Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

Publi info

MotoGP - Tech3 et Yamaha : Hervé Poncharal seul maître de son destin

Dans Moto / Sport

La nouvelle a fait l’effet d’un coup de tonnerre, mais l’orage grondé déjà depuis un bon moment. Et dès qu’une opportunité s’est présentée, Hervé Poncharal a été vif comme l’éclair, laissant le soin à Yamaha d’essuyer la tempête. C’est ainsi que l’on pourrait résumer le divorce annoncé entre Tech3 et Yamaha. Et au vu du niveau actuel de compétitivité de la M1, c’est l’usine d’Iwata qui vient de perdre le plus gros. Explication.

MotoGP - Tech3 et Yamaha : Hervé Poncharal seul maître de son destin

Il faut bien l’avouer, peu de personnes continuaient à voir l’avenir de Tech3 sous la bannière Yamaha. La faute à un Valentino Rossi s’approchant de la retraite et de la carrière d’un team manager VR46 en MotoGP avec des M1. Du coup, on se faisait du souci pour nos Français. Mais ces derniers n’ont pas oublié cette chose essentielle dans un milieu concurrentiel : la meilleure défense, c‘est l’attaque.

Car cette arrivée du VR46 Yamaha sous la direction du Doctor n’était envisagée qu’en 2021. Or Yamaha se voit contraint de réagir dès maintenant dans le cadre d’un règlement qui affirme qu’aucune autre écurie ne peut intégrer la grille de départ de l’élite d’ici à 2021. Le patron de l’organisateur Dorna a bien dit qu’une dérogation était dans sa manche pour ne pas oublier les hommes de Vale, mais entre dire et faire, il faut au milieu un accord entre les parties déjà en lice…

Dans ce cadre, Tech3 a bien joué. Hervé Poncharal a gardé l’initiative, n’a pas subi, et il reste maître de son destin puisque, comme il le dit, un nouveau constructeur offrant plus que Yamaha a été trouvé. Au passage, il en reste trois sans structure satellite : KTM, Suzuki et Aprilia.

Un bon coup politique qui met Yamaha face à ses responsabilités et ses tergiversations. Par ailleurs, avoir le très bon Johann Zarco dans les murs a dû être bien utile pour convaincre un constructeur, tandis que, côté budget, faire signer Syahrin, c’est attirer l’attention de Petronas. Qu’on se le dise, on ne la fait pas à Hervé Poncharal…

Commentaires (1)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par

"mais l’orage grondé déjà depuis un bon moment" : "grondait" serait plus approprié et éviterait une monstrueuse faute d'orthographe...

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire