Nous vous parlions en début d'année de cette mesure, et de la possibilité qu'elle soit abrogée à brève échéance. Eh bien il semblerait qu'en réalité, cette annonce ait été un peu prématurée. Sept mois après l'annonce d'une "levée prochaine" de cette interdiction, elle est pourtant toujours en vigueur, et la loi de finances complémentaire pour 2008, approuvée lors de l'ultime conseil des ministres de juillet, n'autorise toujours pas cette importation.
Il sera donc impossible que cette interdiction soit levée avant au moins le début de l'année 2009. Et même, certaines sources proche du gouvernement affirme que la mesure a très peu de chances d'aboutir. La raison ? Il semble que les concessionnaires et groupements de concessionnaires aient multiplié les actions de lobbying, afin de faire écarter cette mesure de l'ordre du jour. Ce sont en effet eux qui ont le plus à perdre dans l'histoire, puisque ce sont eux qui ont le plus bénéficié, en 2005, de cette interdiction d'importation. Ils ont logiquement vendu plus de voitures neuves…
Le ministre du commerce, El Hachemin Djaâboub, s'est donc apparemment un peu trop précipité il y a quelques mois, sur un dossier sur lequel il n'avait pas la main. A moins d'une volonté délibérée, en vue de faciliter les négociations avec l'Organisation mondiale du commerce, qui réclame justement plus de libéralisme à l'Algérie sur ce point ? Allez savoir…
En tout cas cela va décevoir les marchands assez nombreux, qui espéraient la réouverture de ce marché pour relancer leurs affaires...