Le problème de Dufeu, c’est qu’avant, ces conneries nous faisaient réagir à tours de bras et généraient pas

mal de clics pour Caradisiac ; aujourd’hui, avec ses sessions d’autisme littéraire, plus personne ne réagit (moi

le premier).

L’effet Coccinelle

Définition : expression de langue française consistant à désigner à l’instar de la Volkswagen Coccinelle dont la conception puis la commercialisation relevèrent d’une décision politique du régime nazi archireprésenté par la personne d’Adolf Hitler et qui effectua par-delà l’effondrement dudit régime une carrière mondiale jusqu’en l’année 2003 au terme de laquelle elle fut produite à un total de 21 529 464 exemplaires le recouvrement de la théorie politique par la querelle, la polémique voire la lutte ou le combat politique et, plus subtilement, par l’apparente absence de théories économico-financières claires et distinctes.

L’effet « Cox » comme on l’abrège ne peut être pensé sans son pendant : l’effet Porsche 356 911.



What happens when an adult who has been blind since childhood suddenly has his vision restored?

The experience of Virgil, a fifty-year-old Oklahoman who regained his sight after forty~five years, raises questions

about perception that have haunted philosophers and scientists for centuries.


The New Yorker, May 10, 1993


in October of 1991, 1 got a phone call from a retired minister in the Midwest, who told me about his da

ughter's fiance, a

fifty-year old man named Virgil, who had been virtually blind since early childhood. He had thick cataracts, and was also said

to have

retinitis pigmentosa, a hereditary condition that slowly but implacably eats away at the retinas. But his fianc6e, Amy, who req


regular eye checks herself, because of diabetes, had recently taken him to see her own ophthalmologist, Dr. Scott Hamlin, and h

e had

given them new hope. Dr. Hamlin, listening carefully to the history, was not so sure that Virgil had retinitis pigmentosa. It w

as difficult

to be certain at this stage, because the retinas could no longer be seen beneath the thick cataracts, but Virgil could still se

e light and

dark, the direction from which light came, and the shadow of a hand moving in front of his eyes, so obviously there was not a t


destruction of the retina. And cataract extraction was a relatively simple procedure, done under local anesthesia, with very li


surgical risk. There was nothing to lose - and there might be much to gain. Amy and Virgil would be getting married soon - woul

dn't it

be fantastic if he could see? If,

after nearly a lifetime of blindness, his first vision could be his bride, the wedding, the minister, the


Dr. Hamlin had agreed to operate, and the cataract on Virgil’s right eye had been removed a fortnight earlier, Amy’s father

informed me. And, miraculously, the operation had worked. Amy, who began keeping a journal the day after the operation-the day


bandages were removed-wrote in her initial entry: Virgil can SEE!... Entire office in tears, first time Virgil has sight for fo

rty years....

Virgil's family so excited, crying, can't believe it! ... Miracle of sight restored incredible!" But the following day she rema


problems: "Trying to adjust to being sighted, tough to go from blindness to sighted. Has to think faster, not able to trust vis

ion yet....

Like baby just learning to see, everything new, exciting, scary, unsure of what seeing means."

A neurologist’s life is not systematic, like a scientist’s, but it provides him with novel and unexpected situations, which can

become windows, peepholes, into the intricacy of nature - an intricacy that one might not anticipate from the ordinary course o

f life.

"Nature is nowhere accustomed more openly to display her secret mysteries," wrote Thomas Willis, in the seventeenth century, "t


in cases where she shows traces other workings apart from the beaten path." Certainly this phone call-about the restoration of

vision in

adulthood to a patient blind from early childhood-hinted of such a case. 'In fact," writes the ophthalmologist Alberto Valvo, i

n "Sight

Restoration after Long-Term Blindness" (1971), "the number of cases of this kind over the last ten centuries known to us is not


than twenty."

What would vision be like in such a patient? Would it be "normal" from the moment vision was restored? This is what one

might think at first. This is the commonsensical. Notion - that the eyes will be opened, the scales will fall from them, and (i

n the words

of the New Testament) the blind man will receive" sight.

But could it be that simple? Was not


necessary to see? Did one not have to learn to see? I was not well acquainted

with the literature on the subject, though I had read with fascination the great case history published in the

Quarterly Journal of


in 1963 by the psychologist Richard Gregory (with Jean G. Wallace), and I knew that such cases, hypothetical or real, had

riveted the attention of philosophers an psychologists for hundreds of years. (There is a hint of it even in the Bible, in Mark


description of the miracle at Bethsaida; for here, at first, the blind man saw "men as trees, walking," and only subsequently w

as his

eyesight fully restored.) The seventeenth-century philosopher William Molyneux, whose wife was blind, posed the following quest


to his friend John Locke: "Suppose a man born blind, and now adult, and ta

ught by his touch to distinguish between a cube and a

sphere [be] made to see: [could he now] by his sight, before he touched them ... distinguish and tell which was the globe and w

hich the

cube?" Locke considers this in his "Essay Concerning Human Understanding" (1690) and decides that the answer is no. In 1709,

examining the problem in more detail, and the whole relation between sight and touch, in "A New Theory of Vision," George Berke


concluded that there was no necessary connection between a tactile world and a sight world-that a connection between them could


established only on the basis of experience.

Barely twenty years elapsed before these considerations were put to the test-when, in 1728, an English surgeon named

William Cheselden removed the cataracts from the eyes of a thirteen-year old boy born blind. Despite his high intelligence and


the boy encountered profound difficulties with the simplest visual perceptions. He had no idea of distance. He had no idea of s

pace or

size. And he was bizarrely confused by drawings and paintings, by the


of a two-dimensional representation of reality. As Berkeley

had anticipated, he was able to make sense of what he saw only gradually, and insofar as he was able to connect visual experien


with tactile ones. It had been similar with many other patients in the two hundred and fifty years since Cheselden's operation:

nearly all

had experienced the most profound, Lockean confusion and bewilderment.

And yet, I was informed, as soon as the bandages were removed from Virgil's eye he saw his doctor and his fiancee, and

laughed. Doubtless he saw


but what did he see? What did “seeing” for this previously not-seeing man mean? What sort of

world had he been launched into?


(nearly all the names in this account have been changed, and some ident4ing details have been disguised) was born on a small

farm in Kentucky soon after the outbreak of the Second World War. He seemed normal enough as a baby, but (his mother thought) h


poor eyesight even as a toddler, sometimes bumped into things, seemed not to see them. At the age of three, he became gravely i

ll with

a triple illness-a meningitis or meningoencephalitis (inflammation of the brain and its membranes), polio, and cat-scratch feve

r. During

this acute illness, he had convulsions, became virtually blind, paralyzed in the legs, partly paralyzed in his breathing, and,

after ten

days, fell into a coma. He remained in a coma for two weeks. When he emerged from it, he seemed, according to his mother, "a

different person" and "sort of dull inside"; he showed a curious indolence, nonchalance, passivity, seemed nothing at all like


spunky, mischievous boy he had been.

The strength in his legs came back over the next year, and his chest grew stronger, though never, perhaps, entirely normal. His

vision also recovered significantly - but his retinas were now gravely damaged. Whether the retinal damage was caused wholly by


acute illness or perhaps partly by a congenital retinal degeneration was never dear.

In Virgil’s sixth year, cataracts began to develop in both eyes, and it was evident that he was becoming functionally blind.

That same year, he was sent to a school for the blind, and there he eventually learned to read Braille and to become adept with

the use

of a cane. But he was not a star pupil; he was not as adventurous or aggressively independent as some blind people are. There w

as a

striking passivity all through his time at school-as, indeed, there had been since his illness.

Yet Virgil graduated from the school and, when he was twenty, decided to leave Kentucky, to seek training, work, and a life

of his own in a city in Oklahoma. He trained as a massage therapist, and soon found employment at a Y.M.C.A. He was obviously

good at his job, and highly esteemed, and the Y was happy to keep him on its permanent staff and to provide a small house for h


across the road, where he lived with a friend, also employed at the Y. Virgil had many clients-it is fascinating to hear the t

actile detail

with which he can describe them-and seemed to take a real pleasure and pride in his job. Thus, in his modest way, Virgil made a


had a steady job and an identity, was selfsupporting, had friends, read Braille papers and books (tho

ugh less, with the years, as Talking

Books came in). He had a passion for sports, especially baseball, and loved to listen to games on the radio. He had an encyclop


knowledge of baseball games, players, scores, statistics. On a couple of occasions, he became involved with girlfriends, and wo


cross the city on public transport to meet them. He maintained a close tie with home, and particularly with his mother - he wou

ld get

hampers of food regularly from the farm, and send hampers of laundry back and forth. Life was limited, but stable in its way.

Then, in 1991, he met Amy - or, rather, they met again, for they had known each other well twenty or more years before.

Amy's background was different from Virgil's: she came from a cultivated middle-class family, had gone to college in New Hampsh


and had a degree in botany. She had worked at another Y in town, as a swimming coach, and had met Virgil at a cat show in 1968.

They dated a bit-she was in her early twenties, he was a few years older - but then Amy decided to go back to graduate school i


Arkansas, where she met her first husband, and she and Virgil fell out of contact. She ran her own plant nursery for a while,

specializing in orchids, but had to give this up when she developed severe asthma. She and her first husband divorced after a f

ew years,

and she returned to Oklahoma. In 1988, out of the blue, Virgil called her, and, after three years of long phone calls between t

hem, they

finally met again, in 1991. "All of a sudden it was like twenty years were never there," Amy said.

Meeting again, at this point in their lives, both felt a certain desire for companionship. With Amy, perhaps, this took a more

active form. She saw Virgil stuck (as she perceived it) in a vegetative, dull life: going over to the Y, doing his massages; go

ing back

home, where, increasingly, he listened to ballgames on the radio; going out and meeting people less and less each year. Restori

ng his

sight, she must have felt, would, like marriage, stir him from his indolent bachelor existence and provide them both with a new


But Virgil was passive here as in so much else. He had been sent to half a dozen specialists over the years, and they had been

unanimous in declining to operate, feeling that in all probability he had no useful retinal function; and Virgil seemed to acce

pt this with

equanimity. But Amy disagreed. With Virgil being blind already, she said, there was nothing to lose, and there was a real possi


remote but almost too exciting to contemplate, that he might actually get reasonable sight back and, after forty-five years, se

e again.

And so Amy pushed for the surgery. Virgil’s mother, fearing disturbance, was strongly against it. ("He is fine as he is," she s


Virgil himself showed no preference in the matter; he seemed happy to go along with whatever they decided.

Finally, in mid-September, the day of surgery came. Virgil’s right eye had its cataract removed, and a new lens implant was

inserted; then the eye was bandaged, as is customary, for twenty-four hours of recovery. The following day, the bandage was rem


and Virgil's eye was finally exposed, without cover, to the world. The moment of truth had finally come.

Or had it? The truth of the matter (as I pieced it together later), if less "miraculous" than Amy’s journal suggested, was

infinitely stranger. The dramatic moment stayed vacant, grew longer, sagged. No cry ("I can see!") burst from Virgil’s lips. He


to be staring blankly, bewildered, without focussing, at the surgeon, who stood before him, still holding the bandages. Only wh

en the

surgeon spoke - saying "Well?"- did a look of recognition cross Virgil's face.

Virgil told me later that in this first moment he had no idea what he was seeing. There was light, there was movement, there

was color, all mixed up, all meaningless, a blur. Then out of the blur came a voice that said, 'Well?" Then, and only then, he

said, did

Il est environ 20h45 en ce mercredi 25 juillet 2012. Ellen Bretton Woods et Arthur Gonzalès-Ojjeh ont interrompu depuis une quinzaine de minutes une conversation par télécommunication lorsque Ellen, à sa surprise générale, aperçoit Arthur se diriger vers elle.

Ainsi étais-tu là, Arthur, à quelques kilomètres seulement de moi alors que je te pensais à Sipopo, alors que je t’imaginais sur les chantiers d’Oyala. Et toi qui n’étais ni plus ni moins à Shenzhen que je n’étais, moi, circonscrite à la Réserve Naturelle du Courant d’Huchet, je t’y avais pourtant transporté ; nous y étions ensemble il y a quelques temps encore.

Continuant à avancer vers la personne qu’elle pensait être Arthur Gonzalès-Ojjeh, Ellen Bretton Woods en arrive à se raviser parce qu’elle s’aperçoit s’être trompée. Il ne s’agissait pas d’Arthur, définitivement pas d’Arthur ; il ne s’agissait ni d’Arthur ni de Sago, le nom nouveau dont Ellen Bretton Woods a récemment affublé Arthur Gonzalès-Ojjeh, fils de diplomates polyglottes puisque né d’un père égypto-japonais et d’une mère franco-espagnole, et qui signifie, au gré de ses humeurs personnelles, Speedy Arthur-Gonzalès-Ojjeh ou Super Arthur-Gonzalès-Ojjeh. Il ne s’agissait pas non plus d’une ou d’un de ses amis ; il s’agit d’une personne anonyme qu’elle s’apprête maintenant à croiser, comme si de rien n’était.

Alors partons ; partons immédiatement. Partons immédiatement pour Marseille. Si nous étions sur la route de Bandol, entre Bandol et Sanary-sur-Mer, nous serions en bord de mer, en ville tout de même, oui-oui en ville, en ville même, dans cette zone sud de la France. Nous nous serions arrêtés, par centaines de milliers, téléphonant ou regardant les automobiles et les motomobiles passer, en pleine chaleur en cette heure pourtant déjà tardive. Serait venu un temps où nous aurions toutes et tous cessé nos télécommunications ; nous n’aurions pas fait l’amour. Pas cette fois-ci non plus. Peut-être aurions-nous dit non, non non et non, à… disons-le, deux cent récentes années durant lesquelles nous aurions eu la fâcheuse et néfaste, et néfaste et illusoire, impression d’avoir sombré sous « le politique », alors que la politique dont il eut été majoritairement question, certes maladroitement, aurait toujours eu pour objectif commun l’égalité et la liberté.

Nous n’aurions pas lâché une position, sinon plusieurs ; ni une position ni un point ; à peine aurions-nous eu le goût de la négociation, ou seulement pour contrecarrer les plus roublards négociateurs de ventes à la criée, celles qui se pratiquent aussi bien, durant une homélie, à Notre-Dame de la Garde que dans le centre d’Alep, ville dont nous attendons toutes et tous, habitants et habitantes de l’hémisphère du plein en ce 25 juillet 2012, la libération prochaine du bas de ses rousses jusqu’au bas de ses masses ; ville dont nous espérons toutes et tous, habitantes et habitants de l’hémisphère du vide, la survenue d’une politique nouvelle, renouvelée davantage par sa pensée plutôt que par ses modalités, lesquelles sans doute là-bas comme ici-bas, en ces dénommées autoproclamées démocraties autant définitives qu’imbues d’elles-mêmes, nous aveuglent plutôt que nous effleurent l’échine, celle qui nous aide à passer d’un frisson à sa pensée.

En attendant, c’est le monde entier qui se crispe autour de la Syrie, mosaïque forgée de mondes, sinon la guerre civile qui la brime et la mine n’aurait pas duré bien plus longtemps que toutes les autres guerres civiles ou révolutions du Printemps arabe réunies. Il nous faudrait penser la politique les armes à la main ou renoncer, passant ainsi d’un cas de l’optatif à un autre avant d’inventer ensemble, sept milliard d’êtres humains que nous sommes, une pensée politique nouvelle, pour aujourd’hui. Ainsi rendrions-nous et les armes et l’argent, et les armes à feu et la monnaie ; nous fixerions un prix à chaque arbre de cette planète pour nous inciter à penser et l’argent et les prix en commun, pour réaménager un schéma des vertus comme bon nous semblerait, et, pourquoi pas, faire en sorte de pouvoir nourrir tous les animaux ; oui, tous les animaux.

Mais pour le moment, sur la route de Bandol, en direction de Sanary-sur-Mer, haut lieu de la résistance, notamment allemande, au troisième reich, je tourne mon regard vers Nice, cette ville de Nice que d’aucuns ne supportent pas parce que son ambiance peut occasionner quelque désagrément en raison d’un vote par trop présent pour les droites en mouvement vers l’extrême droite et quelque écœurement à force de débauche de fric ou démonstration de force du pouvoir d’achat de ceux et celles qui ont pu voir le leur grimper en flèche depuis que les inégalités à l’intérieur de chaque communauté, de chaque pays, de chaque Etat, de chaque région, de chaque union, se sont accentuées entre les démunis de tout et de rien, les classes moyennes et les hyper « upper classes » tant le capitalisme n’existe plus que sous la forme de capitalismes diffus dont les caractéristiques sont aussi sophistiquées et subtiles que celles des informations destinées à conserver la confiance sur tout marché en bout de course, harassé par l’absence de plus en plus flagrante de la denrée devenue la plus rare de notre époque : non pas l’or dont l’aura de valeur-refuge aurait pourtant déjà due être rendue complètement caduque par l’arrêté inofficiel de Richard Nixon en date du 15 août 1971, preuve par le contraire que les plus riches des riches sont toujours ringards ; non pas l’ivoire dont le cours pourtant réglementé augmente en raison d’une demande chinoise exacerbée qui l’institue également valeur-refuge alors que son commerce illégal fleurit davantage encore que les tulipes lorsqu’elle valurent bien davantage que l’or ; mais une politique internationale commune et non-totalitaire tournée vers l’égalité et la liberté entre ces sept milliards d’êtres humains que nous sommes puisque nous sommes d’abord humains avant d’être de confession chrétienne, musulmanne, juive… avant d’être athées, aathées ou ahanants. Cette denrée devenue existante plutôt qu’abondante, alors pourrions-nous peut-être imaginer trouver, dès un premier temps, de nouveaux équilibres entre un artiste milliardaire tournant à trente performances par an et un agent de surface aujourd’hui doublement humilié, d’une part parce qu’il effectue une tâche majoritairement estimée « hors d’usage » plutôt que hors d’âge et d’autre part parce qu’il est obligé, par la municipalité qui l’emploie, de se transformer en homme ou femme-sandwich en affichant sur le dos de sa casaque fluorenscente destinée à bien le faire repérer sa condition précaire d’un message lapidaire : « investissement temporaire ». Peut-être pourrions-nous aussi envisager un système pesant le pour et le contre d’impôts obligatoires et d’impôts volontaires, sorte d’actualisation de la notion de don intracommunautaire plutôt que charité mâtinée de mécénat ? Car s’agit-il aujourd’hui encore de faire de son art le spectacle du jeu de la compréhension des codes du monde dans lequel on s’inscrit ? Sans doute pas.

Comme si de rien n’était, le massacre des éléphants, dont la matière de leurs défenses entraîne un trafic dont les pays du Cameroun, du Congo, du Gabon sont notamment, en Afrique de l’Ouest, des plaques tournantes, dépasse proportionnellement de nos jours celui constaté entre 1979 et 1989 lorsque 70 000 éléphants étaient tués chaque année sur une population totale estimée à 1,3 million d’individus. En 2011 en effet, pas moins de 30 000 éléphants furent ainsi abattus en Afrique alors que leur nombre total, deux ans plus tôt, était établi à 470 000 éléments. Si les éléphants seulement étaient concernés par les massacres dont nous sommes responsables, cela se saurait. Ce que nous savons moins, par exemple, c’est que le commerce illégal des lions, des panthères, des perroquets, des chimpanzés et des gorilles compte ensemble pour la troisième source la plus importante de revenus illicites dans le monde, après la drogue et les armes ce qui pourrait ou non nous rappeler que le fait que la société de consommation teste elle-même toutes ses productions, du godemichet à la Citroën DS3 WRC non commercialisable pour un usage routier s’entend, avant de les mettre en vente ne nous rappelle rien qui vaille la peine d’être brocardé, réprimé ou déploré : plutôt surfer, pleurer, dynamiter toute la ville de Nice et la basilique du Sacré-Cœur de Montmartre à Paris en même temps sinon apposer une dentition de dinausaure reconstituée sur une calandre de Volvo 740 LT break. S’il s’agit, Ellen, pour vivre, de saper la confiance, ce dont moultes interprétations des théories financiaires se mortifient, sûrement s’agit-il aussi de choisir de ne pas se réfugier.

Bien avant de quitter Nice du regard, je désirerais pourtant opérer une coupe d'argent sur l’avenue Jean Médecin. Car si l’argent est aujourd’hui la mesure de tout bien, il s’agit de pousser le raisonnement plus avant pour comprendre que l’association d’un prix à chaque arbre ne sera jamais qu’une variable d’ajustement d’un bien dont la valeur mesurée par l’argent sera en un stade commune et dont le montant sera déterminé en un lieu à nouveau commun par la grâce de la politique soit, plus prosaïquement, par ce que pensent et décident les gens ensemble, tous ensemble, à considérer l’argent comme le biais le plus représenté au monde, ce qui semble, mais semble seulement, être déjà le cas puisque, par exemple, l’argent s’est invité depuis longtemps dans chaque foyer, dans chaque couple, dans chaque relation, au point de nous demander parfois s’il ne s’agirait pas, pour paraphraser Aristote, de valoriser toute tâche relationnelle tout en continuant à tourner autour du pot, du temple, vide, de l’argent puisque l’argent n’est jamais qu’une affaire sociale, une matière économique, son administration et sa gestion une question politique. Cette coupe alors je pourrais l’analyser, la situer en autant de tranches que nécessaire pour y observer les vies de l’argent qui sont autant de vies d’individus qu’il ne sera justement jamais possible de réduire entièrement ou complètement à la simple existence de l’eau dépourvue de toute nécessité sinon pourvue de toute nécessité puisque l’alternative se résume au même dilemme. Encore s’agit-il de le démontrer ou d’en introduire l’idée à la manière de Tristan Garcia dans son récent Forme et objet : « Ce qui résiste en dernière instance à l’analyse aussi bien qu’à la dialectique, et qui nous tiendra lieu de boussole théorique, ce sera la conviction qu’aucune chose n’est réductible à rien » sinon à celle de Graham Harman qui écrit, dans son également récent L’objet quadruple : « toute relation génère immédiatement un nouvel objet ».

Depuis Sanary-sur-Mer, Ellen Bretton Woods a compté, en ce mercredi 25 juillet 2012, environ neuf minutes et quarante secondes à partir du moment où elle s’est rendue compte de sa confusion de la silhouette d’un anonyme avec celle de Sago, personnalité habillée d’un simple T-shirt transpiré devenu transparent par endroit. C’est à ce décompte précis qu’elle tourne enfin son regard vers Marseille pour aller dans la direction vers laquelle elle avait souhaité se rendre.

Si nous partions, si nous partions immédiatement pour Marseille, nous envisagerions l’ensemble des moyens (avion, train, voiture ou bateau) et des trajets (routes principales ou secondaires, de traverse ou des précipités mafieux) à notre disposition avant de nous décider à en inventer ou non de nouveaux. Les véhicules légers d’une armée française en déliquescence croisés par hasard seraient l’occasion de produire une théorie non pas sur l’autorégulation de la vitesse de déplacement des automobiles mais sur les cycles de la dénommée armée depuis la révolution de 1789, date à partir de laquelle il s’agira, cette théorie une fois établie, de produire une histoire, à travers le continent européen, des liens entre politique et esthétique fleurtant avec l’actualité de manière à y inclure les derniers épisodes en date de l’affaire des Pussy Riot puisque, manifestement, on veut nous faire acroire que nous sommes encore et toujours réduits, pour lutter contre les tyrans, quand bien même parés des attributs des démocraties toutes occidentales, à des prières punk pour exhorter « Marie mère de Dieu » à « chasser Poutine » alors que les prières même auront toute autorité pour se retourner contre leurs auteurs et autres laudateurs. Oui, nous avons décidément besoin de penser à nouveau la politique sinon toute rebellion sera destinée à se transformer tôt ou tard, plus vite que l’ombre qu’elle aura projetée sur les premières heures de ses manifestations, en jetons échangeables dans la première caisse du casino du coin dont la monnaie alors sonnante et trébuchante sera destinée à la couverture des frais de gestion des bonnes œuvres du club resort des anciens présidents de la cinquième république française.

Et puis lorsque nous serons, d’ici quelques heures, arrivés à Marseille, serai-je comme si je serais à la Nouvelle Orléans, à la Nouvelle Alep ou bien à Marseille-là ? Y resentirai-je, buvant un pastis face au Vieux-Port, assise à côté d’un couple et de ses deux enfants, une liberté certaine, similaire à celle éprouvée par des ancêtres-là, seulement tempérée par l’intuition de la vulgarisation gagnée d’avance d’une récente étude parue dans Nature et intitulée Approaching a state-shift in Earth’s biosphere, alarmiste comme il se doit, findemondiste par-dessus le marché et dont les plus farouches gloses se tiendront à un sempiternel commentaire, d’ailleurs de bien piètre aloi, des toujours aussi saintes écritures, alias judéo-chrétiennes, qui produisent manifestement encore de prodigieux effets ?

Il est presque 21h10 en ce mercredi 25 juillet 2012 ; Ellen Bretton Woods poursuit sa marche en bord de route. Jamais être seule ne lui a semblé un sentiment aussi délicat ; jamais ne lui était encore venue à l’esprit l’idée d’accorder le même statut ontologique à la musique produite par la circulation de véhicules à roues équipées d’enveloppes pneumatiques sur une chaussée, à supposé qu’aucun des batteurs des Pink Floyd ne fut là pour en observer une manifestation en quelque point du monde terrestre, qu’à son immersion jusqu’au cou, cet après-midi, dans la zone de la mer Méditerranée arrivant jusqu’aux bords du restaurant la Kima où un nombre restreint d’estivants peut s’aventurer, le plus souvent grâce à des moyens financiers conséquents.

Mon être, pour le moment encore à Sanary-sur-Mer, variera à la marge que je me retrouve à Nice ou à Marseille car il se comporte comme chaque main d’œuvre malmenée par tout enchaînement de causes et d’effets ultra-capitalistes, hier à Renault Boulogne-Billancourt, aujourd’hui dans un sous-sol de International PL Counting à Shenzhen, et continue de s’adapter. Etre à Sanary-sur-Mer, je l’ai compris l’après-midi passé en observant successivement l’horizon des positions les plus antinomiques de la plage de Portissol, n’est pas incompatible avec ma personnalité de sapeur-mao abrégé observée par un blogueur anonyme, passé maître dans l’art de se faire reconnaître partout où il laisse trace écrite, posté en haut d’un mât d’un bateau de plaisance amarré dans le Vieux-Port de Marseille. C’est pourquoi je commence tout juste à exister aujourd’hui aussi, objet de relations multiples, et rends compte de l’écriture prolixe de la plupart des balades initiées par l’inscription ou la prononciation de la convention constituée en tout bien tout honneur par tout ensemble vide.