Et oui, le bilan 2007 est un peu plus mauvais que celui de l'année dernière. Mais pas d'affolement non plus, la dégradation du parc en terme sécuritaire est vraiment très limitée.
Sur les 20,03 millions de contrôles techniques réalisés en 2007, le taux de contre-visites s'établit à 20,2 %, contre 20 % tout ronds en 2006. Voyez qu'il n'y a pas de quoi casser trois pattes à un canard…
Loin de moi l'idée de vous présenter en détail la pléthore de résultats, ce serait en effet bien indigeste, mais certains points spécifiques méritent un focus particulier.
Par exemple les fonctions qui conduisent le plus souvent à une contre-visite. Le trio de tête reste le même que l'année dernière, mais certains points se dégradent :
  • Eclairage/signalisation : entraîne une contre-visite pour 8,59 % des véhicules (contre 8,33 % en 2006). C'est donc un point noir. Pourtant, les défauts qui conduisent à la sanction (feu stop et feu de position grillé en tête) sont faciles à vérifier et corriger avant la visite. C'est un des points qui pourrait être facilement améliorable avec un bon suivi du véhicule par son propriétaire.
  • Liaisons au sol : contre-visite pour 8 % des autos présentées (contre 7,72 % en 2006). Autre point en dégradation, donc… Principaux défauts : usure importante des pneus, et jeu important dans les rotules de trains roulants. Le premier est là encore facilement identifiable, et pourrait être aisément amélioré.
  • Freinage : 8 % de véhicules sanctionnés également. Les anomalies les plus courantes sont ici un déséquilibre important du frein de service (qui détient par ailleurs la palme du défaut le plus constaté dans l'absolu, avec 4,18 %), et une efficacité globale insuffisante de frein de stationnement. On note par contre une amélioration sur cette fonction, puisque le taux de contre-visite était de 8,19 % en 2006. Ca va dans le bon sens !
On constate qu'au niveau de la pollution, thème Ô combien d'actualité, les résultats sont parfaitement stables depuis l'année dernière, avec 4, 75 % de voitures recalées pour cette raison, contre 4,74 % en 2006.
Autre chiffre marquant, la variation du taux de contre-visite en fonction du département. On assiste à un véritable grand écart entre la Corse du Sud (11,75 %) et la Guyane (52,68 %). Sans commentaires…
En 2008, avec le durcissement du CT, et les nouveaux points de contrôle soumis à contre-visite, il y a fort à parier que la tendance va s'accélérer. Les dents vont grincer des les chaumières, on vous le dit !