Land-Rover-Discovery-40506.jpg

Dates clés

Commercialisation : à partir de janvier 99 et jusque juin 2004. - Restylage face avant : 2002.

Calculer la cote de ce véhicule»

1. En bref

Le Land Rover Discovery fait partie des 4x4 de légende. A la fois parce que c'est un véhicule qui a su marier à la perfection une certaine idée du luxe, et des capacités en tout-terrain exceptionnelles, mais surtout parce qu'il a servi de véhicule officiel pour de nombreuses édition du célèbre Camel Trophy. Il faut dire que, répétons-le, ses capacités en terrain hostile sont extraordinaires pour un véhicule de ce gabarit, et qu'il se sort de toutes les situations avec maestria. De plus son contenu technologique est impressionnant, avec par exemple une suspension hydropneumatique évoluée, ou un moteur 5 cylindres diesel à injecteurs-pompes, le premier du genre, à l'évidente modernité. En occasion, l'offre est assez abondante finalement, mais les prix, contrairement à d'autres 4x4 restent à des niveaux élevés, sauf pour les versions essence. La fiabilité globale est d'un niveau correct même si quelques problèmes récurrents sont apparus concernant le contenu technologique de l'engin. A signaler aussi que son gabarit d'éléphant peut rebuter le commun des conducteurs, mais permet la mise à disposition de 7 places !

Caradisiac a aimé

  • Les capacités en tout-terrain.
  • L'habitabilité.
  • Les 7 places possibles.
  • Le volume de coffre en configuration 5 places.
  • La finition.
  • L'équipement.

Caradisiac n'a pas aimé

  • Le gabarit.
  • Le volume de coffre en configuration 7 places.
  • La consommation.
  • Le rapport poids/puissance.
  • Le coût d'utilisation.

Nos versions préférées

  • TD5 HSE
  • V8 SEVEN HSE BVA

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter :

  • Les capacités exceptionnelles en tout-terrain.
  • L'habitabilité : aussi bien à l'avant qu'à l'arrière, elle est satisfaisante.
  • Les 7 places : deux strapontins situés dans le coffre peut servir de places d'appoint.
  • Le volume de coffre : en configuration 5 places, il est très volumineux.
  • La suspension pilotée : elle confère au Discovery une belle tenue de route sur le bitume et une réelle efficacité en hors-piste, et le confort est de haut niveau.
  • La finition : elle est digne des produits de la marque, c'est-à-dire remarquable.
  • L'équipement : il est complet même en finition de base.

Ce qui peut vous faire hésiter :

  • Le gabarit : 2 mètres de haut et plus de 2 tonnes sur la balance, le Discovery est un mastodonte. Certains parkings souterrains lui sont d'ailleurs interdits.
  • Le volume de coffre en configuration 7 places : il se réduit alors à la portion congrue.
  • La consommation : carrément déraisonnable en essence, elle est également très élevée en diesel avec une moyenne réelle de 13 à 14 litres aux 100 km.
  • Le coût d'utilisation : il est très élevé, quelle que soit la version.
  • Le rapport poids/puissance : surtout en TD5, il est défavorable et le Discovery est incapables de suivre nombre de ses concurrents.

3. Budget

Achat / Cote :

Assez cher à l'achat, le Discovery le reste en occasion, spécialement pour les versions diesels, qui sont ultra majoritaires sur le marché… Les (rares) essence sont beaucoup plus négociables.

Consommation :

Attention à ce chapitre, le Discovery est lourd et peu aérodynamique. Cela se ressent au niveau des consommations, même en diesel.

Assurance :

Le SX4 n'a pas vraiment de concurrence à laquelle le comparer, mais les primes sont dans l'absolu assez élevées, à peine moins élevées que celle de certains 4x4 de la catégorie supérieure.

Prix des pièces :

Elles sont très chères, même comparées à la concurrence directe.

Entretien :

Il faut prévoir un portefeuille bien garni pour l'entretien de son 4x4 Land Rover… Les révisions sont onéreuses, et rapprochées (10 000 km).

4. Fiabilité

Description :

Après quelques aléas de fiabilité, surtout circonscrits aux premières années de commercialisation, cette deuxième génération de Discovery peut être considérée comme fiable. Evidemment une utilisation intensive en tout-terrain se solde par une fréquence accrue des soucis ou de réparations à effectuer, mais en dehors de ça, rien de très critique. A signaler, les problèmes sont plus fréquents sur les diesels que sur les essence.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Culasse et joint de culasse. Sur les td5 jusque fin 2000, souci assez fréquent de culasse et de joint de culasse (consommation et fuites de liquide de refroidissement, déformation de la culasse). Un surfaçage ou un remplacement sont impératifs.
  • Pompe à huile. Sur les modèles td5 jusqu'en 2001, risque de desserrage de la vis de l'axe de la pompe à huile. A la clé, un défaut de lubrification, et une possible casse du moteur par serrage. Préventivement, il faut resserrer et appliquer du frein filet sur l'écrou afin d'empêcher l'ensemble de se desserrer. Sinon, le remplacement du moteur s'impose (Land Rover rechigne parfois à prendre en charge…).

Autres pannes ou faiblesses :

  • Régulateur de pression de gazole. Sur le td5, possible dysfonctionnement du régulateur de pression de carburant. Résultat, des fuites de gazole au niveau des Durits.
  • Suspension. Plusieurs propriétaires ont eu a faire face à des aléas de suspension hydropneumatique. Soit les boudins deviennent poreux et l'air s'échappe, soit il s'agit d'un dysfonctionnement du compresseur. La conséquence est que le véhicule s'affaisse, à l'arrêt ou en roulant. Les pièces incriminées doivent donc être remplacées, ou reprogrammées dans le cas de la gestion électronique du compresseur.
  • Faisceau d'injecteur. Un phénomène de capillarité fait que de l'huile en provenance des cylindres remonte par le faisceau d'injecteur et peut aller jusqu'à contaminer le boîtier électronique de gestion de l'injection (ECU). Le faisceau doit être remplacé par un autre plus étanche. L'ECU aussi si il a été contaminé…

Aspect extérieur :

    Finition intérieure :

    • Bruits parasites. Même si les assemblages sont rigoureux au départ, avec les kilomètres les bruits de mobilier apparaissent. Rien de rédhibitoire toutefois… Concerne plus particulièrement les modèles qui sortent souvent des sentiers battus.

    Dysfonctionnement électroniques / fonctions à bord :

      Rappel et rectification en concession :

      • Mai 2004 : 2 795 modèles fabriqués entre le 13 décembre 1999 et le 30 septembre 2003 sont concernés par un rappel pour vérifier le couple de serrage d'un boulon de pompe du système de contrôle antiroulis. Il peut se desserrer et provoquer des fuites.
      • Août 2005 : Les modèles construit avant décembre 2005 retournent au garage pour un défaut des obturateurs de valve du modulateur d'ABS.

      Après-Vente :

      Qualité de service globale du réseau constructeur :

      • 6
      • 6
      • 6
      • 6
      • 6

      Prise en charge sous garantie :

      • 8
      • 8
      • 8
      • 8
      • 8

      Prise en charge hors garantie :

      • 6
      • 6
      • 6
      • 6
      • 6

      5. Meilleures versions

      En diesel : TD5 HSE

      Le seul moteur diesel disponible sur cette génération de Discovery est un cinq cylindres de 137 ch. Bien plus coupleux, discret et fiable que les TDI précédents. Il offre au "Disco" des performances honorables et est idéal en hors-piste pour avancer sur le couple. Sa fiabilité est par ailleurs presque sans histoire. La version HSE est super équipée.
      Commercialisation : 2003
      Puissance fiscale : 10
      Puissance réelle : 137 ch
      Emission de CO2 : NC
      note
      • 8
      • 8
      • 8
      • 8
      • 8

      En essence : V8 SEVEN HSE BVA

      Pas de plus petit moteur pour le Discovery en essence, c'est V8 ou rien ! Pour autant, il ne procure pas des performances de sportives, mais son couple suffisant, associé à une boîte auto douce, rend sa conduite agréable. Par contre attention au budget carburant...
      Commercialisation : 2003
      Puissance fiscale : 16
      Puissance réelle : 185 ch.
      Emission de CO2 : NC
      note
      • 8
      • 8
      • 8
      • 8
      • 8