Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Royal Enfield Meteor 350 : l'étoile montante

Dans Moto / Nouveauté

Tout fraîchement arrivée sur le marché français et déjà entre nos mains, la Royal Enfield Meteor 350 met son corps céleste à l’épreuve de l’eau ! C’est du côté de Beaune par une journée cataclysmique que nous avons pris contact avec la nouveauté 2021 de la marque indo-anglaise
Alors, plutôt étoile filante ou plutôt météorite, la Meteor ? À 4 099 €, quel est votre avis ?

Essai Royal Enfield 350 Meteor

Si vous ne connaissez pas la différence entre les deux (étoile filante et météorite), disons pour simplifier que la première file dans le ciel et laisse une trace, là où l’autre se désagrège et se fait vite oublier en entrant dans l’atmosphère (enfin c’est ce que nous dirons pour imager le propos, les plus scientifiques d’entre vous commenteront). Une question de taille, donc. Le souci premier, avec cette Meteor 350, c’est justement sa cylindrée. Le marché hexagonal n’est en effet pas si friand que cela de petits cubes. Disons inférieurs à 400 cm³. Par contre, il l’est de roadsters néorétros et de machine de caractère. Sans parler de Royal Enfield, marque dont les modèles originaux ont le vent en poupe depuis ses modèles 650 à moteur bicylindre : l’Interceptor et la GT.

Pour ce qui est du caractère visuel, on est servi, surtout si l’on aime la tradition, le métal bien travaillé et la discrétion mâtinée d’un style élégant et doux. Une forme de luxe caractérisée par un sentiment de belle finition et de bel objet. On ne saurait tout à fait dire si une Harley se serait mêlée à une Triumph Bonneville, ou si tout simplement les Royal Enfield n’auraient pas évolué en bien. En très bien même.

Essai Royal Enfield 350 Meteor
Essai Royal Enfield 350 Meteor
Essai Royal Enfield 350 Meteor

 

La Meteor profite d’un dessin flatteur et d’une ligne séduisante, même (surtout ?) avec ses pots saucisson. Plutôt rondouillarde au niveau du réservoir, des carters moteur et des habillages de flanc, joliment soulignés (ou surlignées) par les lignes tendues du cadre, on la remarque à plus d’un titre, tant par la qualité qu’elle respire que par les petites touches de chrome, judicieusement réparties et bien proportionnées. On en retrouve donc au niveau des ailettes moteur (un bloc à refroidissement air/huile), cache de l’injection, ligne d’échappement, ressorts d’amortisseurs arrière, bâtons de jantes et optiques avant comme arrière. L’harmonie prime et l’on se dit que l’on en a largement pour son argent. Ou son chrome, au choix.

Essai Royal Enfield 350 Meteor - moteur
Vroum Vroum. 349 cm3 et une puissance de… 20 ch, il est aussi beau que modeste et respire le sérieux. 
Essai Royal Enfield 350 Meteor - Pot d'échappement
Pet Pet. Le mono souffle au travers d'une unique flûte.
Essai Royal Enfield 350 Meteor - ressort amortisseur arrière
Schboing Shboing. Efficace visuellement, le combiné.

 

En témoignent les commandes à la main. Les poignées bombées, aussi bien que les maîtres-cylindres de frein et d’embrayage, profitent de commodos originaux – de qualité moyenne en apparence — et de leviers à la forme douce et travaillée évoquant les motos anciennes. On adhère immédiatement, même si c’est bien niveau plastiques que l’on trouve critique à formuler (ébavurage, ajustement). Idem au niveau des supports de rétroviseurs, finis « à la lime ». Ça a son charme dira-t-on. Tout comme les commandes aux pieds, embouties et rappelant ironiquement les roadsters pourtant « haut de gamme » que nous avons essayés ces derniers temps (CB 1000 R et MT-09 ou Tacer 9).

Essai Royal Enfield 350 Meteor - feu avat à LED
Fer à cheval. L'éclairage de jour, une belle pièce, est d'une modernité agréable

Cela dit, la Meteor propose une particularité aussi curieuse que déroutante : le sélecteur double branche. On passe ainsi les rapports au talon ou au coup de pied, mais un constat s’impose : le manque d’amplitude laisse à penser qu’en Inde, on chausse petit : un 42 fillettes tient à peine entre les deux branches. Il va falloir trouver la bonne position du pied, ou passer son chemin. Si l’on a de grands pieds. Une version standard serait plus judicieuse. Si l’on parvient à trouver le coup de pied, au prix d’une gymnastique à assimiler, on profite d’une sélection assez agréable et douce.

Essai Royal Enfield 350 Meteor - sélecteur double branche
Pas sûr. Le sélecteur n'est pas convaincant du tout.
Essai Royal Enfield 350 Meteor - pédale de frein
Maousse. Le caoutchouc, c'est fou !

 

La modernité fait une incursion remarquée au niveau de l’instrumentation, particulièrement soignée. Elle contraste même avec le reste de la moto, en introduisant d’une part un afficheur digital LCD au centre du compteur principal, et un autre dévolu au système connecté (Bluetooth/smartphone) et à l’application de navigation « turn by turn » déportée, sobrement dénommée Tripper. Le petit afficheur le plus à droite prodigue alors successivement les indications de direction reposant sur un itinéraire planifié et enregistrable, issu d’une plateforme dérivée de Google Maps. Une référence, donc, comme pour le reste de la moto, qui s’adjoint les services des meilleurs dans leur domaine et dans leur gamme de prix. Simple, efficace.

Essai Royal Enfield 350 Meteor - Application Tripper Royal Enfield
On connecte. Tripant, le Tripper.
Essai Royal Enfield 350 Meteor - Application Royal Enfield Tripper
On navigue. Google Maps à la manoeuvre.

 

L’ensemble est plaisant et suffisamment contrasté par le temps noir qui nous accueille sur les terres de la SIMA, l’importateur de la moto en France depuis 2019. Surtout, on retrouve toutes les informations essentielles, parmi lesquelles un indicateur de rapport engagé forcément pratique et compensant l’absence de compte tours. Ça n’a l’air de rien, mais en attendant de bien la connaître, cette Meteor, on appréciera. Tout comme il est agréable de pouvoir alterner entre les informations classiques dispensées par l’écran principal d’une simple pression de l’index gauche sur le bouton « i » du commodo.

Essai Royal Enfield 350 Meteor - compteur
Trip sous assistance. C'est beau, ça manque un peu de contraste, mais le deuxième écran (avec la montre) affiche la navigation Tripper une fois celle-ci activée. Les commodos sont complets. À l'index gauche, on pilote l'écran central.
Essai Royal Enfield 350 Meteor - commandes à la main gauche
Essai Royal Enfield 350 Meteor - commandes à la main droite

 

Autre point ne faisant aucune concession : le freinage. Est-ce un hasard si la moto indienne fait appel à la marque indienne de Brembo, sobrement dénommée ByBre (comme By Brembo – par Brembo) ? Certainement pas. Le manufacturier a su prouver combien il était capable de fournir un équipement à la hauteur des standards européens. De plus, les étriers avant à 2 pistons et arrière à simple piston sont secondés par un ABS double canal. Quant à juger de l’efficacité du simple disque avant à l’imposant diamètre de diamètre 300 mm et de celui de l’arrière, nul doute que les conditions climatiques du jour et l’état des routes vont s’y prêter. Sans oublier une monte pneumatique des plus exotique : des CEAT Zoom Plus…

Essai Royal Enfield 350 Meteor - levier de frein avant
Douceur. Et efficacité pour les leviers non réglables.
Essai Royal Enfield 350 Meteor - Disque de frein et étrier avant ByBre
Mono. 300 mm et un ABS, la Meteor freine.

Essai Royal Enfield 350 Meteor - réservoir de 15 litres
15 L. C'est la contenance du superbe réservoir, bien fini, bien peint et doté d'un bouchon de belle qualité. 

 

Essai Royal Enfield 350 Meteor - Bouchon de réservoir
Essai Royal Enfield 350 Meteor - cache latéral

 

Le réservoir de 15 litres, bombé et de forme « goutte d’eau » traditionnelle pour un « custom », se pare d’un logo en relief, lui aussi chromé. Le classicisme ressort, et chacun y trouvera son compte. Particulièrement dans le coloris bleu Supernova de la version essayée ce jour. En option, il fait partie des 3 déclinaisons au catalogue et est facturé 300 € de plus que les 4 099 € normalement requis. Pour ce tarif, on a également droit à un dosseret passager, greffé sur un support amovible intégrant les poignées passager. La selle est d’ailleurs en deux parties, dont une ample assise conducteur ergonomique et souple, située à 765 mm de haut seulement.

Essai Royal Enfield 350 Meteor - Selle à 765 mm de haut
Essai Royal Enfield 350 Meteor - Feu arrière
Essai Royal Enfield 350 Meteor - Dosseret de selle passager Sissy bar

 

À propos de posture, justement, le guidon se montre assez haut pour mettre les bras parallèles aux jambes et au sol, épousant la ligne générale (au sens propre), prompte à dynamiser le style. On apprécie la décontraction, mais notre essai écourté par une météo capricieuse ne nous aura pas permis de tester le confort sur la durée. Pour le maniement, par contre, il est idéal de proportions. La Meteor est particulièrement agile, suffisamment légère et bien équilibrée pour mettre en confiance lors des demi-tours qu’elle fait en un rien de temps. Reste une poussette faisant ressortir les 191 kg de la demoiselle.

Le moteur, un monocylindre de 349 cm³ affichant… Et si nous terminions les palabres en ne vous le disant pas de suite ? Si pour une fois, on laissait parler les sensations, afin de deviner combien ce moteur titre ? C’est en tout cas un 4 temps. Seul anachronisme ou presque sur une moto décidément très moderne, une boîte 5 vitesses laissant deviner des rapports appropriés et une vitesse de pointe des plus raisonnable. Aurons-nous l’opportunité d’aller l’accrocher ? La réponse dans quelques instants !

Portfolio (41 photos)

SPONSORISE

Actualité Royal Enfield

Toute l'actualité

Commentaires (8)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

j'adore, avec des roues à rayons elle aurait été parfaite

Par

Je roule en Interceptor, que j'adore ,et si je dois en changer ça sera quand même pour une machine plus apte à rouler en duo sur les routes montagneuses, certainement un trail avec un poil plus de cylindrée et si Royal ne sort pas rapidement un Himalayan 650, voir 750, j'opterai pour un Tiger 900. Tout ça pour dire, que, venant de cylindrées plus élevées, j'ai été vraiment surpris par ma 650, que j'ai essayé une Himalayan qui m'a aussi démontré qu'un 400 savait faire le taf, et je ne suis pas surpris de vos impressions sur la 350...que je vais m'empresser de tester dès que possible!

Par

En réponse à GILLES821979

Je roule en Interceptor, que j'adore ,et si je dois en changer ça sera quand même pour une machine plus apte à rouler en duo sur les routes montagneuses, certainement un trail avec un poil plus de cylindrée et si Royal ne sort pas rapidement un Himalayan 650, voir 750, j'opterai pour un Tiger 900. Tout ça pour dire, que, venant de cylindrées plus élevées, j'ai été vraiment surpris par ma 650, que j'ai essayé une Himalayan qui m'a aussi démontré qu'un 400 savait faire le taf, et je ne suis pas surpris de vos impressions sur la 350...que je vais m'empresser de tester dès que possible!

Entre une Tiger 900 et une Himalayan même équipée du 650 de l'interceptor c'est le grand écart. A part le non de trail elles n'ont rien de comparable.

Puissance,

Caractère moteur,

Rusticité,

Techno,

Look,

Prix,

Conso.

C'est deux mondes complètement différents, en tout cas si une interceptor n'est pas assez pêchue pour le duo en montagne je vois mal une Himalayan 650 et même 750 plus apte. Le refroidit par air c'est bien, mais à un moment ça a ses limites quand même. Et en trail routier il y a un sacré choix de possibilités intermédiaires avant de taper sur une Tiger 900.

Par

Depuis mon expérience, milieu des années '70, avec une Jawa 350 Californian, je me méfie de ces motos à bas prix!:peur:

Par

J'ai donné aussi en 1973 avec la Jawa California 350. C'était ce qui était le plus accessible à l'époque. Ensuite je suis passé à CB 500 four, un autre monde, de nombreuses motos depuis et quand il y a quelques années, je m'y suis remis, j'ai recherché une moto à l'ancienne et j'ai choisi une Kawasaki w650. J'ai essayé des Royal Enfield mais elles sont loin d'égaler la robustesse et le plaisir d'une w650, qui tout en gardant ce côté rétro, a suffisamment de puissance pour faire de grandes balades sur plusieurs jours (Corse, Cevennes...).

Par

En réponse à Altrico

Entre une Tiger 900 et une Himalayan même équipée du 650 de l'interceptor c'est le grand écart. A part le non de trail elles n'ont rien de comparable.

Puissance,

Caractère moteur,

Rusticité,

Techno,

Look,

Prix,

Conso.

C'est deux mondes complètement différents, en tout cas si une interceptor n'est pas assez pêchue pour le duo en montagne je vois mal une Himalayan 650 et même 750 plus apte. Le refroidit par air c'est bien, mais à un moment ça a ses limites quand même. Et en trail routier il y a un sacré choix de possibilités intermédiaires avant de taper sur une Tiger 900.

Altrico, pour moi la moto ça a toujours été une question de coup de coeur, de feeling. cela fait 40 ans que j'alterne avec des choix de bécanes différents pour ne pas dire opposés. je suis ainsi passé de la 400 XJ à la 400CX, puis à la RDLC, à la Z650, Goldwing 1100, Z1300, 600 Ténéré...bref aujourd'hui je roule en Interceptor qui est une machine fabuleuse, qui ne propose que l'essentiel et je pourrais même la garder très longtemps. Le problème est que mon épouse apprécie de plus en plus venir avec moi, et j'en suis ravi, mais en duo je ne suis vraiment au top confort que sur certains trails (y compris l'Himalayan!) et en plus je pourrai même sortir des sentiers battus. La montagne j'en fais presque tous les week-end donc je sais que seulement quelques watts de plus me combleraient tant mon 650 me suffit déjà si il n'y a rien de mieux. quant à "tous" les trails intermédiaires qui existent entre ma RE et un Tiger, il n'y en a aucun qui m'attire donc je m'en tape un peu!

Par

En réponse à GILLES821979

Altrico, pour moi la moto ça a toujours été une question de coup de coeur, de feeling. cela fait 40 ans que j'alterne avec des choix de bécanes différents pour ne pas dire opposés. je suis ainsi passé de la 400 XJ à la 400CX, puis à la RDLC, à la Z650, Goldwing 1100, Z1300, 600 Ténéré...bref aujourd'hui je roule en Interceptor qui est une machine fabuleuse, qui ne propose que l'essentiel et je pourrais même la garder très longtemps. Le problème est que mon épouse apprécie de plus en plus venir avec moi, et j'en suis ravi, mais en duo je ne suis vraiment au top confort que sur certains trails (y compris l'Himalayan!) et en plus je pourrai même sortir des sentiers battus. La montagne j'en fais presque tous les week-end donc je sais que seulement quelques watts de plus me combleraient tant mon 650 me suffit déjà si il n'y a rien de mieux. quant à "tous" les trails intermédiaires qui existent entre ma RE et un Tiger, il n'y en a aucun qui m'attire donc je m'en tape un peu!

Ok, au moins tu touches à tout. Bonne route !

Par

En réponse à Altrico

Ok, au moins tu touches à tout. Bonne route !

Bonne route à toi aussi et merci pour cet échange sympathique. :bien:

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire