Publi info

Essai - Triumph Scrambler 1200 XE : Scrambler de Référence

Dans Moto / Nouveauté

La Scrambler 1200 version XE, avec un E comme dans Extrem. Et comme chacun le sait, qui peut le plus, peut le moins. C'est parti pour un essai Off et On road d'une nouvelle référence dans le domaine du tourisme en roues de 21 pouces.

Essai Triumph Scrambler 1200 XE

En cette fin d'année 2018, nous sommes allés mettre les gommes et la gomme dans la terre et sur les routes du Sud du Portugal, le tout en compagnie de la nouvelle Star de la gamme Triumph Modern Classic : la Scrambler 1200 XE. Histoire de, et histoire d'E. Deux jours très contrastés, entre terre et mer, entre brume et soleil, entre glaise et goudron, entre XC et XE. Deux jours nous ayant surtout permis de faire un net distinguo entre ces deux versions de la Scrambler 1200.

Cette Scrambler 1200 XE dispose en effet d'une électronique plus poussée, reliée à une centrale inertielle exclusive. Celle-ci pilote et synchronise - en théorie - de manière plus précise les gaz aux assistances à la traction et au freinage.  Bref, la Scrambler XE en a plus dans la tête que sa petite sœur. Enfin "petite" au sens propre, comme au sens figuré. Elle dispose en effet d'un physique d'athlète, et le poids allant avec : 2 kg de plus que sa sœur, et 30 cm de plus niveau selle.

Elle propose en outre des suspensions au débattement plus important. Un physique et une physique encore plus performants, donc, si l'on en croit le mode Enduro Pro absent sur la XC, l'angle de chasse plus ouvert et l'empattement rallongé par le truchement du bras oscillant. On note au passage la présence de pare mains fournis d'origine, tout comme la pédale de frein rabattable. En parlant de frein justement – et d'embrayage, du coup —, les leviers Brembo spécifiques équipent cette version. Voici pour le tour rapide. Pour les approfondissements et le détail, lisez la suite, sinon, tournez la page et passez directement à l'essai dynamique. Vous constaterez, tout comme nous l'avons fait, que l'on peut être jumelles et très différentes à la fois. 

Essai Triumph Scrambler 1200 XE

Dans le détail. La vocation Tous Chemins et soft enduriste de la XE s'affirme au travers de sa dotation en électronique, amortissement et périphériques de freinage de qualité supérieure. L'équipement, donc, mais aussi les choix opérés pour la partie cycle, sont à l'origine d'un comportement plus stable, ainsi que d'une capacité renforcée à franchir les obstacles, voir, effectuer des bonds. Assurément, la Scrambler 1200 XE est une moto différente. Destination aux amateurs de performances et de beau matériel, elle pourrait intéresser les enduristes n'ayant crainte de se lancer dans l'Aventure avec un trail de plus de 220 kg tous pleins faits (207 à sec).

Commençons par là, justement. Le bras oscillant en aluminium est orienté vers plus de stabilité et de motricité. L'empattement mesure ainsi  1 570 mm, soit 40 mm de plus que sur son homologue XC. Un point important dans la terre, et un point sensible sur route. À propos de stabilité, justement, l'angle de la colonne de direction est plus ouvert de 1,1° par rapport à la version « standard », ce qui porte sa valeur à 26,9° et permettrait donc de mieux "rentrer" dans les difficultés, tout en bénéficiant d'un équilibre amélioré.

Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE

La liaison au sol est également voulue plus performante, avec des suspensions arrière Öhlins spécifiques. Les ressorts, à spires plus nombreuses que sur la XC, offrent un débattement plus important et un comportement spécifique. L'imposante fourche Showa de diamètre 47 mm, quant à elle, opte pour un intérieur revisité et un débattement aussi important qu'à l'arrière : 250 mm ! Öhlins ne cache d'ailleurs pas sa satisfaction quant au travail apporté sur les deux éléments de suspension arrière. Triumph non plus, qui se veut juste lorsqu'ils nous invitent à découvrir le potentiel Off Road de la Scrambler 1200 XE.

Ajoutons tout de même à la dotation de la Scrambler 1200 XE une selle épaisse et haute, fort moelleuse et agréable au fessier. Placée à quelque 870 mm du sol, elle favorise logiquement les jambes les plus longues. 1,80 m ne sont cela dit pas de trop pour poser les deux pointes de pied au sol.

Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE

 
Asymétrique au possible, du fait de son double échappement en position haute et de sa ligne longeant le côté droit du moteur, la Scrambler 1200 XE montre ce qu'elle est : un scrambler, et réaffirme la notion qu'elle a elle-même initiée : celle de scrambler. N'en déplaise à Ducati et consorts. Ajoutons à la luxueuse dotation de la XE une superbe paire de pare-mains à châssis aluminium. Leur grande résistance à la déformation et à l'abrasion, tout comme la solidité du guidon aluminium à section variable, ont su sauver la mise ! D'autant plus que le levier de frein Brembo, radial et haut de gamme, est à lui seul une démonstration du savoir faire du fabricant italien. Réglable en écartement, il est également possible de faire varier entre 19° et 21° l'angle du picot appuyant sur le récepteur de frein... Redoutable.

Le ressenti des leviers est en tout cas excellent, tout comme le dosage et la puissance disponibles. Ils contribuent à ce sentiment prononcé de luxe et de sérieux de la Scrambler XE. Les étriers sont pour leur part des Brembo M50, à fixation radiale bien entendu. Encore une fois du haut de gamme, plus fréquemment vus sur des sportives. C'est dire. À propos de beauté, nul doute, cette Scrambler 1200 XE en est une. À la fois musculeuse et douce, elle peut compter sur sa fourche dorée, bien entendu réglable en tous sens, pour s'assortir avec le bleu / noir du réservoir de notre modèle d'essai. Un réservoir doté d'un bouchon à clef, paré d'un clapet aluminium. Ironiquement, si la moto démarre sans clef, il faudra le transpondeur et l'empreinte pour ouvrir le bouchon...  

Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE

Que serait une moto moderne sans module BlueTooth ? (Reponse : une moto...). Triumph a développé sa propre interface Bluetooth, optionnelle, pour les nouveaux modèles comme pour les anciens. Celui-ci permet à la marque anglaise de mettre en place deux partenariats inédits dans le monde de la moto : l'un avec Go Pro, le célèbre fabricant de caméras d'action, l'autre avec Google. Google ? Oui, tout simplement afin de proposer une navigation directement depuis le tableau de bord et l'instrumentation TFT. Le tout via des instructions simples et surtout une connexion avec votre smartphone préféré faisant tourner l'application communautaire Triumph. Rassurez-vous, votre Précieux trouvera une coque accueillante et protectrice sous la selle. Une prise USB permet également de l'alimenter.
Quant à la connexion avec une GoPro, sachez que le joystick du commodo gauche  -lequel sert habituellement à naviguer dans les menus et informations - permettra d'exploiter simplement et nativement la GoPro Hero 7 par exemple.  De quoi collecter des souvenirs statiques ou en mouvement. On n'arrête pas le progrès. Nous avons pu tester la stabilisation et le rendu de la Hero 7, tous deux excellents... Question utilité, si l'argument devient sécuritaire (en cas de crash ou d'accident avec un tiers), pourquoi pas ? « Why not », comme le diraient nos amis d'outre Manche. 

Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Scrambler 1200 XE
Essai Scrambler 1200 XE

 

En parlant de manche, justement, la fameuse instrumentation a plus d'une carte en sa possession. L'afficheur digital, dernière génération lui aussi, distribue les informations dans ses divers cadrans et sous diverses formes, souvent personnalisables. Deux présentations sont ainsi possibles, ainsi que deux contrastes et trois modes d'affichage, plus ou moins détaillés multiplient les possibilités. Autant dire que rien ne manque. Les yeux, comme le pouce gauche – et accessoirement le cerveau- ont de quoi s'occuper. On comprend mieux pourquoi Triumph a décidé de rétroéclairer ses commodos ! Une excellente initiative, que l'on aimerait voir généralisée chez les concurrents également. Mais revenons-en à notre joystick (bâton de joie dans la langue de Molière).
Il permet surtout de naviguer dans les modes et menus, notamment ceux du bouton Home. Implémentée à droite, toujours sur le commodo, la maison (en français toujours), donne accès aux configurations poussées et à la personnalisation de la moto. Toujours niveau boutons, petite astuce au passage : pour revenir rapidement en comportement Road, il suffit d'appuyer plusieurs fois sur le commutateur « Mode » (Mode en bon gaulois). Des modes détaillés ci-après. Ils sont forts, ces Anglais, non ? 

Essai Triumph Scrambler 1200 XE
Essai Triumph Scrambler 1200 XE

 

Essai Triumph Scrambler 1200 XE

Suspensions, freinage et équipement ne sont pas les seuls à bénéficier d'un traitement particulier sur la Scrambler 1200 XE. La gestion des comportements (Mode) offre un réglage exclusif, dénommé Enduro Pro absent sur la XC. Celui-ci complète les modes Rain, Road, Sport, Enduro et Enduro Pro. Plus poussé que le mode Enduro, dont il partage la particularité de ne pouvoir être activé qu'à l'arrêt, le mode Enduro Pro désactive totalement des assistances.
Une possibilité également offerte par le Mode User, lequel permet d'enregistrer dans un profil spécifique les combinaisons réponse moteur / anti patinage / ABS, fut-ce pour désactiver les deux derniers. Bien entendu, chaque mode de base peut également faire l'objet d'ajustements. Avez-vous suivi ?  

Ces assistances sont reliées à une centrale inertielle spécifique à la Scrambler 1200 XE. Elle permet d'optimiser la coordination et la pertinence du déclenchement des assistances, offrant ainsi un ABS et un contrôle de traction sur l'angle. Fort logiquement, plus on propose de possibilités de réglage, plus il faut être fin dans ces derniers...

Ayant épuisé le quota de mots pour la présentation statique de la moto (et encore, il en reste à dire...), sachez que la Scrambler 1200 XE respire le sérieux, dégage une impression de grande classe et de belle fabrication. Les pièces hument le sérieux, même s'il faudra les entretenir souvent pour conserver ce lustre, tandis que l'on savoure la ligne générale, douce et agressive à la fois. Sexy, donc. Si sexy. Pour l'heure, allons faire des choses sales...

Portfolio (65 photos)

Mots clés :

PUBLICITE : PROFITEZ DE L'OFFRE

Commentaires (0)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter ou S'inscrire