cousine 650 et la bulle est bien plus inclinée également. On voit nettement la volonté de Kawasaki d’en faire une vraie petite sportive. Le tableau de bord est classique LCD avec le nécessaire en informations : compte-tours, compteur, indicateur de rapport engagé, une horloge, les trips, consommation moyenne et instantanée, jauge d’essence et voyant d’éco conduite.

La petite sportive est disponible en noir et en coloris vert et déco KRT Réplica.

 

Portfolio (22 photos)

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

Interessant cet essai .d'un essai à l'autre on remarque des qualité et defauts plus ou moins mis en valeur par chaque essayeur . ici c 'est la partie cycle qui est bien décrite on a envie d 'essayer la moto voire de l'acheter rien que pour ça.

En revanche pour les freins vous n 'êtes pas aussi critique que ce l'on peut lire ailleurs .

Pour moi qui roule en Mt-03 2016 il faudrait un double disque . il y 'a un manque de mordant flagrant qui est

en complet décalage avec le niveau d'accélération . Et cela vaut pour toutes les motos de cette catégorie .

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire