;
Caradisiac utilise des cookies pour assurer votre confort de navigation, à des fins statistiques et pour vous proposer des services adaptés. En poursuivant votre navigation, vous en acceptez l'utilisation. En savoir plus X

Vous êtes ici : Accueil Caradisiac>Toutes les marques>Ferrari>Actualité


(Minuit chicanes) Ferrari et la bourse: je t'aime moi non plus?

Antoine Dufeu

Publié dans Economie / Politique > FinanceAugmenter la policeDiminuer la police

par

Il fut une époque pas si éloignée de nous où la possibilité de voir Ferrari introduite en bourse pouvait être qualifiée d’option stratégique par ses actuels actionnaires.


Il est vingt-deux heures, demandons-nous pourquoi la marque Ferrari n’a encore jamais été introduite en bourse ?

Pas plus tard qu’en 2011, alors que le groupe Fiat cherchait à augmenter sa participation dans le groupe américain Chrysler, l’administrateur délégué du groupe italien Fiat avait encore évoqué une possible introduction de Ferrari en bourse. Ce qui n’est pas advenu. Ce n’était d’ailleurs pas la première fois qu’après avoir été ouvertement évoquée, une telle possibilité finissait pas être oubliée, enterrée. On peut se demander pourquoi.

Sans doute peut-on affirmer qu’il y a deux marques dont le prestige écrase toutes les autres : Ferrari et Rolls-Royce. A l’heure actuelle, aucune marque automobile prestigieuse n’est directement cotée en bourse parce que la plupart sont absorbées par des groupes tentaculaires (Volkswagen possède les marques Bentley, Bugatti, Lamborghini, Porsche…). Les marques prestigieuses voient ainsi pour la plupart leur capital dissous. Pour Ferrari, c’est un peu différent ; la marque italienne est autonome. Mais pourquoi donc, jusqu’à présent, ses actionnaires n’ont-ils jamais mis à exécution les différents projets d’introduction en bourse ?

Sûrement parce que ce ne fut jamais effectivement nécessaire. Mais encore ? Peut-être parce que Ferrari dispose d’une telle aura que cette aura vaut de l’or et qu’il est préférable de la laisser bien au chaud en cas de réel coup dur… Peut-être aussi parce qu’introduire Ferrari en bourse reviendrait à faire de Ferrari une valeur comme une autre, une valeur échangeable en un éclair sur le marché des valeurs… d’occasion et que le jeu n’en vaudrait peut-être pas la chandelle.

Poursuivez votre lecture

Accéder à l'article

Ferrari signe un premier semestre record

Le 11 Septembre 2014 à 20h43 23 réactions

Lire l'article

  • Par olli57 le 12 Décembre 2012 à 22h30

    Faire rentrer une marque en bourse c'est signer son arrêt de mort: A la recherche du profit permanent et immédiat, les actionnaires forceraient la marque à faire des produits qui se vendent plus. Peut-être pas de Diesel mais un 4x4 ou une berline serait imaginable.

    Alerter Répondre

  • Par cappon le 12 Décembre 2012 à 22h32

    FERRARI est la marque des marques :bien:

     
    Comme michael Jackson fut la star des star :violon:

     
    Ferrari a raison de pas entrer en bourse ..de ne pas vendre son âme aux diable :peur:

     
    Ferrari appartient à tous ..et tous peuvent revendiquer une appartenance à Ferrari car comme les enfants d hier et ceux d aujourd'hui ...Ferrari nous a fait rêver ..et fait rêver encore les grands et les petits :roi:

    Alerter Répondre

  • Par clement001 le 12 Décembre 2012 à 22h35

    Bon sujet. Peut être un mélange de politique financière opaque et de stratégie marketing sur une prétendue valeur non-fiduciaire de la marque ?

    Alerter Répondre

  • Par a l agoni le 12 Décembre 2012 à 23h05

    si ferrari rentre en bourse n peut l'enterrer
    la maque deviendra une vache à lait qui sera présé jusqu'à la mort avec une vision court terme...ce serait un massacre

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 12 Décembre 2012 à 23h13

    Introduire Ferrari en bourse présenterait pour Fiat le risque de perdre la marque à terme, mais aussi dans un premier temps de voir la valeur marchande du titre bien inférieure à la valeur espérée et à la charge "sentimentale" de cette marque, qui repose autant sur ses produits que dans la part de rêve qu'elle porte.
    De plus, les récentes introductions de marques "qui font rêver" ont été autant de mauvaises expériences: es clubs de football, voire Facebook, ont fait perdre beaucoup d'argent aux gogos qui s'imaginaient qu'une part d'un réseau social à la mode ou d'un club champion d'Angleterre leur serait profitable. Quand on achète du rêve, on perd généralement plus facilement de l'argent.
    Enfin, Ferrari étant le fleuron de Fiat, le jour où ils l'introduiront en bourse, cela enverra le signe que le besoin de cash de du groupe est tel que Fiat est bon pour la mise en coupe réglée. Et les rentrées d'argent éventuelles grâce à la vente d'action Ferrari auront du mal à compenser les pertes engendrées à l'effondrement de l'action Fiat.

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 12 Décembre 2012 à 23h44

    "Volkswagen possède les marques Bentley, Bugatti, Lamborghini, Porsche…"

     
    Approximation...

     
    Lamborghini, tout comme Ducati, est détenu par Audi et non pas Volkswagen. En revanche VAG possède Audi (mais pas directement Lambo).

     
    "Pour Ferrari, c’est un peu différent ; la marque italienne est autonome."

     
    Non...Ferrari appartient à 90% à Fiat Group...comme les autres marques "prestigieuses" en somme...

     
    Bref...

     
    Sinon sur le pourquoi, c'est plutôt simple. Introduire Ferrari en bourse serait mettre un chiffre sur la capitalisation de la société.
    Même si on ne met que 10% du capital en bourse cela influe directement sur la valeur donnée à la société entière et ça Fiat ne le veut pas.

     
    Par ailleurs "Ferrari" en tant que tel est fusionné en tant que société avec Maserati depuis 1997...

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 13 Décembre 2012 à 08h55

    Comme Enzo ferrari refusait de donner le chiffre de puissance de ses moteurs, il est de nature que Ferrari se refuse à être évalué en bourse.
    Ah ce ptit côté roublard italien, la "combinazione" à la sauce bolognaise!

     
    Mais est ce que les produits sont aussi irréprochables et performants vis à vis de la concurrence ?
    Qu'en est-il de l'aura de l'écusson du cheval cabré en valeur ajoutée du produit ?
    La réaction si violente de ferrari au regard des répliques,démontre une réaction hypertrophiée qui cache la réponse!
    Quand a-t-on entendu de vraies critiques sur les produits de Maranello?
    Est-ce parce qu'ils sont si irréprochables ou injugeablepar une presse à la botte (italienne la botte!) ?

     
    Et aller en bourse c'est mettre un curseur net sur la valeur de Ferrari

     
    Et là, le mythe sacré risque d'en prendre un sacré coup!

     
    Il suffit de voir l'énergie déployée par Maranello pour faire oublier, gommer, effacer les relations fascistes d'Enzo ferrari, relations qui sont en fait et historiquement les racines financières et industrielles de la naissance de Ferrari grace à l'amitié avec Mussolini!

     
    Flamboyance et culte du secret !

     
    Enfin, la chute des ventes de ferrari hors des pays émergeants est à comparer aux courbes ascendantes de vente de porsche,par exemple.
    Sans la Chine, les Emirats, l'Inde et le Brésil et avec -40% des ventes dans certains pays occidentaux, le petit cheval risque de ressembler bien vite à une bourrique.

    Alerter Répondre

  • Par goldskin le 13 Décembre 2012 à 09h34

    Généralement, une société entre en bourse pour assurer son développement, et bien sûr accroitre sa production. Et ses bénéfices! Ferrari, dont la force réside justement dans son exclusivité et sa rareté ne rentre pas dans ce profil.
    Tout en restant relativement autonome, Ferrari est accolé au puissant groupe Fiat, et à la riche famille Agnelli. La marque , aussi prestigieuse soit-elle, a quand même à l'échelle de Fiat, une valeur réduite et une éventuelle augmentation de capital n'apporterait pas grand-chose.
    Et puis, surtout!, pas sûr que les Italiens acceptent que leur flleuron se retrouve dans des mains êtrangeres...

     

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 13 Décembre 2012 à 10h33

    c'est relou ces remarques sur ferrari pendant la guerre cela traduit autant un manque d'objectivité qu'une méconnaissance de l'histoire ferrari qui a caché ses moteurs et ses ateliers pendant la guerre

    Alerter Répondre

  • Aucun avatar

    Par Anonyme le 13 Décembre 2012 à 10h48

    Porsche et Volkswagen on aidé aussi Hitler !
    et leurs racines économiques sont aussi issues du
    regime de l'époque !

     

    Alerter Répondre

Déposer un commentaire

Pas encore membre ?

Créer un compte

Avec votre compte Caradisiac, vous pouvez :

  • - Commenter les articles avec votre pseudonyme
      sans saisir le code de vérification
  • - Participer au forum
  • - Créer un blog

Ou postez en anonyme :

Liste de smiley Liste de smileys

X

  • :ange:
  • :areuh:
  • :bah:
  • :beuh:
  • :bien:
  • :biggrin:
  • :blague:
  • :brosse:
  • :chut:
  • :colere:
  • :confused:
  • :cool:
  • :coolfuck:
  • :cry:
  • :cubitus:
  • :cyp:
  • :ddr:
  • :dodo:
  • :eek:
  • :evil:
  • :fier:
  • :fleur:
  • :fresh:
  • :frown:
  • :good:
  • :hum:
  • :jap:
  • :kaola:
  • :langue:
  • :lol:
  • :love:
  • :lover:
  • :mad:
  • :miam:
  • :nanana:
  • :non:
  • :ohill:
  • :oops:
  • :oui:
  • :ouin:
  • :pfff:
  • :ptdr:
  • :voyons:
  • :wink:
  • :redface:
  • :hello:
  • :roi:
  • :roll:
  • :rs:
  • :coucou:
  • :smile:
  • :sol:
  • :tongue:
  • :tourne:
  • :ml:
  • :violon:
  • :buzz:
  • :up:
  • :peur:
  • :orni:
Code du captcha disponible avec image uniquement Recharger le captcha

Forum Ferrari

Suivez-nous

Inscrivez-vous à notre newsletter