Votre navigateur ne supporte pas le code JavaScript.
Logo Caradisiac    

Téléchargez nos applications

Disponible sur App StoreDisponible sur Google play
Publi info

Essai - Kawasaki Z900 se mod. 2022 : Öhlins, Brembo et du panache !

Dans Moto / Nouveauté

Benoit Lafontaine

Essai - Kawasaki Z900 se mod. 2022 : Öhlins, Brembo et du panache !

Pour 2022, le Best roadster de la firme d'Akashi adopte de nouvelles suspensions. Japonaises à l'avant, suédoises à l'arrière. Et une nouvelle chaîne de frein, allant du maître-cylindre aux étriers. De l'italien, cette fois. Alors, mix gagnant ou simple effet marketing ?

Pour le savoir, nous nous sommes rendus en Suisse, du côté de Zurich. La nature y est aussi sauvage et policée que les gens. La Suisse, un pays civilisé aussi peu adapté en apparence aux Motards enthousiastes qu'un GPS Tomtom Rider en tombe en dépression à la moindre recherche d'itinéraire sinueux ou rapide. C'est bien simple, on se croirait à Paris. Sans le remonte file. Sans les excès de zèle. Sans la saveur de l'interdit bravé avec le respect de la tradition gauloise et celui des autres usagers.

Essai Kawasaki Z900 SE
Essai Kawasaki Z900 SE
Essai Kawasaki Z900 SE

Curieux pour un essai moto, donc, de se rendre là, compte tenu du climat routier, mais le beau temps et la bonne volonté étaient de la partie. Surtout, Kawasaki profitait des 50 ans d'existence du modèle Z. Une lignée née en 1972 avec la Z1 et trouvant toujours écho aujourd'hui au travers de la déclinaison RS au style rétro. Nous découvrions également les modèles 50eme anniversaire. Une série limitée dont les Z900 et Z650 à la livrée noir et rouge historique. Des modèles déjà tous vendus, cela dit. Nous avons pu comparer les deux versions, standard et SE.

Dans sa volonté d'amélioration et d'affirmation de son modèle phare, Kawasaki propose une version plus évoluée de la Z900 sobrement indexée d'un SE pour Spécial Edition. Pour autant, nous le savons, cette dénomination apporte des changements bienvenus, comme nous avions pu le voir sur la Z1000.Comment reconnaître une Z900 SE ? C'est simple, elle est verte et grise, et c'est marqué dessus. Comme le Port-Salut. Surtout, un coup d'œil sur les étriers de frein Brembo M4.32 et les disques qui perdent leur forme pétale (et ce n'est pas une mal !), le maître-cylindre Nissin et surtout sur la boucle arrière de la moto lèvent tout doute. La molette de réglage de précontrainte de l'amortisseur Öhlins clinque de son doré si caractéristique, donnant un côté résolument plus sport à la moto. Et si cela ne se voit pas, le réglage de la fourche Kayaba a suivi le mouvement, afin d'offrir plus de progressivité et d'amorti.

Essai Kawasaki Z900 SE
Essai Kawasaki Z900 SE
Essai Kawasaki Z900 SE

Pour le reste, la Z900 conserve tout du millésime 2022, et donc l'homologation Euro5 de son moteur ainsi que le style Sugomi devenu classique. Pas de transformation donc, juste cette simple évolution de l'amortissement. Plus surprenant, la monte pneumatique demeure celle d'origine des Z : des Dunlop Roadsport 2. L'occasion est donc belle de reposer les fesses sur la ferme selle positionnée à 820 mm de haut, et de profiter d'un guidon assez bas impliquant de se pencher en avant. Pas de quoi tousser pour autant : les commandes tombent sous les extrémités, qu'il s'agisse des mains ou des pieds.

Relativement légère, étroite, la Z900 demeure l'un des roadsters les plus fins de la production et un street fighter moderne et agréable à emmener. Regrettons seulement le dispositif de sélection du mode moteur (4 disponibles, dont 1 personnalisable). Appui long, séquentiel, ou personnalisation au travers du menu sur le petit écran TFT, c'est frustrant, lent et peu agréable, même s'il n'y a pas le feu au lac, comme on dit du côté de Genève. Plus gênant par contre, ces manipulations peuvent devenir pénalisantes du fait des caractères bien distincts fournis par une électronique bien au point et tant on apprécie de pouvoir basculer entre Sport et Road en fonction du contexte. Si l'on parle là de la nervosité du moteur, de sa réactivité à l'accélération et de sa distribution de la puissance (Rain étant le mode le plus dégradé) , il est aussi possible de désactiver le contrôle de réaction. Une assistance plus ou moins intrusive en fonction du comportement électroniquement fixé. Il va falloir gérer les gaz ! Heureusement que les suspensions demeurent mécaniques…

Photos (33)

Mots clés :

SPONSORISE

Actualité Kawasaki

Toute l'actualité

Commentaires ()

Déposer un commentaire