Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus

 

Mercedes Classe E

Publié dans Guide fiabilité > Autres actu fiabilité

par

Mercedes Classe E

Dates clés

  • Commercialisation : juillet 1995 à avril 2002 (jusqu'en mars 2003 pour la version break) - Retouches de carrosserie (à l'avant) : septembre 1999 - Versions diesels CDI : juillet 1998 en 4 cylindres (200/220 CDI), septembre 1999 en 5 et 6 cylindres (270/320 CDI).

Calculer la cote de ce véhicule

1. En bref

Toujours très recherchée en occasion, cette berline statutaire continue, malgré son âge, à se négocier cher. Auréolée d'un prestige certain et d'une réputation de solidité à toute épreuve, elle s'avère particulièrement onéreuse en diesel. Réelle compensation : elle offre une grande endurance mécanique. Mais les incidents, notamment électroniques, ne sont pas rares. Et certaines versions peuvent manquer de fiabilité.

Caradisiac a aimé

  • L'habitabilité
  • Le confort
  • L'insonorisation
  • La tenue de route
  • Le rayon de braquage
  • La finition
  • La sobriété des diesels CDI

Caradisiac n'a pas aimé

  • Les sièges fermes
  • La sensibilité au vent latéral
  • Les diesels sans turbo de début de carrière
  • Les moteurs essence 4 cylindres peu séduisants
  • Les boîtes manuelles peu plaisantes

Nos versions préférées

  • 320 PRESTIGE
  • II (2) 270 CDI AVANTGARDE

2. Qualités et défauts

Ce qui peut vous tenter

  • Son habitabilité : élevée, largeur aux coudes appréciable.
  • Sa suspension : confortable.
  • Son insonorisation : assez soignée.
  • Sa tenue de route : équilibre correct, système antidérapage (ESP) présent sur presque toutes les versions, antidérapage de série dès le début de carrière.
  • Son freinage : puissant.
  • Sa sécurité : très bien étudiée, surtout pour un modèle de cette génération. Lles équipements qui sont utiles à la protection des occupants en cas de choc sont présents de série, indépendamment du niveau d’équipement.
  • Son poste de conduite : implantation rationnelle de toutes les commandes.
  • Sa finition : flatteuse et vieillissant bien.
  • Son rayon de braquage : étonnamment court ; un atout pour la ville.
  • La sobriété des CDI : consommation vraiment basse. Autonomie élevée.

Ce qui peut faire hésiter

  • Sa sensibilité au vent latéral : excessive, avec de possibles écarts de trajectoires lors de rafales.
  • Ses sièges : plutôt fermes ; et ceux de l'avant manquent de maintien latéral. De série, garnissage austère (tissu sombre).
  • Son volant : diamètre un peu trop grand.
  • Les diesels sans turbo : les 220 et 300 D sont peu performantes et malgré cela plus gourmandes que les Cdi qui les remplaceront.
  • Ses boîtes de vitesses manuelles : elles offrent une commande peu plaisante.
  • Ses moteurs à essence 4 cylindres : peu séduisants de fonctionnent et pâtissant de sonorités déplaisantes.

3. Budget

Achat / Cote :

Surcote chronique et importante sur les diesels, surtout pour la génération la plus récente (CDI). Prix affichés d'autant plus démesurés que les kilométrages sont souvent très élevés. Sur ces modèles, attention aux compteurs truqués (kilométrage diminué)

Consommation :

Grande sobriété en CDI. Autres versions diesel dans la moyenne. Versions essence assez gourmandes (surtout 6 cylindres et plus encore 8 cylindres).

Assurance :

Assez chère

Prix des pièces :

Pour les pièces d'usure courante, tarif peu élevé par rapport à ce qu'on pourrait craindre de la part de Mercedes (plaquettes et disques de frein,…) : pas d'excès notoire. Pour les pièces de rechange "lourdes", ou les pièces de carrosserie, tarifs élevés.

Entretien :

Révisions tous les 15 000 à 20 000 km (et tous les ans au maximum si le kilométrage limite n'a pas été atteint). Pas de courroie de distribution sur les moteurs (chaîne de distribution, pas de remplacement périodique nécessaire).

4. Fiabilité

Description :

Bonne conception de départ et réelle solidité mécanique. Durée de vie élevée des organes vitaux et des pièces d'usure. Très peu de pannes graves à redouter sur la plupart des modèles. Mais quelques soucis à l'usage, variables suivant les versions et également les années de construction.

Pannes lourdes ou immobilisantes :

  • Tôlerie. Vieillissement à examiner de près : sur quelques modèles 1996 à 2001, la rouille peut attaquer le bas des portières au bout de 4-5 ans ; avant achat, vérifiez soigneusement les bas de portes, ainsi que la tôle sous les caoutchoucs de portières. N'hésitez pas à soulever ces joints, et à vous pencher pour scruter le bas des portières, car l'apparition de corrosion est insidieuse.
  • Moteur diesel 220 D. Sur les 220 D (surtout modèles 96), casse systématique de la pompe d’injection (Lucas), parfois dès 60 000 km. Réparation : 400 à 700 € ; remplacement : 2 000 €.
  • Moteurs diesels CDI. Possibles incidents sur les injecteurs et/ou la pompe d’injection, en particulier sur les modèles 1998 à 2000. Remplacement : 400 à 500 € (injecteurs), 800 à 1 100 € (pompe).
  • Moteur diesel 320 CDI. Sur ces versions jusqu’en sept. 2000, pompe d’injection défaillante à partir de 40 000 km ; peut endommager les injecteurs. Remplacement : 1 200 €.
  • Refroidissement des moteurs diesels. Sur quelques diesels de 1996 à 1998, refroidissement parfois défaillant à partir de 150 000 km ; dû à un défaut d’entraînement du ventilateur moteur (viscocoupleur) ; risque de surchauffe moteur. Remplacement : 350 €.
  • Boîtes de vitesses mécanique. Plus de vidange préconisée par Mercedes ; mais risque de détérioration à partir de 150 000 km ; vidange préférable tous les 120 000 km.
  • Boîtes de vitesses automatique. Quelques défaillances également de la boîte automatique, à partir de 100 000 km. Remplacement : 3 300 €.

Autres pannes ou faiblesses :

  • Moteur diesel 290 TD. Sur les 290 TD de 1996-1997, trous à l’accélération, risque de surchauffe moteur (rétrécissement du conduit d’air entre calandre et filtre). Sur les 290 TD de 1996 à 1998, catalyseur faible. Sur les 290 TD en général, défaillance de pompe d’injection et incidents en général bien plus fréquents que sur les autre diesels.
  • Courroie d'accessoires des moteurs diesels. les diesels de 96 à 98, dégradation du galet tendeur de courroie d’accessoires.
  • Moteur 4 cylindres essence. Quelques soucis de capteur de vilebrequin. Symptôme : fonctionnement irrégulier du moteur.

Aspect extérieur :

  • Optiques avant. Sur de nombreux modèles fabriqués jusqu'en décembre 1999, tendance au noircissement de la surface des phares (en polycarbonate) ; se manifeste au bout de 4-5 ans.
  • Ampoules avant. Sur les modèles 1996-1997, mauvaise résistance des ampoules de veilleuse et de code ; souvent dû à un problème de douille et d'alimentation électrique ; le remède nécessite la modification du circuit d’alimentation électrique des optiques avant.
  • Phares au Xénon. Sur les modèles 1996-1997 avec éclairage au Xénon, risque d’explosion des ampoules en utilisation prolongée par temps froid.
  • Ampoules arrière. Sur les modèles fabriqués jusqu’en février 97, risque de panne des feux AR, surtout à gauche ; dû à une défaillance de la platine d’alimentation (circuit électrique imprimé) ; remède : platine à remplacer.

Finition intérieure :

Dysfonctionnements électroniques/fonctions à bord :

  • Perturbations électroniques. Sur les modèles fabriqués à partir de 2000, fort accroissement des ennuis d'origine électroniques ; affecte les aides à la conduite et peut placer en mode “secours” le moteur (la vitesse se voit plafonnée à 110-120 km/h) et la boîte de vitesses lorsqu'elle est automatique (seuls les 3 premiers rapports passent). Sur les modèles 96 à 98, perturbations électromagnétiques par les téléphones portables. Sensibilité également marquée aux perturbations électromagnétiques de l'environnement traversé.
  • Vitres électriques. Grincement des vitres avant à la remontée en cas d’humidité.

Rappel de rectification en concession :

  • Freinage. Sur les modèles avec amplificateur de freinage (BAS) fabriqués entre avril et juillet 97 : risque d’accroissement inopiné de la puissance de freinage. Dû à un capteur trop sensible. Rappel et rectification des autos en août - septembre 97 par les concessionnaires. 5 550 voitures en France, 176 000 voitures au total.

Après-Vente :

Qualité de service globale du réseau constructeur :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge sous garantie :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
Prise en charge hors garantie :
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6
  • 6

5. Meilleures versions

En essence : 320 PRESTIGE

Le sommet de la gamme en 6 cylindres. D'abord 6 cylindres en ligne jusqu'en septembre 1997, puis refondu avec une architecture en V par la suite, et qui offre alors un fonctionnement nettement plus agréable. Equipement de série très complet.
Commercialisation : 1994
Puissance fiscale : 18
Puissance réelle : 220/224 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

En diesel : II (2) 270 CDI AVANTGARDE

5 cylindres turbo et injection par rampe commune. Résultat satisfaisant, et grande sobriété au vu des performances. Mais forte surcote.
Commercialisation : 1999
Puissance fiscale : 10
Puissance réelle : 170 ch
Emission de CO2 : NC
note :
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8
  • 8

Modèles concurrents

 
Inscription à la newsletter

En savoir plus sur :
Mercedes Classe E 2

Commentaires (67)

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire

Lire les commentaires

Par Anonyme

Décidémment pas mal d'ennui pour une voiture à 50.000€, sans parler de la corrosion qui est une vraie réalité ..... et un désatre eu égard de la soit-disante réputation ! Quand je pense à la Xantia 2.0HDI, de la même époque, qui a roulé 350.000kms sans rouille ni problème, à part un embrayage à 185.000kms ....

Par Anonyme

JE confirme pour la xantia !! Une xantia hdi 110 exclusive break. Elle m'a tracté un van biplace sur des milliers de kilomètres sans faillir... une méga réussite cette voiture !

Par Anonyme

bonjour ma mercedes a 250000kl rien a dire roule bien 220 cdi année 2000

Par Anonyme

A 120 000 km, grosse panne simultanée du capteur de débit d'air et du volet d'admission d'air => plus de 2000 euros.  Et depuis le moteur ne tourne plus vraiment aussi régulièrement, et est sujet à des a coups au ralenti... Un peu décevant finalement.

Par Anonyme

pour moi c'est une fidèle E220cdi BVA qui ne m'a jamais fait défaut 224000kms ,une vrai horloge, ce modéle en boite auto avec régulateur de vitesse est une vrai réussite, elle ne cesse d'avaler les kilomètres sans broncher.belle réussite je vous recommande ce modèle

Par Anonyme

Classe E break III : c'est ma troisieme classe E et  je quitte mercedes pour des raisons de manque de qualité, de pire en pire sur les derniers 10 ans; septembre 2008, immobilisation 1 mois pour ordinateur gestion central 2000 €, moteur cache coffre 750 € pour les derniers incidents....Aucune préoccupation commerciale de la part Mercedes Lille. sinon le moteur tourne bien, heureusement!

Par Anonyme

Pour ma part je suis a ma 4 eme mercedes j'ai la E 200 cdi et le seul défault est une direction qui tirre a droite...autrement voiture sans problème ni rouille...et sure...un bon investissement comparé aux française .. avec une décote moins importante!

Par Anonyme

je reconnais que la xantia a des qualité egalle a une mercedes et la perte financiere est moindre compte tenue de son tarif au départ boni

Par Anonyme

220cdi de 2001 avec 260000kms,aucun soucis majeur,corrosion pris a 100% part mercedes,tres bonne autoroutiere,petite consommation par rapport aux prestations,tres confortable,ma prochaine auto sera une classe E,plus recente,mais toujours en 220,car largement suffisant

Par Anonyme

la mienne une E320 cdi est une merveille,elle tourne a la perfection pour 8L/100 de mixte,vraiment une superbe voiture,que du bonheur et toutça en 187000kms

Déposer un commentaire

Pour déposer un commentaire, veuillez vous identifier ou créer un compte.

Identifiez-vous

Se connecter
ou S'inscrire