Les soucis nés de la catastrophe que nous connaissons tous sont loin d'être réglés au Japon. Dans le domaine de la construction automobile, si les infrastructures fonctionnent à nouveau, le plus gros problème provient désormais de l'alimentation en énergie électrique. Face à ce constat, l'association des constructeurs automobiles japonais a décidé de produire les week-ends pour faire relâche en semaine.


La JAMA qui regroupe tous les constructeurs automobiles japonais ainsi qu'une grande partie de leurs fournisseurs s'est réunie en fin de semaine dernière pour adopter une position commune face aux récurrents problèmes d'alimentation en électricité de leurs usines.


Sachant que l'énergie nucléaire produit plus de 30% de l'électricité du pays, l'explosion de la centrale de Fukushima et l'arrêt de celle de Hamaoka posent de gros problèmes d'alimentation. Les coupures sont fréquentes et mettent à mal l'outillage des usines de production. Le gouvernement ayant demandé aux entreprises de réduire de 15% leur consommation, les constructeurs ont décidé de modifier leurs horaires de travail dès le 1er juillet prochain.


Ainsi, de juillet à septembre, les 3 mois les plus consommateurs d'électricité au Japon, les usines fermeront les jeudi et vendredi pour rouvrir les samedi et dimanche, ceci afin de ne pas subir les coupures de courant. Par ailleurs, pour économiser l'électricité, les magasins japonais ferment plus tôt, les éclairages des édifices de Tokyo ont été réduits alors que d'autres secteurs industriels réfléchissent à pareil décalage.